Le livre de l'intranquillité de Fernando Pessoa

Le livre de l'intranquillité de Fernando Pessoa
( Livro do desassossego por Bernardo Soares)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Zaphod, le 27 février 2006 (Namur, Inscrit le 29 novembre 2005, 55 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (21 079ème position).
Visites : 5 204  (depuis Novembre 2007)

Rêve de perfection

Jadis, quand je parvenais encore à me remémorer mes rêves, je me réveillais parfois avec le souvenir fugitif d’un livre parfait, me demandant par quelle étourderie j’avais pu omettre depuis si longtemps de le relire, alors que j’en avais presque tout oublié du contenu, n’en gardant qu’une vague impression de perfection.

J’étais prêt à me lever d’un bond et aller fouiller ma bibliothèque. Mais avec les derniers voiles de sommeil s’estompait également l’impression de réalité du livre, ainsi que son titre, son auteur, son format. Un peu comme les fées, qui ne sont visibles que si aucun mortel ne regarde vers elles. Me réveillant, j’étais donc rendu à ma condition de pauvre mortel, et le livre magique m’échappait.

Je ne sais si vous avez déjà fait ce genre de rêve ; moi je l’ai fait à plusieurs reprises.

Or un jour, j’ai retrouvé exactement cette impression, mais cette fois bien éveillé, avec un livre bien réel dans les mains. C’était le Livre de l’Intranquillité de Fernando Pessoa.

Non qu’il s’agisse d’un livre parfait ; il s’agirait plutôt d’un non-livre. Je m’explique.

Après la mort de Pessoa, on retrouva chez lui un coffre rempli de milliers de fragments de textes. Certains étaient des poèmes. D’autres ressemblaient à des entrées de journal, des pensées ou aphorismes, des réflexions philosophiques et littéraires, ou encore des confessions. Un grand nombre d’entre eux étaient marqués « L. I. ». Il apparut bientôt que ces initiales faisaient référence à un projet de livre intitulé « le Livre de l’Intranquillité ». Suite à un immense travail d’édition, un volume parut enfin sous ce titre de nombreuses années après la mort de l’écrivain.

Bien sûr, ce livre n’est pas celui que Pessoa projetait. Mais on peut aussi se demander si Pessoa n’a pas volontairement laissé ces fragments dans ce coffre comme une sorte de carte au trésor, s’amusant intérieurement de la subtile machination posthume à laquelle nous serions confrontés. Toujours est-il que le livre actuel, déjà génial en lui-même, n’est que l’ombre d’un livre fantasmé qui aurait été le « vrai » livre de l’intranquillité tel que rêvé par Pessoa. Peut-être le livre parfait. Mais comme la perfection n’est pas de ce monde, tout ce qu’il nous reste, c’est bien le rêve de perfection.

Je me souviens avoir lu le récit suivant, qui donne bien la mesure du génie de l’auteur.

Un jour dont j’ai oublié la date, Fernando Pessoa prit une feuille de papier, s’installa debout face à un grand coffre à tiroirs et se mit à écrire (c’était en effet sa position habituelle de travail) une trentaine de poèmes dans une sorte de transe.

Le premier groupe de poèmes étaient de la plume d’un certain Alberto Caeiro ; « mon maître était apparu à l’intérieur de moi » dira plus tard Pessoa. Le six suivants furent composés par Pessoa, luttant contre « l’inexistence » de Caeiro. Mais Caeiro avait des disciples ; l’un d’entre eux, Ricardo Reis, contribua à quelques autres poèmes. Une quatrième individualité se manifesta. D’un seul trait, sans hésitation ni correction (ainsi le raconte Pessoa), apparut « l’Ode Triomphale », par Alvaro de Campos.

Il ne s’agit pas d’un simple emploi de pseudonymes. Les « hétéronymes » comme il les appelle, ont chacun leur voix propre, leur style et leur technique d’écriture bien distincte, ont une biographie complexe (et ont d’ailleurs conscience des autres personnalités), et des influences littéraires et politiques bien distinctes ; bref, ils ont une existence et une réalité propres.
Savez-vous que dans le livre « l’Année de la Mort de Ricardo Reis » de José Saramago (auteur critiqué ailleurs sur ce site), le personnage central est bien cet hétéronyme créé par Pessoa.

D’autres personnalités émergeront encore par la suite, notamment un certain Bernardo Soares, auteur de la majorité des pièces du livre de l’intranquillité.

Après avoir passé de nombreuses années avec « les Fleurs du Mal » comme livre de chevet, Pessoa a réussi le tour de force de détrôner Baudelaire dans mon cœur. C’est dire si je pense que son génie est immense.
Le livre de l’intranquillité n’est pas un livre à lire d’une traite. Il est à déguster à petites doses, et fait pour accompagner longtemps le lecteur. J’espère faire encore un long et beau voyage en sa compagnie.


« J'ai duré des heures ignorées, des moments successifs sans lien entre eux, au cours de la promenade que j'ai faite une nuit, au bord de la mer, sur un rivage solitaire. Toutes les pensées qui ont fait vivre des hommes, toutes les émotions que les hommes ont cessé de vivre, sont passées par mon esprit, tel un résumé obscur de l'histoire, au cours de cette méditation cheminant au bord de la mer. J'ai souffert en moi-même, avec moi-même, les aspirations de toutes les époques révolues, et ce sont les angoisses de tous les temps qui ont, avec moi, longé le bord sonore de l'océan. Ce que les hommes ont voulu sans le réaliser, ce qu'ils ont tué en le réalisant, ce que les âmes ont été et que nul n'a jamais dit - c'est de tout cela que s'est formée la conscience sensible avec laquelle j'ai marché, cette nuit-là, au bord de la mer. Et ce qui a surpris chacun des amants chez l'autre amant, ce que la femme a toujours caché à ce mari auquel elle appartient, ce que la mère pense de l'enfant qu'elle n'a jamais eu, ce qui n'a eu de forme que dans un sourire ou une occasion, à peine esquissée, un moment qui ne fut pas ce moment-ci, une émotion qui a manqué en cet instant-là - tout cela, durant ma promenade au bord de la mer, a marché à mes côtés et s'en est revenu avec moi, et les vagues torsadaient d'un mouvement grandiose l'accompagnement grâce auquel je dormais tout cela. »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

ironique, plaisant

9 étoiles

Critique de Magda (, Inscrite le 23 juillet 2011, 54 ans) - 23 juillet 2011

ce livre m'a été conseillé par une adepte de l'ironie, donc je savais à quoi m'en tenir en lisant ce livre. Contrairement à certaines critiques je ne me suis pas ennuyée un seul instant, j'ai lu avec joie ce livre et les bons mots de l'auteur ont souvent déclenché de bons éclats de rire. Regarder la vie avec autant de distance n'est pas donné à tout le monde et j'apprécie ce trait de caractère. L'auteur trouve du plaisir dans un travail pouvant paraitre pourtant bien barbant et c'est déjà là une bonne leçon de vie, en tout cas pour ma part.

L'intranquillité, c'est lourd

4 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 1 janvier 2008

L'intranquillité, c’est lourd! C’est ma première expérience avec Pessoa et je ne suis pas sûre de vouloir persister. J’ai été incapable de me lier au personnage principal, antisocial et antipathique.

On ne peut pas lire ce livre dans la tranquillité. Quelques moments mémorables, mais dans l’ensemble j’ai trouvé le livre trop lourd, trop abstrait. Je n’ai pas été séduite.

Qui je ne suis pas

10 étoiles

Critique de Feint (, Inscrit le 21 mars 2006, 56 ans) - 3 août 2006

J’ai lu enfin Le Livre de l’intranquillité de Bernardo Soares, de Fernando Pessoa. Depuis le début, jusqu’à la fin. Et maintenant je sais, je sais que je vais pouvoir, dès que bon me semblera, l’ouvrir à nouveau, à une page, à une autre, et qu’il y aura toujours la voix de cet homme d’un autre pays, d’un autre temps, pour me dire dans ma plus profonde intimité qui je suis – c'est-à-dire : qui je ne suis pas.

Drôle de sensation, l'intranquillité !

4 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 63 ans) - 18 mars 2006

Première expérience de F. Pessoa et du mal à crier au génie.
"L'intranquillité" a une trajectoire qui est tout sauf banale puisqu'il s'agit de "fonds de coffre" retrouvé chez Pessoa après sa mort, écrits quand même dans le but d'un livre qui se serait appelé Livre de l'intranquillité. Des fragments de texte, des réflexions, philosophiques ou non, ... Ca ne fait pas à proprement parler un tout cohérent. Vous me direz, un recueil de nouvelles non plus. C'est vrai. Mais avec "l'intranquillité" ce sont à des fragments d'histoire que nous avons affaire. Et persiste régulièrement, à chaque fin de fragment, une impression d'inachevé. Intranquille. Je suis sorti de là "intranquille".
Je dois à l'exacte réalité de préciser que j'ai "lu" ce livre en roman-CD. C'est à dire qu'en réalité je l'ai écouté, interprété par François Marthouret. Rien à reprocher à F. Marthouret, interprétation de qualité. Non c'est le fond auquel je n'ai pas accroché.

Forums: Le livre de l'intranquillité

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le livre de l'intranquillité".