Vengeance du comte Skarbek (La), tome 2 : Un coeur de bronze
de Yves Sente (Scénario), Rosinski (Dessin)

critiqué par Le rat des champs, le 19 novembre 2005
( - 69 ans)


La note:  étoiles
Rebondissements...
Tout se complique. Si vous croyez avoir tout compris à la fin du premier tome, attendez-vous à des surprises de taille. Le scénariste se montre diabolique, aucun des personnages n'étant en réalité celui qu'il semble être. Yves Sente écrase purement et simplement certains de ses confrères, pourtant réputés à ce jeu (qui a dit que je pensais à Van Hamme?)
Rosinski semble avoir pris du plaisir à dessiner et à peindre cette histoire hors du commun.
Je ne veux pas raconter l'histoire ici, ça gâcherait tout votre plaisir, et je me contenterai de vous dire que l'aspect feuilleton romantique d'aventures y est encore plus exacerbé que dans le premier volume.
Yves Sente ne m'avait pas convaincu dans les scenarii de Blake et Mortimer, mais ici, il donne la pleine mesure de son talent, et il prend place parmi les plus grands.
Une BD que je recommande chaudement, et sur laquelle j'aimerais avoir l'avis de l'ami Shelton.
Beau twist... 8 étoiles

...comme on dit d'une série ou d'un film lorsque le lecteur est pris à contre-pied...Le second et tome de cette histoire et très bien amené et réserve de belles surprises au lecteur. Malgré quelques invraisemblances (la piraterie dans les Caraïbes au milieu du XIXe siècle, la naïveté des compagnons d'Alexandre...), Sente livre une belle histoire en deux tomes assez spectaculaire.
Les dessins de Rosinski dans ce second volet sont au niveau du premier et on se plait à admirer les cases du maître polonais même si les cabanes de l'île du Mont Cristobald sont moins spectaculaires que les salles d'apparat des hotels particuliers parisiens.
En conclusion, une très bonne série de bande dessinée

Vince92 - Zürich - 42 ans - 27 janvier 2018


Jubilatoire ! 10 étoiles

A l'occasion de la sortie de l'intégrale en grand format de ce diptyque, je me suis replongé dans la lecture de cette aventure.
Dans un premier temps on peut s'accorder que le scénario ne brille guère par son originalité : une simple réminiscence du "comte de Monte-Cristo", d'Alexandre Dumas, pourrait-on penser.
En effet, tout y est : la servante noire, l'amour de jeunesse ; le banquier peu scrupuleux, la vengeance, jusqu'à la première case qui rappelle l'incipit du roman. Yves Sente pousse assez loin les références puisqu'on y voit Maquet (le nègre de Dumas ou co-auteurs des romans de Dumas selon certains) prendre des notes au tribunal.
Mais ce qui fait la force de cet album, ce sont les magnifiques planches de Rosinski en couleurs directes. Certaines cases sont de véritables petits tableaux !

Dans un second temps (le deuxième volume), le scénario prend un tournant qui m'a littéralement bluffé. Très riche en rebondissements, cette seconde partie nous entraine loin de Paris et de son palais de justice, où le talent de Rosinski peut s'exprimer, avec des couleurs plus vives.

Une histoire qui ne peut que ravir les amateurs d'aventures avec un grand A.
Yves Sente joue avec le temps, avec ses personnages, et surtout avec nos nerfs qui sont mis à l'épreuve avec ce scénario complexe ô combien réussi.

Un régal pour les yeux, un plaisir de lecture... du grand art.
Une oeuvre que j'aime relire régulièrement.


Hervé28 - Chartres - 50 ans - 18 septembre 2011


Vous avez dit Alexandre Dumas ! 9 étoiles

Comment intégrer La vengeance du Comte de Monte-Cristo dans une nouvelle histoire. C’est toute l’histoire de cette BD. Mais pas seulement, on est loin du plagiat bête et stupide, je laisse au lecteur le soin de le découvrir. À retenir, la beauté des aquarelles de Rosinski.

Le tout fait de cette BD une œuvre picturale, doublée d’un scénario malin où le génie est intelligemment utilisé, qui donne aux lecteurs un réel plaisir.

Pour les deux tomes.

Naturev - DOLE - 53 ans - 30 septembre 2008


un jeu troublant 9 étoiles

XIXè siècle. Le comte Skarbek, mystérieux peintre polonais, à la figure brûlée et au regard froid, intente un procès à son marchand de tableaux qui l’a trahi. Nous sommes alors plongé au beau milieu du procès, celui ci est l’occasion au comte de dévoiler toute son histoire. Ainsi le lecteur parcourt l’univers de la peinture et celui de la piraterie en passant par Paris et Les Iles des Caraïbes. De personnages tous plus inquiétants et fourbes les uns que les autres, et de meurtres ou autres aventures malencontreuse, le lecteur en vient à ne plus être sûr de l’identité de chacun des personnages et l’auteur se joue de ça.

L’intrigue est agréablement bien menée, au bout du compte le lecteur savoure chacune des pages voulant démêler le faux du vrai de cette affaire des plus inquiétantes. Les graphismes sont magnifiques, ils nous plongent sans encombre au sein de cette époque, les couleurs, le réalisme nous insèrent totalement dans l’ambiance et accentuent l’atmosphère inquiétante…

Deux tomes très agréables à lire ! Une très belle découverte.

Marinette - laon - 39 ans - 7 juillet 2006