Littérature => Asiatique (784 livres critiqués)



couverture

Le jardin arc-en-ciel de Ito Ogawa

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Un jardin d'amour

8 etoiles
Le mariage et la filiation homosexuels préoccupent les Japonais tout autant que les Occidentaux, dans ce roman, Ito Ogawa expose son point de vue sur ce sujet sans militantisme forcené mais avec une grande ouverture d’esprit, n’éludant aucun aspect de la question. A cette fin, elle constitue une famille atypique : une femme divorcée et...

couverture

L'étrange bibliothèque de Haruki Murakami, Kat Menschik (Dessin)

critiqué par Pacmann - (Tamise - 53 ans)

Pour une fois une histoire courte

7 etoiles
On plonge dans l’univers habituel de l’auteur japonais, soit fantastique et poétique. Un peu d’épouvante mais qui ne fait pas vraiment peur mais surtout une nouvelle très courte que j'ai parcouru dans une version merveilleusement illustrée. Une nouvelle qui permet de constater que les récits de Murakami sont plus prenants dans la longueur, car quand il...

couverture

Comment apprendre à s'aimer de Yukiko Motoya

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Nul n'est parfait

7 etoiles
Yukiko Motoya a fondé une troupe de théâtre pour laquelle elle écrit et met en scène, son roman est fortement marqué par cette formation dans le monde du spectacle. L’intrigue est construite comme dans un opéra en plusieurs actes évoquant des temps différents dans l’histoire de l’héroïne, même si le nombre d’actes est un...

couverture

L'étoile du chien qui attend son repas de Hwang Sok-Yong

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

La jeunesse sud-coréenne dans les années 60

7 etoiles
Dans ce roman polyphonique, le lecteur découvre un groupe de jeunes dans les années 60 en Corée du sud, un peu désorientés. Il y a ceux qui souhaitent aller à l'université et ceux qui en ont assez de l'école et veulent exister : "L'éducation scolaire, plutôt qu'un intellect inventif, formerait finalement un individu intégrable dans...

couverture

Comment s'en mettre plein les poches en Asie mutante de Mohsin Hamid

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 72 ans)

jubilatoire !

10 etoiles
Mohsin Hamid, auteur inconnu de moi jusqu'à présent, est mon premier auteur pakistanais : je n'ai jamais réussi à lire Salman Rushdie ! Une sacrée réussite et un livre qui m'a bien plu, emprunté à mon excellente bibliothèque de quartier qui, heureusement, ne se limite pas aux best-sellers français et américains, même si c'est ce...

couverture

Zombies, la descente aux enfers de Kim Jung-hyuk

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

Un roman sur les zombies ...

5 etoiles
Ji-hoon travaille dans la détection des antennes-relais, n'a plus trop goût à la vie et la solitude est devenue son quotidien. Tout est mathématiques pour lui, il évalue son moral et plein d'autres choses en attribuant une note de 0 à 10. Un jour, toutes les ondes sont brouillées quand il s'approche de la ville...

couverture

Un déluge de feu de Amitav Ghosh

critiqué par SpaceCadet - (- ans)

Du hasard à l'histoire (ou l'inverse); destins croisés

6 etoiles
C'est en partant d'un intérêt pour le phénomène de la diaspora indienne et ayant quelques personnages en tête (dont Deeti) qu'Amitav Ghosh s'est embarqué pour un travail d'écriture qui, après avoir donné naissance à 'Un océan de pavots', s'est éventuellement prolongé en une trilogie portant le nom d'un navire baptisé Ibis. De la vague migratoire...

couverture

Fils de l'eau de Gu Byeong-mo

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

Le garçon du lac coréen

8 etoiles
Un père désespéré choisit de se noyer avec son fils dans un lac. Le suicide ne se déroulera pas exactement comme prévu. L'enfant développe des branchies et survit. Un vieil homme le recueille et s'en occupe comme il l'aurait fait avec son propre fils ou son petits-fils. Le vieil homme avait déjà à sa charge...

couverture

La végétarienne de Han Kang

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

Un roman sud-coréen bien étrange ...

8 etoiles
Suite à un rêve, Yonghye décide de devenir végétarienne au grand dam de son époux et de sa famille. La situation va se compliquer quand on la voit maigrir et changer d'attitude. Fascinée par les arbres et les plantes, elle gomme progressivement tout ce qui la rattache à l'Humanité. Ce roman se découpe en trois parties...

couverture

Sous un poirier sauvage de Ko Un

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et dans la mer obscure les derniers rayons de la lune se noient

10 etoiles
Les feuilles qui tombent dansent en tombant je quitterai ce monde ainsi en dansant « Sous un poirier sauvage » est une sélection de poèmes de l’écrivain Sud-Coréen Ko UN (*1933) tirés de 5 de ses recueils : «Le sentiment de l’au-delà» (1960) ; «Au bord de la mer» (1966) ; « Dieu. Langue. Dernier village »...

couverture

L'île des rêves de Keizō Hino

critiqué par Fanou03 - (* - 42 ans)

Les franges obscures de Tokyo

7 etoiles
Shôzô Sakai est cadre dans une entreprise de Bâtiment à Tokyo. Veuf, il mène une vie simple. Ses loisirs se réduisent à observer la ville et admirer les nouveaux immeubles en construction. Ses pas l’entraînent un jour par hasard vers un immense terre-plein que la ville de Tokyo gagne sur la mer en y enfouissant...

couverture

Call boy de Ira Ishida

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Le sexe n'est pas que de l'amour

8 etoiles
« J’entends souvent résonner des bruits de pas dans mes rêves ». Un livre qui commence par une telle phrase ne pouvait que m’aspirer et je fus bien inspiré de le lire. Ces bruits de pas sont ceux de la mère de Ryô que celui-ci entend toujours bien qu’elle soit disparue quand il n’avait que...

couverture

Une femme en bleu : Voyage en mère inconnue de Michèle Jullian

critiqué par Deashelle - (Tervuren - 9 ans)

Roman initiatique humaniste

9 etoiles
« Nous naissons, pour ainsi dire, provisoirement quelque part et c'est peu à peu que nous composons - en nous - le lieu de notre origine pour y naître - après coup - et chaque jour plus définitivement. » Rainer Maria Rilke « Lettre à Franz Xaver Kappus - 23 avril 1923 » Avec sa...

couverture

La concession française de Xiao Bai

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Shanghai embrouilles

7 etoiles
Shanghai porte de l’Occident entrouverte sur l’immense Empire du milieu, Shanghai lieu de confrontation entre les cultures orientales et occidentales, Shanghai lieu de rencontre de toutes les puissances officielles et occultes, Shanghai objet de fascination pour de nombreux écrivains : Malraux, « La condition humaine », Xiao Li « Shanghai Triad », Weihui, « Shanghai...

couverture

Le Jardin des Brumes du Soir de Tan Twan Eng

critiqué par SpaceCadet - (- ans)

Japonaiseries en Malaisie

4 etoiles
Après avoir appris qu'elle souffrait d'aphasie, une maladie qui la condamne à perdre la capacité de communiquer, Yun Ling, une magistrate de Kuala Lumpur, prend une retraite anticipée et décide de retourner, après plus de trente ans sans y avoir mis les pieds, à Yugiri, une propriété dont elle a hérité dans des circonstances que...

couverture

Jardin de printemps de Shibasaki Tomoka

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

C'est une maison bleue

7 etoiles
« C'est une maison bleue/Accrochée à ma mémoire /On y vient à pied /On ne frappe pas… » mais cette maison bleue n’est pas adossée à une colline de San Francisco, elle est plantée dans un quartier bourgeois de Tokyo et elle fascine Nishi qui pourrait chanter la chanson de Maxime Le Forestier tant ...

couverture

Toutes les choses de notre vie de Hwang Sok-Yong

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

L'Île-aux-Fleurs

9 etoiles
Dans la Corée du Général Park, la mère de Gros Yeux n’y arrive plus depuis que son mari a disparu - à cette époque il était bien difficile de savoir ce qu’il advenait de ceux que la police emmenait en prison ou dans les camps de rééducation – son petit étal en bordure du marché...

couverture

Le goût des orties de Junichirô Tanizaki

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Même les insectes mangeurs de renouées poivre d’eau ont leurs goûts

6 etoiles
« Le goût des orties » est l’histoire d’un couple, ou plutôt d’un « non couple » devrais-je dire, puisque, dès le début du roman, on apprend que Kaname et Misako ne s’aiment plus et souhaitent divorcer. Malheureusement Kaname et sa femme sont des personnes très indécises et d’un caractère passif, aucun des deux...

couverture

La dénonciation de Bandi

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Au secours !

8 etoiles
Le préfacier présente Bandi comme le Soljenitsyne nord-coréen car comme lui, il a fait sortir ses textes de son pays pour dénoncer la cruauté, l’injustice, la cupidité, du régime dictatorial qui y sévit. En coréen Bandi signifie luciole, c’est le pseudonyme choisi par cet écrivain clandestin, vivant toujours dans la partie nord de la presqu’île,...

couverture

Une Antigone à Kandahar de Joydeep Roy-Bhattacharya

critiqué par Psychééé - (30 ans)

Scène de guerre en Afghanistan

7 etoiles
Depuis une base américaine en Afghanistan, on aperçoit au loin une silhouette enveloppée dans sa burqa. Elle, c’est Nizam. Tous les habitants de son village sont morts, décimés par un drone américain. Elle a perdu ses jambes et réclame à présent le corps de son frère, un chef pachtoun, pour l’enterrer dignement. Mais comment savoir...

couverture

L'éventreur de Pékin de Peter May

critiqué par Ardeo - (Flémalle - 70 ans)

Ennuyeux

4 etoiles
C’est le deuxième roman de Peter May que je lis. La trame policière de ce roman est classique : dans le Pékin d’aujourd’hui (2004), une série de meurtres a lieu. Les victimes sont toutes des jeunes femmes prostituées qui après avoir été étranglées et égorgées ont leur corps affreusement mutilé, découpé, éparpillé, mis en scène…...

couverture

L'homme-tigre de Eka Kurniawan

critiqué par LesieG - (CANTARON - 51 ans)

Superbe rencontre

10 etoiles
Dans ce roman passionnant, on fait la découverte d'une autre culture, d'une autre croyance. Sur fond d'un... meurtre... en fait on a un peu de mal à mettre un mot sur cette mort bien qu'elle soit causée par quelqu'un, on revient petit à petit et doucement, par un jeu d'avances et de retours arrières, sur ce...

couverture

Nosaka aime les chats de Jacques Lalloz, Akiyuki Nosaka

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Maître de compagnie

8 etoiles
En lisant la biographie de Nosaka, j’ai découvert avec tristesse qu’il est décédé le 9 décembre dernier, apparemment dans la plus grande discrétion, je n’ai vu ou entendu cette nouvelle sur aucun média, peut-être suis-je mal informé. Je voudrais donc que les quelques mots que je vais écrire sur son dernier livre traduit en français,...

couverture

Étude à propos des chansons de Narayama de Shichirō Fukazawa

critiqué par Falgo - (Lauris - 78 ans)

Mythique et poétique

10 etoiles
Très déroutant, ce récit se passe dans un village isolé du Japon autour d'une très ancienne tradition qui veut que le fils aîné porte sa vieille mère sur la montagne de Narayama pour y mourir. Au fil de scènes diverses, de chansons, de discussions et de séances cocasses, on voit vivre ce village d'invention où...

couverture

English de Wang Gang

critiqué par SpaceCadet - (- ans)

Récit d'une adolescence au temps de la Révolution Culturelle

6 etoiles
Ürümqi, capitale de la Région autonome Ouïghour du Xinjiang, années 1970. Fils unique d'un couple d'architectes originaires de Nanjing, Liu Ai est né dans ce bout du monde, cette cité provinciale où il n'a pas choisi de vivre et où il mène sa petite existence d'étudiant, épiant ses concitoyens, s'emmêlant les pinceaux et découvrant peu...

couverture

Renarde du désert de Xuebo Guo

critiqué par SpaceCadet - (- ans)

Nouvelles du désert

8 etoiles
Figure de proue de la littérature mongole contemporaine, né en 1948 dans le sud-est de la Mongolie intérieure, Guo Xuebo a commencé à publier en 1975, construisant peu à peu une œuvre solidement ancrée dans l'univers culturel de son pays. Ayant pour cadre une région aride de la Mongolie intérieure, les deux récits composant...

couverture

Pauvre chose de Risa Wataya

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Comédie amère

7 etoiles
Périodiquement, l’Extrême- Orient produit des petits prodiges du marché littéraire, souvent des très jeunes femmes qui vendent des livres par dizaines de millions, on se souvient notamment de la Japonaise Banana Yoshimoto et de deux Chinoises, Weihui et Mian Mian. Aujourd’hui, c’est une autre Japonaise, Risa Wataya, qui arrive en France avec ce roman. Elle...

couverture

Quand viennent les cyclones de Anita Nair

critiqué par Tistou - (62 ans)

Climatologie, amour, violences …

7 etoiles
La lecture de « Quand viennent les cyclones » m’a irrésistiblement évoqué des lectures de Danielle Steel, ou Françoise Bourdin : une histoire d’amour au départ improbable, une « end » potentiellement « happy » … Un air de famille quoi. Sauf que … il y a plus, il y autre chose. Le fait que...

couverture

Le dernier quartier de lune de Chi Zijian

critiqué par SpaceCadet - (- ans)

A la rencontre des Evenks

7 etoiles
'Je suis une femme Evenk. Je suis l'épouse du dernier chef de clan élu par notre peuple.' (1) Ainsi commence le récit de cette femme qui, à l'encontre des autres membres de son clan, refuse d'abandonner la forêt, les rennes et son existence traditionnelle pour aller vivre à la ville. On est sur la...

couverture

Traces de Zhu Ziqing

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

avant Mao

10 etoiles
Ce recueil de vingt-neuf textes, de longueurs et couleurs variées, donne une idée de la palette littéraire (en prose) d'un célèbre poète chinois de la première moitié du vingtième siècle. Dans cette période tourmentée, entre les exactions des seigneurs de guerre, les exigences insatiables des grandes puissances occidentales et l'appétit d'ogre du voisin japonais, Zhu...

couverture

Madame Yang de Zhang Yihe

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

du côté de chez mao

10 etoiles
Yang Fenfang aime He Wuji, son ami d'enfance, dont le tort, dans le Chine de Mao, est d'avoir eu des parents qui, un jour lointain, avaient été propriétaires : un crime sous la soi-disant "dictature du prolétariat". Yang Fenfang va devoir épouser, contre son gré, un militaire gradé qui doit lui assurer gîte et couvert....

couverture

Cahier kangourou de Kōbō Abe

critiqué par Tistou - (62 ans)

Toujours plus fou

6 etoiles
Abe Kobo est à la dinguerie, au cauchemar mis en scène, ce que Patrick Modiano est à la mémoire défaillante. Il nous rejoue en permanence le même pitch : la dinguerie la plus folle, le cauchemar le plus improbable. Il fait très fort dans ce « Cahier Kangourou » avec un homme qui se rend...

couverture

Quatre générations sous un même toit, tome 2 : Survivre à tout prix de Lao She

critiqué par Romur - (Viroflay - 44 ans)

Toujours aussi enthousiaste

10 etoiles
Je rédige cette critique après avoir lu les deux premiers tomes écrits par Lao She. J’ai déjà écrit une critique pour le tome 1 et ces quelques lignes ne sont là que pour confirmer mon enthousiasme. J’ai lu plus de sept cents pages sans m’en rendre compte, tellement l’écriture est fluide, les descriptions de la nature...

couverture

La soeur de Soledad de Jose Y. Dalisay

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

La fatalité de l'exil

5 etoiles
A l’aéroport de Manille, une famille philippine attend impatiemment l’arrivée du cercueil contenant le cadavre d’un membre de leur famille décédé en Arabie saoudite, elle est fort déçue quand elle apprend que la dépouille en question n’est pas celle de l’un des leurs mais celle d’une jeune femme dont la famille réside dans une...

couverture

L'Arche en toc de Kōbō Abe

critiqué par Tistou - (62 ans)

Déroutant, le Kobo Abe

7 etoiles
Second roman de Kobo Abe, pour ma part, après « La femme des sables ». Et même impression, celle de me trouver devant une chose bizarre, un improbable croisement du Kafka de « La colonie pénitentiaire », par exemple et d’Antoine Volodine de « Bardo or not Bardo ». Apparemment Kobo Abe aime à s’emparer...

couverture

Chienne de vie ! de Ma Jian

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 63 ans)

Une plume blanche dans le cadre de bouleau

8 etoiles
Lors de la Révolution culturelle chinoise, un jeune garçon et ses camarades, entraînés dans la tourmente, humilient leur professeur de dessin en lui accrochant une pancarte autour du cou le dénonçant comme « de droite » et vont jusqu’à brûler son atelier et toute sa production artistique. Le jeune garçon réussit néanmoins à sauver une...

couverture

La Démone bleue de Liu Xinwu

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 63 ans)

Le jeune fille pauvre

8 etoiles
Devenu adulte, le narrateur raconte un souvenir d’enfance alors qu’il habitait à Pékin dans un immeuble collectif avec ses parents. Ils avaient pour voisins une famille pauvre dont le père exerçait le métier de menuisier. Une des filles de cette famille fréquentait la même école et était dans la même classe que le jeune garçon....

couverture

La Serre sans verre de Ye Zhaoyan

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 63 ans)

Le petit monde de Moumou

6 etoiles
Le narrateur raconte ses années d’enfance sur fond de Révolution culturelle. Les parents de Moumou sont enseignants dans une petite université : l’École théâtrale. Le jeune garçon fait partie d’une petite bande dont une vieille serre leur sert de quartier général. Divers conflits émaillent la vie de Moumou et de ses amis. Dans le même...

couverture

Le Dernier Shôgun de Shiba Ryōtarō

critiqué par Eric Eliès - (44 ans)

Grandeur et déchéance du dernier shogun, qui consentit à faire le jeu de ses adversaires pour mettre fin au régime du shogunat qu'il jugeait dépassé

8 etoiles
Cette biographie de Yoshinobu, dernier shogun du Japon, se présente sous la forme d’une "hagiographie" romancée, sans véritable démarche d’historien. Les sources ne sont jamais citées, sauf à quelques rares exceptions, et on peine à démêler les faits et l’interprétation de l’auteur qui s’évertue à multiplier les éloges sur les multiples talents, les mérites et...

couverture

Une fille de la faim de Hong Ying

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 63 ans)

Récit autobiographique

7 etoiles
Née en Chine à Chongqing en 1962, Hong Ying raconte sa vie familiale dans un quartier ouvrier pauvre de la ville. Son père presque aveugle est inapte au travail et sa mère doit travailler comme coolie pour subvenir aux besoins de la famille. Dernière de la famille, Hong Ying sent bien qu’un mystère entoure sa...

couverture

Qui a tendu un piège dans la pinède par une journée fleurie de printemps ? de Eun Hee-Kyung

critiqué par SpaceCadet - (- ans)

On ne choisit pas sa famille

6 etoiles
"La vie se répète. On ne peut pas se dégager du piège, et même quand on grandit, les événements se répètent. A chaque fois on réagit comme on a appris à le faire dans l'enfance, et le résultat est toujours le même". En effet, la vie se répète pour Eun Hee-kyung: après une enfance...

couverture

L'Oiseau aux ailes d'or de Mun-Yol Yi

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 68 ans)

Vie d'un artiste et destinée d'une oeuvre

6 etoiles
Des trois récits réunis dans mon édition (*) celui-ci apparaît comme le plus profondément ancré dans la culture asiatique à la fois par la spécificité de la forme d'expression artistique dont il est question et par les références à la pensée confucéenne et aux mythes bouddhiques qui l'irriguent. Bien que se situant approximativement entre 1910 et...

couverture

La Chouette aveugle de Sadegh Hedayat

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Pessimisme exacerbé

8 etoiles
J’ai relu ce livre et il m’a bien moins impressionnée qu’il y a quelques années. Certaines idées m’ont même énervée. Sur la 4ème de couverture, on découvre qu’André Breton, Adamov et Ionesco le considèrent comme un des plus grands écrivains de ce siècle. Sadeq Hedâyat est un écrivain iranien, issu de l’aristocratie, né au début...

couverture

L'empire des bas-fonds de Liao Yi wu

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

chine amère

10 etoiles
Par le truchement d'entretiens imaginaires avec divers personnages représentatifs des multiples couches de la société, Liao Yiwu nous fait partager sa vision amère de la Chine d'aujourd'hui. Arbitraire des décisions de justice, musellement de la liberté d'expression, mépris et insultes à l'égard des "migrants" et surtout, surtout, la mise à nu d'une société extrêmement hiérarchisée,...

couverture

Notre héros défiguré de Mun-Yol Yi

critiqué par SpaceCadet - (- ans)

L'école, ce microcosme de la société.

8 etoiles
Paru en 1987, au moment où la Corée du Sud s'apprête à s'extirper, non sans agitation, d'un régime dictatorial régnant sur le pays depuis plus de deux décennies, ce roman éponyme d'un auteur plébiscité dans son pays, connut un vif succès. Et pour cause! Racontée par Han Pyongtae, l'un des protagonistes, cette histoire qui se déroule...

couverture

Ma mémoire assassine de Kim Young-Ha

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Alzheimer serial killer

8 etoiles
Kim Youg-ha prête sa plume à son presque homonyme Kim Beyoung-su, un vieillard coréen âgé de soixante-dix ans, qui raconte la vie qu’il a menée quand il était serial killer bien avant d’être atteint de la maladie d’Alzheimer. « Mon dernier meurtre date de vingt-cinq ans. Vingt-six peut-être ? » Une existence d’assassin qu’il a...

couverture

Dojnaa de Galsan Tschinag

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 68 ans)

Hommage à la femme mongole

9 etoiles
Toute l'œuvre de Galsan Tschinag -pas seulement littéraire -tente de retenir les derniers vestiges de la culture nomade dont il est issu. Dans "Dojnaa" (paru en version originale en 2001) il nous transporte une fois de plus dans son berceau d'origine, à la pointe nord-occidentale de la Mongolie, au pied des Monts Altaï, dans ces paysages...

couverture

Qu'est-ce ? Poèmes zen de Ko Un

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

DES VERS VENUS D'UN AUTRE MONDE

8 etoiles
Les vagues Regarde Est-ce que toutes les vagues se lèvent Parce qu’une seule vague s’est levée Non Simplement elles se lèvent toutes en même temps Dès le début c’était déjà tout faux Paru à Séoul en 1991, « Qu’est-ce ? Poèmes zen » est le premier livre de l’écrivain Sud-Coréen Ko UN (*1933) à être traduit en français en 2000....

couverture

La maison au toit rouge de Kyōko Nakajima

critiqué par TRIEB - (BOULOGNE-BILLANCOURT - 66 ans)

D'UN JAPON A L'AUTRE

7 etoiles
Une dame d’âge respectable, Taki, rédige pour son neveu, les souvenirs de ses années de service passées chez dans la famille Hirai, un foyer de la bourgeoisie tokyoïte. Le maître de maison est sous-directeur d’une entreprise de jouets, passablement prospère. Il a fait construire récemment une maison à Tokyo pour son épouse, Tokiko, et le...

couverture

L'accordéon de la mer et autres poèmes de Kim Myong-in

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Poèmes de douleur

8 etoiles
Lire de la poésie traduite est toujours source de frustration, les vers perdent beaucoup de leur saveur, de leur musique et de leur rythme lors de la traduction mais lire de la poésie traduite d’une écriture différente de la nôtre est encore plus difficile. La translittération du coréen au français, comme c’est le cas...