Littérature => Moyen Orient (118 livres critiqués)


Début Précédente Page 3 de 3

couverture

La vie nouvelle de Orhan Pamuk

critiqué par Guermantes - (Bruxelles - 70 ans)

Du Livre et de la Vie

8 etoiles
Polar à tendance métaphysique, roman d’apprentissage, récit d’aventures, à quoi avons-nous exactement affaire avec ce livre de l’écrivain turc Orhan Pamuk ? A un peu de tout cela, sans doute. La première phrase toute simple mais lourde d’interrogations implicites en donne le ton et je ne résiste donc pas au plaisir de la transcrire...

couverture

Suzanne la pleureuse de Alona Kimhi

critiqué par Fee carabine - (43 ans)

Suzanne qui pleure, Suzanne qui rit

8 etoiles
"Tout le monde a tellement l'habitude de m'appeler Suzanne Rabin qu'on ne me demande plus si je suis de la famille de. Et comme ma vie est ainsi faite que les têtes nouvelles n'y sont pas monnaie courante, la nécessité de cette mise au point ne se présente presque jamais. Heureusement. (...) Enfin, en guise...

couverture

De l'espoir à vous faire pleurer de rage. Lettres de prison à Kemal Tahir de Nâzım Hikmet

critiqué par Sahkti - (Genève - 43 ans)

L'espoir en prison

8 etoiles
Nazim Hikmet est né en 1902 au sein d'une famille de dignitaires ottomans. Il se lance très tôt dans la poésie, en même temps que son pays se plonge dans les conflits balkaniques. Militant au sein de la résistance de Mustafa Kemal, il adhère au communisme, s'enfonce en Anatolie car recherché par la police et...

couverture

Samarcande de Amin Maalouf

critiqué par Mehdi zarga - (37 ans)

Chef d'oeuvre

10 etoiles
De Omar Khayyam à Omar Lesage, de Nizam el Molk à Fazel, de Hassan Sabbah aux mollah d'Iran ... Maalouf nous prend par la main pour nous faire découvrir deux faces du même Orient, à huit siècles d'intervalle ... Un fil invisible nous conduit tout au long du roman : un manuscrit, recueil de poésie...

couverture

Pour l'amour de Judith de Meir Shalev

critiqué par Bluewitch - (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi - 38 ans)

Quatre repas pour raconter une vie

7 etoiles
Petit village au Nord d’Israël. Des personnages se détachent comme des silhouettes au loin dans une brume de chaleur. Un flou de départ qui laissera place à la découverte. Le narrateur s’appelle Zeidé (ce qui signifie « grand-père »), nommé ainsi par sa mère, Judith. « Si l’Ange de la Mort vient et voit un...

couverture

Une histoire d'amour et de ténèbres de Amos Oz

critiqué par Ulrich - (avignon - 42 ans)

Se laisser emmener !

8 etoiles
Un roman autobiographique. L’auteur nous invite à entrer dans son univers, sa famille. Très vite on ressent sa souffrance et on le suit sur son chemin. Ce chemin familial qui s’inscrit dans le fleuve plus grand de l’Histoire. La petite histoire rejoint alors la grande. C’est bien la prouesse de ce livre de nous raconter...

couverture

Les ailes brisées, suivi de « Satan » de Kahlil Gibran

critiqué par Sahkti - (Genève - 43 ans)

A propos de Satan

3 etoiles
Ne réalises-tu pas que tu mourrais de faim si je venais à disparaître? Que ferais-tu demain si tu me laissais mourir aujourd'hui? Quelle vocation poursuivrais-tu si mon nom s'évanouissait? Depuis des décennies tu as parcouru ces villages et mis les gens en garde afin de leur éviter de tomber entre mes mains. Ils ont acheté...

couverture

Les échelles du Levant de Amin Maalouf

critiqué par Sibylline - (Normandie - 67 ans)

Hymne à la tolérance

8 etoiles
Tout d’abord, ce livre est UN Amin Maalouf, c'est-à-dire un récit rapporté avec le brillant talent de conteur de cet auteur. Si vous aimez que l’on vous raconte des histoires, si vous aimez (comme moi, parfois) vous contenter de vous laisser emporter par un récit habile et sans faiblesse à travers les époques, les...

couverture

Le rocher de Tanios de Amin Maalouf

critiqué par Vigno - (66 ans)

La Montagne de Tanios

9 etoiles
« Dans le village où je suis né, les rochers ont un nom. Il y a le Vaisseau, la Tête de l'ours, l'Embuscade, le Mur, et aussi les Jumeaux, encore dits les Seins de la goule. Il y a surtout la Pierre aux soldats ; c'est là qu'autrefois on faisait le guet lorsque la troupe...

couverture

Seule la mer de Amos Oz

critiqué par Vigno - (66 ans)

Seule la mer sait

10 etoiles
Seule la mer… seule la mer est immuable. Albert (ou Amos, c'est selon), sexagénaire, vient de perdre sa femme. Son fils unique Enrico « est parti crapahuter dans les montagnes, au Tibet », laissant derrière lui sa petite amie Dita, laquelle est venue habiter avec Albert, ce que voit d'un mauvais oeil Bettine Carmel, une...

couverture

Mon nom est Rouge de Orhan Pamuk

critiqué par Esperluette - (* - 45 ans)

kaléidoscope oriental

9 etoiles
Roman policier, fresque historique, critique sociale et religieuse… si je trouve ce roman inclassable, en tout cas je peux le mettre en tête sur la liste de mes lectures de l’année. L'histoire commence en 1591. Istanbul est sous la neige. Le premier personnage à prendre la parole est… un cadavre. Depuis le trou où son...

couverture

Vie amoureuse de Zeruya Shalev

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Voyage au bout de l'amour

9 etoiles
A la recherche désespérée de l’amour, voilà de quoi traite ce livre, violemment critiqué lors de sa sortie en Israîl… La mère de l’héroïne, de par un mariage de convenance, entendez par là, de même classe sociale, ne pourra donner à sa fille tout l’amour que celle-ci serait en droit d'attendre. Pour couronner le tout, le...

couverture

Mari et femme de Zeruya Shalev

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

La banalité du couple

10 etoiles
Un mari trouve sa femme trop autoritaire, elle-même le trouve trop jaloux. Leur fille unique navigue entre eux deux, sans pouvoir se situer. Dans un décor banal, Zeruya Shalev nous décrit une vie de couple, ni plus malheureux, ni plus heureux que les autres, jusqu'au jour où le mari, un beau matin, ne parvient plus à...

couverture

La belle du Caire de Naguib Mahfouz

critiqué par Jules - (Bruxelles - 73 ans)

La corruption et l'arrivisme

8 etoiles
Quatre jeunes étudiants de l’université du Caire discutent en marchant. Ils sont très différents tous les quatre, mais sont amis. Le premier est socialiste, le second traditionaliste, le troisième aime la vie et la pensée positiviste d’Auguste Comte. Le quatrième, Mahgoub al-Dayim fait celui qui n'est concerné par rien et sa réponse la plus courante aux...

couverture

Impasse des deux palais de Naguib Mahfouz

critiqué par Schaschlick - (Bruxelles - 43 ans)

Plongée au coeur du Caire ancien

8 etoiles
Naguib Mahfouz, prix Nobel de Littérature, a tout pour séduire: l'intrigue, les personnages hauts en couleurs et si réalistes, le décor qui sent bon les épices et où avec un peu d'imagination on pourrait presque entendre les foules qui se rassemblent dans les souks. Mais il peut aussi faire abandonner les lecteurs avant la fin,...

couverture

Le Premier Siècle après Béatrice de Amin Maalouf

critiqué par Acque - (Italie - 37 ans)

Entre peurs et croyances populaires

6 etoiles
Ce livre nous présente le désir de l'homme d'avoir une descendance masculine portée à son paroxysme. Les filles se font de plus en plus rares. Encore une fois ici on voit comment nos désirs peuvent être néfastes pour l'humanité. Le monde à la recherche de sa " féminité " perdue : est-ce peut-être un " prétexte "...

couverture

Le Prophète de Kahlil Gibran

critiqué par Leura - (-- - 66 ans)

Un sommet de la littérature du 20e siècle

10 etoiles
« Le Prophète » est plus qu'un livre. C'est un cadeau offert à l’humanité toute entière. Dans un langage très poétique, l’auteur relate le testament spirituel d'Almustapha au peuple d’Orphalèse. L’amour, le mariage, les enfants, le don, la prière, le travail, la joie, la tristesse, la liberté, les lois, le bien et le mal, le plaisir, la...

couverture

Le Périple de Baldassare de Amin Maalouf

critiqué par Sorcius - (Bruxelles - 47 ans)

A la poursuite d’un mirage

6 etoiles
Baldassare Embriaco est un homme paisible, fortuné, aux ancêtres prestigieux mais déchus, qui avance dans la vie sans y prendre garde, en laissant les jours se succéder aux autres et se ressembler chaque année un peu plus. À quarante ans, sa vie est on ne peut plus banale. Et puis un jour, tout va basculer, à...