Canardo (Une enquête de l'inspecteur), tome 02 : La marque de Raspoutine de Sokal

Canardo (Une enquête de l'inspecteur), tome 02 : La marque de Raspoutine de Sokal

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Shelton, le 4 novembre 2005 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 63 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 006ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 2 883  (depuis Novembre 2007)

Euh ! C'est où la Sibérie ?

Il s’agit, pour moi du meilleur des albums des enquêtes de l’inspecteur Canardo. Ce qui est le plus étonnant c’est que ce n’est pas du tout celui que j’ai lu en premier, ni au moment où il est sorti… En fait, je l’ai découvert sur le tard, lors d’une opération publicitaire des éditions Casterman. Je ne vous en voudrais donc pas du tout si vous ignorez même son existence… Le tout c’est d’y remédier le plus rapidement possible…
Nous sommes donc en 1982, Benoît Sokal tente de se construire sa place au sein de l’équipe de (A suivre), et ce n’était pas toujours facile… « J’étais un peu le rigolo de service qui publiait ses petites histoires aux côtés des vrais auteurs du journal. ». C’est en construisant de véritables histoires, fortes, pleines de personnages tous plus loufoques les uns que les autres, et un Canardo de plus en plus héros malgré lui, que Benoît Sokal devient un auteur au plein sens du terme, ce que tous les anciens de (A suivre) reconnaissent (Cf. (A suivre), 1978-1997, une aventure en bandes dessinées de Nicolas Finet).
Avec La marque de Raspoutine on est loin des dessins de 1978, première apparition de Canardo. Le graphisme, tout d’abord est génial, certains gros plans tout simplement terrifiants, comme les yeux de Raspoutine, en début d’album… tandis que d’autres nous plongent dans la tragédie à la grecque, comme ce moment pathétique où Raspoutine s’enfonce dans les eaux gelées du lac avec le corps de sa fille morte dans les bras… J’en ai pleuré… Il faut dire qu’avec le personnage de Raspoutine, Sokal a créé un ennemi à la taille de Canardo. Souvent, dans la bédé aventure, on dit que le héros est d’autant plus grand que le méchant est bien construit… Tintin se mesure à la « qualité » de Rastapopoulos, Blake et Mortimer à celle de Olrik, Lefranc à celle de Borg, Thorgal à celle de Kriss de Valnor… et ainsi de suite… Or le Raspoutine de Canardo c’est véritablement un grand, un de ces méchants qui me touchent, qui sont capables du meilleur comme du pire même si c’est plus souvent du pire…
Raspoutine est un magnifique chat aux yeux d’or qui est à la recherche de l’éternité… Autour de lui… Badmaieff et ses potions d’éternité, enfin celles qui permettent de bloquer le vieillissement des cellules avant de trouver l’élixir d’éternité lui-même… Claradovna, enfin c’est tout simplement celle que l’on appelait Clara jusqu’à maintenant, la cigogne ambiguë, celle qui voudrait se faire aimer de Raspoutine mais qui commence à douter… Protopopov, le corbeau de malheur, l’oiseau de mauvaise augure… enfin, surtout celui qui fait parler une pauvre cigogne qui livre une nouvelle bouleversante qui fait basculer cette banale histoire dans le drame shakespearien, ou cornélien si vous préférez… Raspoutine aurait une fille, un enfant qui aurait survécu à la noyade lorsque ses cent enfants furent noyés dans un lac gelé… « C’était ta fille, Raspoutine : elle portait la marque !!! ».
Mais, en quoi ce fait qui touche la vie privée de Raspoutine peut-il toucher notre cher Canardo ? Tout simplement parce que Canardo vient d’aller écouter un concert d’Alexandra Lecremier, Chez Freddo… et que cette chanteuse est tout simplement la porteuse de la marque, la fille du grand et féroce Raspoutine !!! Donc Canardo se voit dans l’obligation de la protéger, de l’accompagner là-bas chez son père, en Sibérie… et c’est loin, là-bas !!!
Je ne voudrais pas vous en dire trop, c’est peut-être déjà fait, en fait, mais j’aime beaucoup cet album, je le trouve abouti, construit avec talent et précision, dessiné artistiquement comme peu le sont… Bref, c’est pour moi à lire, relire, éternellement… enfin si vous avez trouvé l’élixir d’éternité, enfin celui qui est efficace… Une éternité à lire des bandes dessinées… Comme c’est beau… enfin, long, très long… mais avec cet album, ce doit être jouable…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La Marque de Raspoutine [Texte imprimé] [textes et dessins de] Sokal
    de Sokal, (Scénariste)
    Casterman / Un Auteur "À suivre".
    ISBN : 9782203335066 ; EUR 10,40 ; 04/05/1993 ; 46 p. ; Cartonné
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Par les saintes icônes.

10 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 48 ans) - 10 février 2011

Solal au travers de cet épisode met en scène toute la noirceur de son bestiaire. le cynisme froid d'un Raspoutine donne des frissons dans le dos.
Solal a planté son décor au coeur de la Sibérie, mais un froid de canard n'empêchera pas Canardo de mener à bien ses idéaux.
Il y a de la démesure dans cet opus, de l'opulence, jamais de poésie. Il y a des scènes terrifiantes d’agapes, de la concupiscence, surtout la scène des musiciens tsiganes et la diseuse de bonne aventure. De l'humour glacial. Une bédé qui ne fait pas chaud au coeur, loin de là, mais c'est pour ça qu'on adore Canardo, cet anti héros caustique, qu'on voudrait mieux comprendre malgré le fait qu'il nous jette à la figure les traits sans fard d'une bestialité bien humaine.

Forums: Canardo (Une enquête de l'inspecteur), tome 02 : La marque de Raspoutine