Théâtre et Poésie => Poésie (1039 livres critiqués)

Théâtre, Poésie


couverture

Encore une nuit sans rêve de Christophe Bregaint

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Désespoir et désarroi

8 etoiles
« Une nuit sans rêve » c’est très décevant mais « encore une nuit sans rêve » c’est carrément désespérant et ce titre correspond très bien à l’atmosphère du recueil de poésie présenté par Christophe Bregaint. Christophe, c’est le préfacier du recueil de poésie de Fabien Sanchez que je viens de lire, un recueil...

couverture

Routes de feuilles de Philippe Forcioli

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 71 ans)

roboratif

10 etoiles
Philippe Forcioli semble être d'abord un chanteur (que je ne connais pas), une sorte de troubadour des temps modernes. Une amie m'ayant passé ce recueil paru en 2008 (1ère édition 1994), je l'ai lu avec un plaisir intense. Je ne sais pas si le livre est épuisé, en tout cas, il se vend à plus de...

couverture

Où nos ombres s'épousent : Vivre l'absence de Stéphane Bataillon

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 50 ans)

Murmures à son aimée

9 etoiles
Perdre un être cher... Ce thème a été traité souvent en poésie, parfois la lecture est difficile, trop lyrique, trop pathos, trop... Ici Stéphane Bataillon parle avec son coeur. Il a perdu son aimée, très jeune. Ce livre est une succession de petits poèmes entremêlés, parfois des pensées, des souvenirs. L'auteur livre sa douleur, mais de manière...

couverture

Dans le spleen et la mémoire de Fabien Sanchez, Olivia HB (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Désespoir sublime

8 etoiles
Fabien, c’est terrifiant ! Je n’ai pas envie que tu peuples ta solitude en ayant l’enfant que tu jamais eu, « de l’enfant que tu n’as jamais eu de la petite fille à laquelle tu ne raconteras jamais d‘histoires de la solitude dans les jardins publics parmi les enfants des autres ». Je n’ai pas envie que tu oublies ton passé...

couverture

Il faudra bien du temps de Thierry Radière

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Attraper les mots

8 etoiles
En exergue à ce recueil Thierry a mis cette citation de Lao Tseu : « Savoir se contenter de ce que l’on a : c’est être riche. » et étrangement, à ma grande surprise, cette pensée profonde, je l’ai lue très récemment dans un livre que m’a conseillé Thierry lui-même, une citation que le héros...

couverture

Occident de André Suarès

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Un texte patriotique de 1915, politiquement daté mais au souffle puissant et lyrique

8 etoiles
En première lecture, « Occident » fait partie de ces nombreux ouvrages patriotiques écrits dans la fièvre de la première guerre mondiale pour galvaniser les foules et justifier la mort des hommes tués sur le champ de bataille, en leur donnant le sens d’un sacrifice par devoir. Mais il se distingue par son intransigeance idéologique...

couverture

Danse sur les flots de Jean-Pierre Brèthes

critiqué par Pjb33 - (65 ans)

ode à l'amour, par delà la mort

9 etoiles
Je suis très amateur de poésie (et de théâtre) et je dois dire que c'est le parent pauvre de ce site. J'ai été récemment alléché par un message posté sur le forum. Et je ne regrette pas l'acquisition du recueil de poèmes annoncé. "Danse sur les flots" (titre qui dérive du "Bateau ivre" de Rimbaud)...

couverture

A la fin de Thierry Radière

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Sur le toboggan de la vie

8 etoiles
Quelle émotion à la lecture de ce tout petit recueil de textes très courts ! Des images, des souvenirs qui se précipitent, des souvenirs des parents qui vieillissent, blanchissent, se tassent et finissent par abandonner sur terre les restes de leur corps usé. Une bouffée de souvenirs odorants : l’enfance dans une campagne qui ressemble...

couverture

Le pays de l'éclairement de Charles Duits

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

L'illumination par la voie du peyotl - un essai inclassable d'une très grande puissance poétique

10 etoiles
Charles Duits, qui est surtout connu pour son roman Ptah Hotep, était avant tout un poète en quête de l’illumination, à la fois proche d’André Breton et de Gurdjeff. Ce livre témoigne du profond bouleversement de son rapport au monde engendré par l’usage du peyotl, auquel il fut initié par un ami aux allures de...

couverture

Contre-chant de Andrée Chedid

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Célébration de la vie et de la communion entre les hommes par la parole poétique, qui nous libère des ombres et des fausses idoles

8 etoiles
Ce court recueil d’une centaine de pages, à l’impression agréable pour le confort de lecture (l’éditeur a profité de la brièveté des vers pour imprimer les poèmes en gros caractères sur un papier épais), est divisé en trois parties (Démarche / Salaire de l’instant / Le tendre argile) similaires par leurs thèmes et par leur...

couverture

Pièces détachées : Une anthologie de la poésie française aujourd'hui de Auteur inconnu

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

PATCHWORK POÉTIQUE

7 etoiles
Jean-Michel ESPITALLIER (*1957) est un écrivain et poète français cofondateur de la revue "Java" (1989-2006) qui fut au tournant du siècle l'une des principales revues de poésie contemporaine. Il nous propose ici une anthologie de poésie (parue en 2000) comportant 33 poètes, qui tous ont été publiés au moins une fois dans la revue «...

couverture

Le carnet retrouvé de monsieur Max de Bruno Doucey

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 50 ans)

Hommage d'un Poète à un autre Poète

9 etoiles
Max Jacob, Poète, romancier et peintre mort au camp de Drancy le 5 mars 1944, a payé de sa vie ses origines juives. Pourtant, depuis une quarantaine d'années, il avait la foi catholique, après avoir eu des apparitions, et s'était révélé fervent croyant. Quelques jours après son décès, sa libération du camp avait été accordée. [i]...

couverture

Traduit du silence de Joë Bousquet

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Journal d'une vie recluse en poésie

9 etoiles
Joë Bousquet est l’un des poètes les plus singuliers du XXème siècle. Jeune officier volontairement affecté dans l’un des régiments les plus durs et les plus engagés au feu pendant les combats de la 1ère guerre mondiale, il est grièvement blessé en 1918 par une balle qui lui perfore le poumon et lui brise la...

couverture

Jonas de Jean-Paul de Dadelsen

critiqué par Lobe - (Montpellier - 23 ans)

vie, vorace, vulnérable

10 etoiles
Je connaissais Félix Vallotton, qui venait dans les musées où ses tableaux étaient exposés, afin d'y ajouter une touche de bleu sur un profil, un voile de mauve sur une tenture. Il semblerait que Jean Paul de Dadelsen en soit un cousin-poète: lui aussi était accoutumé à reprendre ses poèmes, et à les considérer comme...

couverture

Etre poète de Jaroslav Seifert

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

"Et comme en rêve, de temps à autre, j’entends encore une pluie de violettes".

10 etoiles
Paru en 1983, «Être poète » est le dernier des vingt-cinq recueils de poésie de Jaroslav SEIFERT (1901-1986). L’auteur y retourne à son adolescence, à ses premiers vers et premiers amours, aux années noires de la guerre. Le recueil fut tiré à un petit nombre d’exemplaires, la police politique de l’époque veillait en effet à...

couverture

Conversations avec Adonis, mon père de Adonis, Ninar Esber

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Libres propos sur le monde arabo-musulman et sur la création artistique

8 etoiles
Ce recueil d’entretiens entre le poète syrien Adonis et sa fille Ninar Esber, artiste plasticienne installée en Europe, est constitué d’une suite de discussions thématiques menées à tout allure avec une grande liberté de ton. Même s'il est un peu ancien (il date de 2003 et n'aborde donc pas les printemps arabes), il passionnera tous...

couverture

En pleine figure : Haïkus de la guerre de 14-18 de Auteur inconnu

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 50 ans)

Au coeur de la Grande Guerre

9 etoiles
Dominique Chipot a réuni dans cette anthologie les Haïkus des soldats de la guerre 14-18. C'est une lecture particulière qu'il faut prêter à cet ouvrage, après la préface de Jean Rouaud, nous voici subitement plongés au coeur des tranchées. Et c'est peu de le dire, tant ces courts poèmes sont révélateurs, incisifs, touchants, lugubres, macabres, et...

couverture

Où que j'aille de Albane Gellé, Anne Leloup (Dessin)

critiqué par Lucia-lilas - (51 ans)

Où que j'aille d'Alabane Gellé

10 etoiles
Il est des poèmes si vivants qu’il suffit de regarder leurs mots s’agiter, vivre leur vie, sans l’aide de personne, à travers bois et rivières pour se sentir heureux et apaisé. Tu voyages avec moi, tu n’es pas encombrant Où que j’aille Présence de l’absent (le mal nommé !), celui qui n’est plus, son père. Il n’a jamais...

couverture

La remontée des cendres : Suivi de Non identifiés de Tahar Ben Jelloun, Azzawi Harrouda (Dessin)

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 50 ans)

Les oubliés

8 etoiles
La guerre du Golfe, guerre éclair qu'on suivait à la télévision, je me souviens de ces images, du bruit des bombes, des éclairs dans le ciel. Une guerre médiatisée, technologique, et pourtant qui a engendré des centaines de milliers de morts, militaires bien sûr, mais aussi, et surtout, civils. Tahar Ben Jelloun, avec son regard de...

couverture

Tes pieds je les touche dans l'ombre de Pablo Neruda

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et je marche dans la forêt entouré d’éléphants blessés

8 etoiles
On ne présente plus le grand poète chilien Pablo NERUDA (1904-1973) sans doute un des plus célèbres poètes du XXe S. M. Jacques ANCET nous propose ici une traduction très poétique de ce recueil bilingue posthume, composé d’inédits de du poète retrouvés par la fondation Pablo NERUDA. Comme souvent avec ce type de livres, et bien...

couverture

78 moins 39 de Corinne Lovera Vitali

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Bonne fête papa !

8 etoiles
« Admettons, je suis allé à l’école à deux ans, et admettons que ça ait commencé là, à l’école, quarante et un moins deux, trente-neuf ans que je souhaite sa fête à mon père, …, la fête de mon père trente-neuf fois et lui soixante-dix-huit moins trente-neuf égalent trente-neuf, lui autant de temps sans moi...

couverture

Trente-deux poèmes d'amour de Paul Reboux

critiqué par Alceste - (56 ans)

Beauté pythagorique

8 etoiles
Paul Reboux, connu pour ses désopilants pastiches littéraires, en collaboration avec Charles Müller, s’est glissé cette fois dans la peau d’une femme amoureuse. Et c’est bien de peau qu’il s’agit, tant la sensibilité féminine est célébrée dans toute sa liberté et sa spécificité. Une vraie prouesse de la part d’un homme, et nous...

couverture

Pardon my french de Frédérick Houdaer, Philippe Houdaer (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

In Vinau veritas !

7 etoiles
Pour clore cet opus Frédérik Houdaer précise : « L’écriture de ce recueil a débuté sur une aire d’autoroute de la région lyonnaise et s’est achevée dans la cuisine de Monsieur Thomas Vinau, à Pertuis, …. ». Or, par un de ces hasards que la littérature connait particulièrement bien, j’ai lu, quelques jours avant les...

couverture

Cantilènes de Pierre Kerébel

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Dis-moi dans quel pays se cachent les nuages quand le ciel est tout bleu?

4 etoiles
« Cantilènes » est un recueil de poésies du breton Pierre KERÉBEL (1925-1998). Comme souvent dans ses poèmes quelques thèmes principaux se détachent et font la trame du recueil : ses filles et ses nombreux petits-enfants, (à qui il dédie de nombreux poèmes), la mer, et bien sûr sa région, la Bretagne, ses villes et...

couverture

Étude de l'objet de Zbigniew Herbert

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et que reste-t-il de mon ciel? Du bleu meurtri.

7 etoiles
Si Zbigniew HERBERT (1924-1998) est pratiquement inconnu en France (il y a pourtant passé une partie de sa vie), dans son pays natal, la Pologne, il demeure par contre le poète de la liberté et de la vérité. Un véritable héros national, vénéré par tous, un chantre de la lutte contre la dictature et...

couverture

Le grand vivant de Patrick Autréaux

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 50 ans)

Fort

9 etoiles
Un homme attend que s'abatte le cyclone annoncé sur la ville. Aux prises avec une terrible angoisse, il se remémore son grand-père décédé, qui l'avait élevé et soutenu, et est assailli de remords. Il s'en veut de ne pas avoir été plus combatif et d'avoir laissé partir cet homme terrassé par la vieillesse et la...

couverture

Quand bien même de Isabelle Bonat-Luciani, Eric Pessan (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

En vers ou en prose

8 etoiles
Un petit noir, un paquet de clopes avec son inséparable briquet, un CD de Nick Cave, apparemment, un livret de famille et l’indispensable téléphone cellulaire, tout est là bien disposé par Eric Pessan, lui-même, sur la couverture de ce recueil de poésie d’Isabelle Bonat-Luciani. Je pouvais donc partir pour un voyage sensuel à travers la...

couverture

Rosetta (Suivi de Philae) de Nicolas Grenier

critiqué par Hang - (70 ans)

Un beau joyau

8 etoiles
C'est par une connaissance que j'ai entendu parler de ce recueil, et j'avoue avoir été surprise, car je n'apprécie pas la poésie, seulement le souvenir que je peux avoir de l'école, et par mes enfants. Quand j'ai un moment de détente, je lis au hasard quelques poèmes de ce recueil. Belle couverture, avec un beau...

couverture

La Connaissance du Soir de Joë Bousquet

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Poèmes d'amour et de mort, hantés par la réclusion à perpétuité du poète dans sa chambre d'alitement

9 etoiles
Joe Bousquet est un poète singulier qui, après une grave blessure reçue à la fin de la première guerre mondiale, a investi tout son souffle vital dans l’écriture. Jeune homme intellectuellement brillant (il fut bachelier à 15 ans) dans une famille aisée (son père était médecin) mais menant une vie de voyou violent, séducteur et...

couverture

Sous un poirier sauvage de Ko Un

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et dans la mer obscure les derniers rayons de la lune se noient

10 etoiles
Les feuilles qui tombent dansent en tombant je quitterai ce monde ainsi en dansant « Sous un poirier sauvage » est une sélection de poèmes de l’écrivain Sud-Coréen Ko UN (*1933) tirés de 5 de ses recueils : «Le sentiment de l’au-delà» (1960) ; «Au bord de la mer» (1966) ; « Dieu. Langue. Dernier village »...

couverture

Le Petit Oeuvre poétique de Claude Louis-Combet

critiqué par Sissi - (Besançon - 46 ans)

La mort est une enfant

10 etoiles
"En marge des fictions et des essais sur l'expérience de l'écriture, qui constituent largement l'essentiel du travail, quelques instants très clos, très secrets et silencieux, ont provoqué ces textes brefs, à l'abri de tout projet narratif ou explicatif. Comme des lucarnes ou meurtrières pour jours de souffrance dans l'épaisseur de la bâtisse, apportant l'afflux d'une...

couverture

Si je reviens sans cesse de Thierry Radière

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 50 ans)

Dans la tourmente

9 etoiles
[b] Poète : - Écrivain qui s'adonne à la poésie, qui compose des vers, s'exprime en vers. - Auteur, artiste dont les œuvres touchent vivement la sensibilité et l'imagination par des qualités esthétiques. - Personne qui considère la réalité à travers un idéalisme chimérique. [/b] J'ajouterais à ces définitions trouvées dans le Larousse : "Personne qui dénonce et retranscrit...

couverture

L'exil et le salut : "Tristes" et "Pontiques" de Ovide

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Lettres et poèmes d'exil

10 etoiles
Ce recueil, qui n'est pas une édition intégrale mais une compilation de textes et de lettres choisis, rassemble les derniers textes écrits par Ovide (« Les tristes » et « Les Pontiques ») lors de son exil, sur décision de l’empereur Auguste, aux confins de l’empire romain sur les rives de la mer Noire, qui...

couverture

Juste avant la nuit de Georges Bonnet

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 71 ans)

la mémoire du silence

10 etoiles
Georges Bonnet, ce magnifique poète, né en 1919 dans une famille paysanne de Saintonge, pourrait être mon père et, d'une certaine manière, il l'est devenu : un père spirituel comme chacun peut en rêver. Voici qu'il publie un nouveau titre, à 97 ans : Juste avant la nuit, aux éditions du Temps qu'il fait, avec en...

couverture

Des Jours, en s'en Allant de Marcel Migozzi

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Poésie profondément humaine, évoquant avec une grande sobriété le vieillessement du corps et la mort inéluctable

10 etoiles
Ce recueil de Marcel Migozzi inaugure, aux éditions Pétra, une nouvelle collection dédiée à la poésie sous la direction de la poétesse Jeanine Baude. L’édition est très élégante, sur un beau papier glacé qui met en valeur le texte et la photographie originale d’André Villers, qui a collaboré dans les années 50/60/70 avec de nombreux...

couverture

Ruralités de Marcel Migozzi

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Poésie d'une grande sobriété célébrant la beauté fugace des choses et des êtres

10 etoiles
Depuis plusieurs années, la poésie de Marcel Migozzi, sans se départir d’une remarquable et constante volonté d’économie de moyens qui vise, notamment par des images fortes ([i] le soir viendra / à vaches lentes [/i]) et des verbes dont la rareté souligne le choix minutieux, à susciter de multiples échos tout en débarrassant le poème...

couverture

Une ardente solitude de Sandro Penna

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et mon cœur ne battait que pour moi

6 etoiles
Maintenant ta voix disparaîtra. Et demain tombera aussi ta fleur. Et plus rien ne viendra. Peut-être la vie s’éteint-elle dans un feu d’astres en amour. "Une ardente solitude" regroupe une centaine de poèmes de l’auteur italien, admirablement traduits par M. Bernard SIMEONE, et couvrant toute sa carrière. Caractérisés comme toujours par de très courts poèmes lyriques, lucides, mais...

couverture

Les lièvres de jade de Éric Allard, Denys-Louis Colaux, Laurence Burnevich (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Amitié littéraire

8 etoiles
Allard et Colaux semblent avoir en commun certains gènes littéraires, aucune analyse ne pourra le confirmer mais leurs écrits le laissent indubitablement penser. Ils ont donc décidé d’écrire un recueil à quatre mains, Colaux présente le projet dans sa note liminaire : « Allard, lui ai-je écrit, je vous propose une aventure de coécriture. Plaçons,...

couverture

Requiem de Anna Andreevna Akhmatova

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et que les draps noirs recouvrent ce qui est arrivé. Et qu’on emporte les lanternes… Il fait nuit.

8 etoiles
Le poème « Requiem » naît à Leningrad (aujourd’hui redevenu St. Pétersbourg). A cette époque pour Anna AKHMATOVA (1889-1966), commencent des années de cauchemar. Comme des centaines d’autres femmes, elle fait tous les jours la queue devant la prison de Leningrad (ironiquement nommé "Les Croix"), pour essayer ne fut-ce que d’apercevoir Lev GOUMILEV (1912-1992),...

couverture

Le solitaire de Castille de Louis Roché

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

De la poésie comme un jardin secret, où l'auteur avoue ses doutes, ses rages et ses regrets dans une forme classique

7 etoiles
Cette mince plaquette poétique (très joliment imprimée par un petit éditeur lyonnais) fut publiée après-guerre mais écrite pour l'essentiel à la fin des années 30 ; elle dresse le portrait spirituel d’un jeune homme athée qui, confronté au nihilisme de l’époque, revient peu à peu la religion qu’il avait récusée dans sa jeunesse. [i] A seize...

couverture

Poésies de Sandro Penna

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et plus rouge devient la couleur du printemps

6 etoiles
L’insomnie des hirondelles. Le calme de l’ami qui me salue à la gare. Même s’il est né à Pérouse, Sandro PENNA (1906-1977) a vécu toute sa vie à Rome. Poésies regroupe une sélection de 164 poèmes choisis par l’auteur lui-même. La poésie de Sandro PENNA, se caractérise par des poèmes très courts, souvent deux, ou quatre vers,...

couverture

Lettera amorosa/Guirlande terrestre de René Char, Georges Braque (Dessin)

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Je ris merveilleusement avec toi. Voilà la chance Unique.

10 etoiles
«Parfois j'imagine qu'il serait bon de se noyer à la surface d'un étang où nulle barque ne s'aventurerait. Ensuite ressusciter dans le courant d'un vrai torrent où tes couleurs bouillonneraient.» Ce petit livre nous présente les deux versions de «Lettera amorosa» qui nous sont parvenues. Au début du livre on trouve la version datée de 1963...

couverture

Sept novelettes (et quelque ) de Pascal Blondiau

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Elixir de texte

8 etoiles
Un tout petit recueil de toute petites nouvelles, des « novelettes » comme l’auteur les nomme, un véritable cadeau de Noël, de Noël « nouvelet ». Ce doux cantique de Noël pourrait justement s’appliquer à cet élixir de texte distillé à l’alambic des Carnets du dessert de lune : « Quand je le vis, mon cœur...

couverture

Poèmes mignons pour petits capons de Eric Dejaeger, Sarah Dejaeger (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Et ron et ron petits capons

8 etoiles
Je ne sais lequel a enrichi le document de l’autre, la fille a-t-elle commencé à faire des dessins ou le père a-t-il écrit d’abord les textes ? J’aimerais à croire que la jeune femme, se souvenant des dessins réalistes dans toute leur naïveté, chatoyant des couleurs les plus vives, qu’elle s’appliquait (en tirant la...

couverture

Le chuchotis des mots de Chantal Couliou, Charlotte Berghman (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Poème pour gamin solitaire

8 etoiles
Chantal Couliou présente dans ce petit recueil une trentaine de petits poèmes inspirés par la vie d’un enfant, qu’on dirait un peu solitaire, « Inlassablement Tu observes le globe Et d’un océan à l’autre Tu navigues Ton père à Sydney Ta mère à Brest Et toi entre les deux -Tiraillé – ... » qui va à l’école et qui meuble son temps en observant...

couverture

Que seule demeure la poésie du Ienisseï de Loïc Finaz

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Au fil de l'eau sur un fleuve de Sibérie

8 etoiles
Ce court recueil, qui mêle poèmes courts en vers libres et textes en prose, est le récit d’un voyage sur le Ienisseï, fleuve de Sibérie qui naît en Asie centrale et se jette dans l’océan Arctique, bien au-delà du 60ème Nord. Le cours du fleuve, qui n’est pas navigable en permanence car souvent pris dans...

couverture

Sexisme, le mot pour le dire ! 1965 de Pauline Leet Pittenger

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)

Le sexisme dans la poésie et l'université américaine

8 etoiles
Une jeune enseignante américaine, Pauline Leet, expose devant les étudiants d'une université non mixte, le caractère sexiste la poésie aux Etats-Unis, dans son écriture, sa publication et son enseignement. Il est plus difficile pour une femme d'être publiée, ce qui ne présage pas de son talent. Cela est le résultat de la représentation globale de...

couverture

Voyage de la mort et autres poèmes de Tomàs Alva Negri, Fernando Maza (Dessin)

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Poésie imprégnée d'une foi catholique poignante, où la nature est à la fois le don et le signe de Dieu

9 etoiles
Cette petite plaquette bilingue, accompagnée d’encres très joliment imprimées et mises en valeur, est une anthologie constituée de quelques poèmes extraits de 3 recueils écrits entre 1977 et 1984 par l'écrivain argentin Tomas Alva Negri. L’écriture et la tonalité des poèmes (sans doute aussi le choix du traducteur) suscitent un fort sentiment de cohérence et...

couverture

Venise ! ô ma jolie de Léon-Paul Fargue

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Evocation lyrique de la beauté de Venise, pourrissante et vénéneuse

9 etoiles
Dans ce très court recueil de petits textes de prose poétique, présenté par Fata Morgana comme un inédit que Gaston Gallimard aurait vainement réclamé à l’auteur, le poète a consigné, avec un accent lyrique, les impressions nées d’un séjour à Venise en 1924, qui lui offre le spectacle fascinant de sa splendeur et de sa...

couverture

Dis-moi la vérité sur l'amour suivi de Quand j'écris je t'aime de Wystan Hugh Auden

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Tout ce qui vit peut aimer; s'abaisser encore pour être embrassé

8 etoiles
Wystan Hugh AUDEN… qui ?.. W.H. AUDEN (1907-1973). Ce poète américain, qui bien qu’ayant ses admirateurs inconditionnels, était complètement oublié, et aurait pu rester définitivement dans les « limbes » littéraires… Et puis, en 1994 le « miracle » intervient par la magie d’un film… Une comédie britannique espiègle et joyeuse de Mike NEWELL, intitulée...