Littérature => Africaine (318 livres critiqués)


Début Précédente Page 7 de 7

couverture

Des rêves et des assassins de Malika Mokeddem

critiqué par Rotko - (Avrillé - 44 ans)

Femme algérienne : entre peur et déprime.

8 etoiles
Deux façons de lire ce roman paru en 1995. Comme un documentaire, car il montre bien la situation de la femme algérienne au temps des assassins du FIS. Instruite, puisqu'elle devient universitaire, la narratrice n'en vit pas moins les humiliations et souffrances de ses semblables, - encore plus malmenées : harcelée, injuriée, trahie dans ses...

couverture

En attendant les barbares de John Maxwell Coetzee

critiqué par Rotko - (Avrillé - 44 ans)

L'Histoire, cette tragédie !

10 etoiles
Le poste frontalier qui donne sur le désert des barbares est administré par un magistrat civil. Bientôt arrive le représentant militaire du Gouvernement, chargé d'une mission officielle : vérifier que les barbares préparent une offensive, et soumettre les prisonniers à la question. Entre les deux hommes naît une collaboration officielle, même si le magistrat civil...

couverture

Papa doit manger de Marie Ndiaye

critiqué par Moka - (Bruxelles - 28 ans)

Quand Papa rentre apres 10ans d'absence...

8 etoiles
Mina habite a Courbevoie, petite ville sale et grise, avec Maman et Ami. Papa est parti dix auparavant et apres tant d'années d'absences il revient, Papa revient! Il fait croire à sa femme et à ses filles qu'il est riche maintenant, qu'il a voyagé et qu'il vient reprendre sa femme et ses enfants. Enfait une...

couverture

L'interculturalité au regard du roman sénégalais et québécois de Mansour Dramé

critiqué par Collins - (Paris - 53 ans)

Voyage au sénégal et au québéc

10 etoiles
Les géopoliticiens dans les conférences internationales expliquent avec sérieux et élégance les distinctions géographiques et les contradictions politiques entre le Québéc et le Sénégal. Mais ils analysent rarement, la place préponderante de la littérature de deux pays dans le combat pour la justice, les droits de l'homme et l'égalité. A toutes ses questions épineuses, Mansour Dramé...

couverture

Soupir de Ananda Devi Nirsimloo

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Royal Palm

9 etoiles
- Nous parions sur l'écriture des continents noirs pour dégeler l'esprit romanesque et la langue française du nouveau siècle. Nous parions sur les fétiches de papier qui prennent le relais des fétiches en bois - (les éditions Continents noirs). En effet, la littérature africaine vaut vraiment le détour pour la saveur de sa langue et...

couverture

Max Havelaar, ou, Les ventes de café de la compagnie commerciale des Pays-Bas de Multatuli

critiqué par Rotko - (Avrillé - 44 ans)

Une mise en garde contre les abus de pouvoir.

9 etoiles
286869697X Une mise en garde contre les abus de pouvoir. Multatuli ( = "j'ai beaucoup souffert") est le pseudonyme de Edouard Douwes Dekker (1820-1887) qui denonce dans "Max Havelaar"(1859), l'oppression néerlandaise sur les Javanais. Deux fils directeurs : un bourgeois égoïste et repu ( le lecteur hollandais ?) avec ses prejugés et ses preoccupations etroitement...

couverture

L'Esprit des eaux de Pepetela

critiqué par Isaluna - (Bruxelles - 61 ans)

Le cantique lent et douloureux de la déesse Kianda...

9 etoiles
Luanda, Angola, dans les années 80. Des phénomènes extraordinaires affectent tou un quartier de la capitale. : les immeubles s'effondrent, les uns après les autres, comme si le ciment des constructions redevenait subitement sable. Curieusement, on ne déplore aucune victime à cet étrange enchantement : les habitants atterrissent en douceur au milieu des gravats. Ce que les...

couverture

Johnny chien méchant de Emmanuel Dongala

critiqué par Prozac - (IDF - 42 ans)

Une Afrique ravagée par des guerres absurdes

9 etoiles
C'est un sujet d’actualité dont a choisi de nous parler le congolais Emmanuel DONGALA. Nous voyons ces images chaque jour sur le poste de télévision, l'horreur des guerres absurdes menées dans les pays d'Afrique ou d’ailleurs. Mais les mots d’Emmanuel DONGALA nous atteignent et nous font prendre conscience de la cruauté de ces petits combats...

couverture

Regard blessé de Rabah Belamri

critiqué par Rotko - (Avrillé - 44 ans)

une enfance algerienne

9 etoiles
Mars 1962, un adolescent se rend à Alger : Hassan veut recouvrer la vue, et son pays veut trouver le bonheur dans l'indépendance. A mesure que se ferment les yeux sur le monde extérieur reviennent les souvenirs, alternent l'imagination enfantine et les désirs adolescents. L’enfant, resté dans le monde des femmes, écoute leurs propos : ...

couverture

Comment cuisiner son mari à l'africaine de Calixthe Beyala

critiqué par Leura - (-- - 67 ans)

Humour, amour et gastronomie...

8 etoiles
Mademoiselle Aïtassou a remarqué un jour que les blancs ne sont intéressés que par des femmes anorexiques, style mannequin, des sacs d'os, quoi. Alors, pour mieux s'intégrer, devenir blanche comme elle le dit, elle a fait des régimes draconiens, fréquenté des salles de fitness, essayé de reproduire ce qui fait la séduction de la femme...

couverture

Courage et patience de Akli Tadjer

critiqué par Rosenblum Petit - (Marcinelle - 44 ans)

La confession d'un nègre

7 etoiles
Lorsque, il y a quelques jours déjà, j'ai terminé ce roman, j'ai retourné notre site dans tous les sens pour en trouver la critique. Bardaf! (c'est l'embardée, aurait dit le regretté Manu Thoreau). Rien: ni sur le livre, ni sur l'auteur. J'ai d'abord été très étonnée car beaucoup d'entre vous semblent lire trois ou quatre...

couverture

Disgrâce de John Maxwell Coetzee

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Au pays de l’apartheid

10 etoiles
Trois fois couronné par des prix anglo-saxons, une première fois par le prestigieux Booker Price, ensuite par le Commonwealth Prize et le National Book Critics Circle Award aux Etats-Unis, ce roman nous plonge au coeur de la fracture sociale de l’Afrique du Sud. Magie de l’écriture ou de l'écrivain, le roman nous épargnera les sempiternelles différences...

couverture

Jessica de Bryce Courtenay

critiqué par Roulemabosse - (Tournai - 81 ans)

Un pays où rien ne meurt naturellement

9 etoiles
Un pays où la terre, la poussière, la chaleur, les inondations, la sécheresse, les espèces qui s'entre-dévorent, tout se conjugue pour le triomphe sans partage de la destruction... Car ce roman est aussi puissant par l'histoire que par la description de l'environnement cruel et sauvage dans lequel vit Jessica. Garçon manqué, elle fait partie d'une équipe...

couverture

Quand le lion a faim de Wilbur Smith

critiqué par Thémis - (Ligny - 48 ans)

Un livre plein de rebondissements et dépaysement assuré !

9 etoiles
Le début fait penser à une saga familiale. Il y a le père Wait, chef suprême, la belle-mère Ada et les jumeaux Sean et Garrick Courtney. Ils vivent tous heureux dans leur domaine appelé Theunis Kraal en Afrique, jusqu’au jour où Sean tire accidentellement sur son frère, celui-ci touché à la jambe devra être amputé !...

couverture

Saison de la migration vers le nord de al- Ṭayyib Ṣāliḥ

critiqué par Vigno - (67 ans)

Partir, rester

8 etoiles
Le Soudan. Autour de la seconde Guerre mondiale. Partir, rester? Sortir du clan, s’instruire, se distancier des siens? Perpétuer les traditions, résister au temps, servir la communauté? Voilà le dilemme où se trouve le narrateur, lui qui a étudié pendant sept années en Angleterre et qui revient vers son petit village, près du Nil, chez son...

couverture

Un dimanche à la piscine à Kigali de Gil Courtemanche

critiqué par Vigno - (67 ans)

Prix des Libraires du Québec 2001: voyage au bout de l'horreur

8 etoiles
Journaliste québécois chevronné, Gil Courtemanche s'est surtout intéressé à la politique internationale. Il a obtenu en 1998 le prestigieux National Magazine Golden Award for Political Reporting. Il a parcouru et « couvert » tous les grands drames de cette fin de siècle : Ethiopie, Liban, Algérie. Il séjourne à plusieurs reprises au Rwanda, avant et après...

couverture

Un fou noir au pays des blancs de Tshibanda Wamuela Bujitu

critiqué par Cameleona - (Bruxelles - - ans)

Hymne à la tolérance

8 etoiles
Les tribulations d’un Zaïrois débarquant à Bruxelles, seul en territoire inconnu, ayant dû laisser derrière lui femme et enfants : voilà ce que raconte Pie Tshibanda, et ce n’est pas triste ! Psychologue de formation, il analyse de façon humoristique mais néanmoins très juste les relations qui régissent immigrés d’Afrique et autochtones " bien-pensants " :...

couverture

Allah n'est pas obligé de Ahmadou Kourouma

critiqué par Jimini Criquet - (BRUXELLES - 44 ans)

Le prix Renaudot 2000 : Un livre très fort

7 etoiles
Birahima aurait pu être un enfant comme les autres si. il était né ailleurs. Mais il est né dans un pays d’Afrique, ou plutôt un village d’Afrique. Après avoir perdu père et mère, il part pour le Liberia, à la recherche de sa tante et tutrice. Tiécoura, le multiplicateur de billet, le grigriman, le féticheur l’accompagne...