Littérature => Russe (307 livres critiqués)



couverture

Ciel orange de Andrej Viktorovič Rubanov

critiqué par CC.RIDER - (59 ans)

Une ambiance glauque et mélancolique

5 etoiles
A Moscou, à la fin des années 90, Matveï Matveev, semble être un petit patron au sommet de la réussite. Importateur de vins français, il a une femme élégante, une belle voiture, un luxueux appartement et des bureaux cossus. En réalité, à force de graisser la patte aux douaniers, aux politiciens véreux et à quelques...

couverture

Dimitri Roudine de Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 50 ans)

Paroles, paroles...

9 etoiles
Daria Michaëlowna Lassounska, Moscovite riche et veuve, se retire à la campagne quelques mois de l'année dans sa grande maison de pierre. Elle a pour plaisir de recevoir son entourage, en donnant régulièrement salon, et est particulièrement sensible aux esprits nouveaux et personnages hors du commun. Pour l'heure, elle reçoit la visite de Volinzoff et...

couverture

Drame de chasse de Anton Tchekhov

critiqué par Salocin - (36 ans)

Drôle de titre pour ce roman exceptionnel !

10 etoiles
"Drame de chasse", quel drôle de nom pour ce roman, qualifié de noir, par Tchekhov lui même. Le rédacteur, qui va publier cette histoire, le reconnaît lui même : "Ca ne fait pas sérieux" dit-il. Drôle d'idée aussi de ma part de découvrir ce grand dramaturge russe, que je ne connaissais pas jusqu'à présent,...

couverture

Autoportrait d'un bandit dans son adolescence de Èduard Veniaminovič Limonov

critiqué par Aaro-Benjamin G. - (Montréal - 48 ans)

Petit truand

4 etoiles
Limonov a récemment refait surface dans le paysage littéraire suite au succès de la biographie-reportage de Emmanuel Carrère. Pas étonnant que ses livres soient édités de nouveau, comme celui-ci. Le titre décrit parfaitement ce qu’il contient. Il s’agit d’un regard à la troisième personne sur une adolescence marquée par la petite délinquance. Limonov raconte ses...

couverture

Je suis la reine : Et autres histoires inquiétantes de Anna Starobinets, Raphaëlle Pache (Traduction)

critiqué par Reginalda - (lyon - 50 ans)

Méfiez-vous de la banalité ou les délices de la peur ordinaire

10 etoiles
Il était une fois, en Russie, des personnages banals: des êtres qui ne sont "personne" comme dirait l'un d'eux, et qui soudain deviennent étranges au point que leurs aventures sidèrent le lecteur. Un petit fonctionnaire se prend d'amour pour de la moisissure, un jeune garçon se met à écouter une voix inquiétante tandis qu'un autre...

couverture

Tarass Boulba de Nicolas Gogol

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 50 ans)

"Brut de décoffrage"

8 etoiles
« Dieu a donné à l’homme, par tout ce qu’il y a en vous, ah !… dit Tarass, avec son geste de décision, en secouant sa tête grise et relevant le coin de sa moustache, non, personne ne peut aimer ainsi. Je sais que, maintenant, de lâches coutumes se sont introduites dans notre terre :...

couverture

Contes du chemin de fer de Hamid Ismaïlov

critiqué par Montréalaise - (24 ans)

Fantaisie ouzbèke

9 etoiles
Hamid Ismailov est l'un des écrivains les plus célèbres d'Asie Centrale. Né d'un père kirghize et d'une mère ouzbèke, il est devenu tôt orphelin et a été élevé par sa grand-mère maternelle, alors que l'Asie Centrale faisait partie de l'Union Soviétique. Peu de temps après la dissolution de l'URSS et l'indépendance de l'Ouzbékistan, Ismailov a...

couverture

Un Homme étrange - Bal masqué - Deux Frères de Mikhaïl Lermontov

critiqué par Perlimplim - (Paris - 41 ans)

Oeuvres clefs

9 etoiles
Le théâtre de Lermontov est un pur joyau, trop souvent négligé. Il constitue un maillon essentiel de la littérature russe. Ce volume contient trois oeuvres: "Un Homme étrange", "Bal masqué" et "Deux Frères". "Un Homme étrange" est un drame romantique au sens fort du terme. Il s'articule autour de la figure du poète, en conflit...

couverture

Le singe noir de Zakhar Prilepine

critiqué par Ndeprez - (41 ans)

Attention OVNI Total !

7 etoiles
Je suis bien embêté pour vous faire une critique de ce texte qui ne ressemble à rien de ce que j'ai lu jusque ce jour. Il est question d'un journaliste empêtré avec sa femme à qui il n'adresse plus la parole, une maitresse qui le trompe , deux enfants qui passent leur temps tout seuls ...Celui-ci...

couverture

Laitier de nuit de Andreï Kourkov

critiqué par Marvic - (Normandie - 59 ans)

Lait de Jouvence

7 etoiles
Kiev de nos jours. Trois héros ordinaires commencent ou terminent une journée ordinaire. Il y a d'abord Irina, une jeune femme, fille-mère d'une petite Iassia, qui habite avec sa mère dans un petit village à une dizaine de kilomètres de la capitale et qui gagne de quoi subsister en vendant à un lactarium son lait...

couverture

Boris Godounov. Théâtre complet de Alexandre Pouchkine

critiqué par Montréalaise - (24 ans)

« Le génie et le crime sont deux choses incompatibles ».

8 etoiles
Cette édition rassemble tout le théâtre du grand écrivain russe Alexandre Pouchkine, plus connu pour ses talents de poète que pour sa dramaturgie. Ce qui est malheureux vu la richesse de ces oeuvres, à commencer par la part du lion, «Boris Godounov», qu'on peut considérer comme sa seule véritable pièce de théâtre (sinon, la première...

couverture

Poltava - Le Cavalier de bronze de Alexandre Pouchkine

critiqué par Montréalaise - (24 ans)

Les splendeurs et folies du Tsar Pierre Le Grand

10 etoiles
Ces deux poèmes d'Alexandre Pouchkine, «Poltava» (1828) et «Le Cavalier de Bronze» (1833), sont deux courts récits en vers qui rendent hommage, d'une manière ou d'une autre, au plus grand souverain russe de l'Histoire, Pierre le Grand, célébré pour son génie politique et une vision de son pays tourné vers l'avenir. Cela est d'autant plus...

couverture

Doubrovski de Alexandre Pouchkine

critiqué par Montréalaise - (24 ans)

Le Robin des Bois Russe

9 etoiles
« Doubrovski » fut écrit en 1832 et publié quatre ans après la mort de son auteur, le grand poète russe Alexandre Pouchkine. Ce court roman serait inachevé en raison d'un manuscrit trouvé contenant des projets de chapitres à écrire. Un inachèvement également révélé d'une manière ou d'une autre par une «fin» un peu trop...

couverture

L'univers enfoncé et autres poèmes de Velimir Khlebnikov

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Une poésie violente, pleine d'images, de fierté et de ferveur

9 etoiles
Ce petit livre, authentiquement de poche en raison de ses dimensions modestes (il ne fait qu'une cinquantaine de pages), est rouge sombre comme imbibé de sang. La poésie de Khlebnikov, poète futuriste russe qui fut peut-être compagnon de route de Maïakovski (les notices biographiques sont hélas bien trop courtes pour comprendre réellement la vie...

couverture

La grange de Madis Kõiv, Hando Runnel

critiqué par Sahkti - (Genève - 43 ans)

Mortel huis clos

8 etoiles
Comédie dramatique en trois actes, La Grange relate le huis clos entre treize ouvriers agricoles enfermés dans une grange. Leur mission ? Décharger des voitures chargées de tonnes de foin. Du foin, encore et encore. A ce travail titanesque s’ajoute la notion d’enfermement. Pourquoi sont-ils là ? Qu’ont-ils fait, quand vont-ils sortir ? Et puis...

couverture

Résurrection de Léon Tolstoï

critiqué par Pierre-André - (28 ans)

Moraliste ou divin?

10 etoiles
Ce roman est le dernier grand roman de Tolstoï, mais aussi l’un des moins connus. J’ai été époustouflé par ce livre qui m’a profondément surpris. Il m’a d’autant plus surpris lorsque j’ai considéré les critiques et commentaires qui le qualifient souvent de roman secondaire de Tolstoï, qui n’est pas digne d’un « la Guerre et la...

couverture

Zacharie l'escarcelle : Et autres récits de Alexandre Soljenitsyne

critiqué par Lecassin - (Saint Médard en Jalles - 61 ans)

L'âme russe... et la poésie...

9 etoiles
« Zacharie l'escarcelle » est le plus long texte de ce recueil qui comprend également trois autres parties : « Etudes et miniatures », « La main droite », « La procession de Pâques ». « Etudes et miniatures », qui ouvre ce recueil est constitué d'une série de petits textes, sortes de poésies en prose...

couverture

Faïna de Elena Botchorichvili

critiqué par Libris québécis - (Montréal - 75 ans)

Se marier en pays communiste

6 etoiles
Depuis Staline, les chefs politiques, « trop vieux pour retenir leurs pets », se sont succédé avec le même souci de sauvegarder les privilèges qu'ils se sont octroyés au détriment d'une population assujettie à leur débrouillardise pour vivre. C'est dans ce contexte que la Géorgienne Faïna tente d'assumer sa féminité depuis que ses seins sont apparus...

couverture

Cuisine tatare et descendance de Alina Bronsky

critiqué par Yotoga - (- ans)

une grosse claque !

9 etoiles
Voici l'histoire de trois femmes tartares, racontée par Rosalinda, la grand-mère. Sa fille Sulfia tombe enceinte d'Aminat. Après deux mariages et plusieurs possibilités d'émigration, elles partent toutes les trois pour l'Allemagne. Premièrement, il faut arriver à comprendre la psychologie de Rosalinda. Elle a un caractère de chien, elle est persuadée faire partie d'une race supérieurement...

couverture

La petite fille devant la porte de Mariana Kozyrieva

critiqué par SpaceCadet - (- ans)

Un peu de candeur dans un monde de...

8 etoiles
On sait peu de choses au sujet de Mariana Kozyrieva. Née en 1928, elle a vécu à Saint-Pétersbourg et pendant qu'elle travaillait comme gardienne, elle a écrit en secret des récits pour enfants, des pièces de théâtre et de la poésie. "La petite fille devant la porte" semble être l'unique roman...

couverture

Gogol de Henri Troyat

critiqué par Pierrequiroule - (Paris - 36 ans)

Un excentrique de génie

10 etoiles
Un nez qui se promène en uniforme officiel, un fantôme vengeur dérobant les manteaux des passants, le portrait du Diable peint d'après nature, des âmes rachetées après le décès de leurs propriétaires… voici quelques-unes des fantasmagories de Gogol. Auteur de récits hauts en couleurs (comme « Les veillées du Hameau ») où les diableries...

couverture

La douce de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski

critiqué par Anonyme3 - (- ans)

"La douce", une nouvelle, noire et splendidement écrite, avec un travail préparatoire remarquable (avec une partie des planches originales qui ont été traduites pour la 1ère fois en français par André Markowicz).

10 etoiles
Biographie de l'auteur: Né à Moscou le 30 octobre 1821, Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski est entré en littérature en janvier 1846 avec Les Pauvres Gens. Il est mort à Saint-Pétersbourg le 28 janvier1881. Quatrième de couverture: "Figurez-vous un mari dont la femme, une suicidée qui s’est jetée par la fenêtre il y a quelques heures, gît...

couverture

Le Guetteur de Vladimir Nabokov

critiqué par Ravenbac - (Reims - 52 ans)

Miroir

10 etoiles
Le narrateur a une vingtaine d’années quand, suite à la révolution bolchévique, il débarque pour la première fois à Berlin. Pour survivre il devient précepteur dans une famille russe où on lui confie deux jeunes garçons turbulents. Le narrateur, dont on ignore le patronyme, est un homme solitaire. Cela ne l’empêche pas de rencontrer Mathilde :...

couverture

Héritage de Anna Shevchenko

critiqué par Psychééé - (29 ans)

Voyage dans l'espace et le temps!

8 etoiles
Cela faisait des mois que je rêvais de lire ce livre. Tout ce que j'aime y est réuni : le voyage, l'espionnage, les vieilles légendes slaves... Un cocktail explosif donc à première vue! Et puis l’idée de découvrir l'histoire de l'Ukraine, pays dont on parle trop peu aujourd’hui était tentante aussi… Le sujet est original, puisque...

couverture

Dans le brouillard et autres récits - 2ème volume des Récits complets de Léonid Andreïev

critiqué par Stavroguine - (Paris - 33 ans)

L'homme, sa folie

10 etoiles
Le premier volume des œuvres complètes de Léonid Andreïev nous avait fait découvrir un immense écrivain. Dans la lignée des Gogol et des Dostoïevski, il avait su capter l’âme russe, mais aussi celle de l’humanité toute entière. A travers quelques thèmes forts et récurrents – l’oppression des grandes villes, la folie, la foi et l’existence...

couverture

Katia de Léon Tolstoï

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 50 ans)

La vie à deux...

9 etoiles
Katia, toute jeune fille, rêve du grand amour... Elle vit à la campagne avec sa soeur et sa nourrice, et n'a pratiquement pour seules visites que celles du meilleur ami de son père... Chaque année elle attend impatiemment qu'il revienne, et leurs sentiments réciproques ne font que s'amplifier. Mais il n'ose pas penser que cette jeune...

couverture

Le Gouffre, et autres récits - 1er volume des Récits complets de Léonid Andreïev

critiqué par Stavroguine - (Paris - 33 ans)

L'âme

10 etoiles
Léonid Andreïev est peu connu en France, et à la lecture de ce premier volume de l’intégralité de son œuvre narrative, on ne peut que le regretter. Coincé entre l’âge d’or de la littérature russe de la fin du dix-neuvième siècle et l’avènement de l’URSS, une poignée d’œuvres nous était parvenue avant que les éditions...

couverture

La Mort d'Ivan Illitch, suivi de Maître et serviteur et de Trois morts de Léon Tolstoï

critiqué par Ngc111 - (31 ans)

A acheter pour Maître et Serviteur !

7 etoiles
Trois nouvelles portant sur le thème de la mort : Trois Morts, La Mort d'Ivan Illitch et Maître et Serviteur. Trois réussites même si c'est à des degrés différents. La première d'entre elle, Trois Morts, est la plus courte, relatant la mort d'une vieille dame qui refuse son sort et s'obstine à vouloir entreprendre et poursuivre...

couverture

Potemkine ou le troisième coeur de Iouri Bouïda

critiqué par Stavroguine - (Paris - 33 ans)

Coupable

8 etoiles
Fiodor Ivanovitch Zavalichine – Théo pour ses quelques rares intimes – a tué. C’était à Odessa, en 1905, lors de la répression de la célèbre mutinerie des marins du cuirassé [i]Potemkine[/i], immortalisée par Eisenstein dans son film. C’est à l’occasion du visionnage de celui-ci, vingt-et-un ans plus tard à Paris, où il habite comme bon nombre...

couverture

Seul de Evgueni Ivanovitch Zamiatine

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Un révolutionnaire en prison

8 etoiles
Ce très court roman présente quelques affinités avec l'extraordinaire chef d'oeuvre de Zamiatine : "Nous autres". Il raconte l'histoire d'un professeur (Bielov), emprisonné pour activités révolutionnaires, qui puise dans l'amour qu'il éprouve pour Liélka, une de ses anciennes étudiantes qui lui écrit en prison, la force de résister à la noirceur de l'univers carcéral. Lorsque...

couverture

La locomotive ivre de Mikhaïl Boulgakov

critiqué par Rafiki - (Paris - 26 ans)

100% Boulgakov

8 etoiles
La Locomotive Ivre est un ensemble de texte écrits par Mikhail Boulgakov entre 1920 et 1940. Courts, en moyenne 3-4 pages, ces chroniques sont fidèles à l'œuvre de Boulgakov dans son ensemble: faire rire sur la forme pour mieux critiquer le fond. L'humour est en effet très présent: situations absurdes, ironie accentuée par le ridicule...

couverture

La Cerisaie de Anton Tchekhov

critiqué par PaulArthur - (Lille - 22 ans)

Une comédie légère, un drame intense

10 etoiles
Lioubov Andréevna a quarante ans, et est la propriétaire de la cerisaie, elle y revient après avoir passé cinq années à Paris, en "exil" pour ne pas penser à son mari et son fils de sept ans mort à une année d'intervalle. Beaucoup de gens se croisent dans la cerisaie : ania fille de dix-sept...

couverture

Le grain tombé entre les meules de Alexandre Soljenitsyne

critiqué par AmauryWatremez - (Evreux - 48 ans)

Un homme libre

9 etoiles
Après avoir effectué plusieurs années de purgatoire littéraire, Soljénitsyne ressort des placards où l'avaient rangé ceux dont il dénonçait les hypocrisies et compromissions selon eux obligatoires avec les pires dictatures du XXe siècle, en particulier le communisme d'Europe de l'est. L'auteur de cette autobiographie, qui ici se raconte plus que dans les autres livres, parle...

couverture

Crime et châtiment : Le joueur : L'Idiot de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski

critiqué par Fa - (La Louvière - 42 ans)

L'insondable âme humaine

9 etoiles
Crime et châtiment, le Joueur, l'Idiot. Trois romans cardinaux dans l'oeuvre de Dostoïevski, dans l'histoire de la littérature russe et dans l'histoire de la littérature tout court. Ces trois romans auront été écrits en trois ans à peine, suite à une véritable frénésie créatrice du romancier russe. Peu de choses aussi vraies auront été écrites sur...

couverture

L'Affaire Kravtchenko de Nina Berberova

critiqué par Tanneguy - (Paris - 78 ans)

Une page déterminante de notre histoire contemporaine

10 etoiles
Qui connaît aujourd'hui Kravtchenko ? Cela n'est sans doute pas enseigné par l'Education Nationale. J'avais une dizaine d'années en 1949 et je me souviens bien des gros titres en première page des journaux pendant plusieurs mois sans que je comprenne grand'chose et avant Soljénitsyne on n'avait pas vraiment le droit d'en parler librement... Kravtchenko était...

couverture

Ma province de Maxime Ossipov

critiqué par Ddh - (Mouscron - 76 ans)

ça nous apprend des trucs mais c'est confus

4 etoiles
La province de Maxime Ossipov, c’est à 100 km de Moscou où il gère un hôpital non sans difficultés tant avec les coutumes des patients qu’avec les arcanes du pouvoir postsoviétique. Médecin, Maxime Ossipov décrit en connaissance de cause la vie dans un hôpital en province. Cet ouvrage se divise en deux parties : dans la...

couverture

Polzounkov de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski

critiqué par Sam-faulkner - (19 ans)

Une petite nouvelle de Dostoïevski

8 etoiles
Cette nouvelle, éditée par Babel à l'occasion de la re-traduction complète de Dostoïevski, conte l'histoire d'une corruption, d'un bouffon et d'une assemblée qui écoute le bouffon. Cette nouvelle reste ironique, efficace et on retrouve le vraie génie de Dostoïevski, grâce à la nouvelle traduction. Enfin, on a plus l'impression de lire un écrivain russe, et...

couverture

Le Don de Vladimir Nabokov

critiqué par Ravenbac - (Reims - 52 ans)

Eblouissante virtuosité

10 etoiles
Quand on évoque les meilleurs romans de Nabokov, on cite « Lolita », « Feu pâle » ou « Ada ou l’ardeur ». On oublie « Le don », publié en 1937. Le Don est un formidable roman d’amour : amour de Fiodor, jeune émigré et poète russe, pour la belle Zina ; et pour son...

couverture

Voyage de Pétersbourg à Moscou de Aleksandr Nikolaevič Radiŝev

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 62 ans)

Un cortège de souffrances et de misères

8 etoiles
Issu de la noblesse russe, Alexandre Radichtchev fait carrière comme fonctionnaire subalterne dans l’administration impériale tout en poursuivant une activité littéraire. Ce livre, considéré comme un classique de la littérature russe a tellement choqué Catherine II qu’il a valu à son auteur une condamnation à mort heureusement commuée en exil en Sibérie. Le livre demeure...

couverture

La défense Loujine de Vladimir Nabokov

critiqué par Stavroguine - (Paris - 33 ans)

La Passion

9 etoiles
[i]La défense Loujine[/i] est le troisième roman de Nabokov, écrit comme les deux précédents en russe et publié sous le nom de plume de V. Sirin. Publié en 1930, il n’est pas sans « rappeler », par certains aspects, le célèbre [i]Joueur d’échecs[/i] de Zweig, publié pourtant quelques treize ans plus tard, mais que la...

couverture

Le singe vient réclamer son crâne de Ûrij Osipovič Dombrovskij

critiqué par Carmen - (71 ans)

L'homme descend-il du singe?

7 etoiles
En 1958, Hans Maisonnier, 27 ans, dirige la rubrique juridique de son journal. A la poste, il reconnaît un ancien nazi gestapiste responsable de la mort de son père et de quelques uns de ses amis. Ce Gardner vient d'être remis en liberté pour raison de santé, ce qui ne l'empêche pas d'occuper un poste...

couverture

Stalker : pique-nique au bord du chemin de Arcadi Strougatski, Boris Strougatski

critiqué par Tortulut - (37 ans)

Stalker, ça creuse la tête (comprenne qui lira)

8 etoiles
Stalker c'est la projection de l'homme dans la "Zone", un lieu qui n'a pas grand chose d'humain, mais qui est comme le vecteur par lequel la quête de soi va s'entreprendre. La zone est une sorte de révélatrice, de machine à penser. C'est ce que j'ai retenu du livre, mais il fait partie de ces romans au...

couverture

Deux générations (ou Deux Hussards) de Léon Tolstoï

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 62 ans)

Le père et le fils

7 etoiles
Publié en 1856, ce récit est un des premiers de Tolstoï. Il met en scène un noble officier de l’armée russe séjournant dans une petite ville où se tiennent les élections des représentants de la noblesse. Le comte Tourbine s’adonne au jeu, à la boisson et aux femmes. Son séjour se passe en beuveries et...

couverture

La matinée d'un seigneur de Léon Tolstoï

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 62 ans)

La naïveté touchante d'un jeune aristocrate

8 etoiles
Un jeune aristocrate de dix-sept ans, Nekhludov, étudiant en troisième année à l’Université, écrit à sa tante demeurant à Moscou pour lui faire part de sa décision d’abandonner ses études pour se consacrer entièrement à la gestion de son domaine et venir en aide à ses paysans vivant dans une profonde misère. Fort de cette...

couverture

Les récits de Sébastopol de Léon Tolstoï

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 62 ans)

L'enfer de Sébastopol

9 etoiles
L’épisode principal de la guerre de Crimée, le siège de Sébastopol, qui dura onze mois, du 9 octobre 1854 au 8 septembre 1855, constitue le thème principal de ces trois nouvelles. Tolstoï y décrit la vie dans les tranchées et nous entraîne dans les rues de la ville où la vie des habitants se poursuit...

couverture

L'exploit de Vladimir Nabokov

critiqué par Romur - (Viroflay - 44 ans)

Besoin d'exister

6 etoiles
Martin est fils de la noblesse russe, contraint par la Révolution de 1917 à l’exil en Suisse avec sa mère, puis à Cambridge. C’est un jeune homme rêveur et oisif comme on peut l’être quand on a été élevé dans un monde exclusivement féminin et dans l’aisance matérielle. Jeune adulte il connaît les conquêtes faciles...

couverture

Pour une juste cause de Vassili Grossman

critiqué par Tanneguy - (Paris - 78 ans)

Avant "Vie et Destin"

8 etoiles
V. Grossman, écrivain juif soviétique, a été marqué par la bataille de Stalingrad pendant laquelle il fut correspondant de guerre officiel. Il a écrit ce roman juste après la fin de la guerre en 1952 ; il parut sous forme de feuilleton avec succès mais il ne nous est parvenu que récemment, bien après "Vie...

couverture

Le Diable de Léon Tolstoï

critiqué par Smokey - (Zone 51, Lille - 31 ans)

Le déchirement masculin

8 etoiles
Eugène Irténiev est un jeune homme qui tente de gérer les terres héritées tout en réglant les dettes accumulées par son père avant sa mort. Récemment arrivé sur ses terres, il prend une amante, Stepanida, pour satisfaire ses besoins. Plus tard, il rencontre Lise, une gentille jeune femme qu’il épouse. Les premières années de ce mariage...

couverture

Nouvel abécédaire russe de Katia Metelizza, Elena Balzamo (Traduction), Jean-François Martin (Illustration)

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 62 ans)

Nationalisme, machines à café, réfrigérateur et tutti quanti !

8 etoiles
Recueil de chroniques parues dans la presse russe écrites par la journaliste Katia Metelizza. Les textes tirés de ses deux premiers recueils ont été choisis en raison de leur contenu particulièrement significatif et présentent des attitudes et des mœurs russes et occidentales typiques. Les thèmes sont variés et souvent insolites : nationalisme, nourriture, machines à...

couverture

Un royaume de femmes : Suivi de De l'amour de Anton Tchekhov

critiqué par Tanneguy - (Paris - 78 ans)

Deux nouvelles charmantes

10 etoiles
C'est toujours un enchantement une nouvelle de Tchékhov, ses personnages sont attachants, leur vie simple nous fait rêver. La première met en scène des femmes jeunes encore, tourmentées par l'amour, ou ce qu'elles en imaginent ; faut-il se marier, avec qui accessoirement, faut-il avoir des enfants ? L'auteur ne propose pas de réponse et on refermera...