La mélancolie des innocents de Jean-Pierre Milovanoff

La mélancolie des innocents de Jean-Pierre Milovanoff

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Bragon, le 23 janvier 2006 (Inscrit le 11 novembre 2005, 61 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 407ème position).
Visites : 2 064  (depuis Novembre 2007)

Quelques pages de finesse dans un monde de brutes

Ca y est, je viens de refermer le livre de Milovanoff: quel plaisir!
Chronique familiale racontée par le dernier représentant d''une famille que l'on croirait sortie de chez Gabriel Garcia Marquez, ce roman nous emporte à Solignargues, petit village gardois.
Cloué sur son fauteuil roulant, Victorin nous éclabousse de son humanité tout en nous racontant l'histoire de ses aïeux.
Beau, ce récit nous rend plus léger.
Milovanoff a l'art de raconter de bien belles histoires, sa manière simple de dire les choses va droit au coeur. Un régal.
Ce monsieur m'a donné envie d'écrire ma première critique.
Merci pour tout

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Si toutes les lettres s'interprètent !

9 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 59 ans) - 16 août 2019

Si toutes les lettres s'interprètent !

Quelle belle histoire à laquelle nous convie l'auteur qui écrit comme il bavarde.
Dans ce livre où Victorin raconte à un certain Milanoff la vie de ses ancêtres les plus remarquables dont la généalogie nous fait traverser le 20ème siècle.
Milovanoff ressuscite une histoire qui va s'éteindre avec son dernier survivant.
Que deviennent tous ces souvenirs quand ils sombrent dans l'oubli ? Quand plus personne n'entretient leur flamme ? Il y a dans ce constat quelque chose de triste. La réalité de nos vie est qu'elles sont éphémères et que le temps efface tout.
Adam et Eve doivent bien rigoler dans leur célèbre premier roman !
Marie-Paule Belle (pour ceux qui s'en souviennent) chantait un titre "Ces lettres auxquelles on ne répond pas" et je ne peux m'empêcher de reproduire ici ...

Où vont toutes ces lettres d'amour ?
Où vont toutes ces lettres d'amour, chaque jour ?
Ces lettres auxquelles on ne répond pas
Ces lettres auxquelles on ne répond pas quelquefois

Ma lettre disait nos promenades
Les lumières dansant sur la rade
Du temps où nous étions camarades, rien de plus
J'espère au moins que tu l'as reçue

Je ne puis pas croire que tu ne m'aies pas répondu
J'ai dû me tromper d'adresse
Ma lettre trop lourde a dû être mise au rebut
Et tu t'inquiètes peut-être

Ma lettre disait nos découvertes
D'enfants qui croient aux îles désertes
De l'époque où rien n'avait changé dans ma vie
J'espère au moins que tu l'as compris

Il y a du retard, cette grève n'en finit plus
Bien sûr, y a les télégrammes
Si tu recevais du papier bleu, qu'en dirais-tu ?
Que je fais toujours des drames

Mais ma lettre a su rester discrète
Si toutes les lettres s'interprètent
Mes phrases disaient mon affection, rien que ça
J'espère un jour que tu comprendras.

Forums: La mélancolie des innocents

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La mélancolie des innocents".