Littérature => Européenne non-francophone (2202 livres critiqués)



couverture

Le dossier H. de Ismail Kadare

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un excellent Kadaré

8 etoiles
Max Roth et Willy Norton sont deux Irlandais qui vivent à New York. Ils obtiennent un visa pour le Royaume d’Albanie sous le prétexte qu’ils vont y faire des recherches sur Homère. La légation à Washington communique qu’ils « pourraient être des espions » et le ministre de l’Intérieur albanais signale au sous-préfet de la petite...

couverture

Les boutiques de cannelle de Bruno Schulz

critiqué par Vigno - (67 ans)

De la rue des Crocodiles au Traité des mannequins

9 etoiles
Bruno Schulz est né en 1892. Son père était un drapier juif de Drohobycz. Toute sa vie, il enseigna le dessin dans son bourg natal. Il fut abattu dans la rue par un SS en 1942. Son entrée en littérature est particulière : il écrivait des lettres à un ami dans lesquelles il racontait la vie...

couverture

Le Satiricon de Pétrone

critiqué par Apostrophe - (Bruxelles - 58 ans)

Un texte ancien qui n'a rien perdu de son attrait

6 etoiles
Auune oeuvre latine n'a sans doute traversé les époques avec une réputation aussi diabolique ; au Moyen-Âge, on la cachait pour ne la réserver qu'à de rares initiés ; aux siècles suivants, on en inventait de multiples versions. Et pourtant, en la lisant aujourd'hui, on sourit de découvrir une oeuvre qui ne choquera pas grand monde...

couverture

Le parfum de Patrick Süskind

critiqué par Neurone - (Liège - 49 ans)

Chef-d'oeuvre inclassable

10 etoiles
Jean-Baptiste Grenouille, le personnage central du roman, est né à Paris en 1738 dans des conditions affreuses, au milieu des relents de la poissonnerie de sa mère. A travers une jeunesse misérable et une adolescence perturbée pendant lesquelles il s'ouvre au monde de l'odorat comme nul n'en est capable. Il ira même, à l'âge de quinze...

couverture

Des lézards dans le ravin de Juan Marsé

critiqué par Joujou - (Bordeaux - 50 ans)

Un plongeon dans une Espagne mal connue...

6 etoiles
Une intrigue policière racontée par un étrange personnage dont je ne dévoilerai pas ici l'identité. Des personnages sensibles à qui l'on s’attache vite. Une Espagne passionnante et passionnée que l’on découvre avec la vie du quartier de Guinardo à Barcelone. Un univers que Juan Marsé connaît bien et qu’il a rendu célèbre avec des livres comme...

couverture

Une trop bruyante solitude de Bohumil Hrabal

critiqué par Vigno - (67 ans)

Le bonheur des rats

8 etoiles
Bohumil Hrabal (1914-1997), un écrivain tchèque, commence à publier à 49 ans. Toute son œuvre, souvent frappée d’interdiction de publication, sera écrite sous la loi de la censure. Hrabal ira jusqu’à remanier certains romans pour satisfaire les censeurs, ce qu'il fit pour Une trop bruyante solitude, œuvre publiée en 1976. Depuis 35 ans, entre deux gorgées...

couverture

Le lièvre de Vatanen de Arto Paasilinna

critiqué par Vigno - (67 ans)

Et le lièvre?

8 etoiles
Au retour d'un reportage, la voiture de Vatanen heurte un lièvre. Laissant sur place le photographe qui l'accompagne, Vatanen part à sa recherche et ne revient pas, même quand il a retrouvé le lièvre. Le photographe rentre seul en ville. Commence alors pour Vatanen et son lièvre, bientôt guéri, une longue dérive qui les amène du...

couverture

Le royaume des voix de Antonio Muñoz Molina

critiqué par Bluewitch - (Charleroi - 40 ans)

Un culte de la mémoire

9 etoiles
Au travers du dialogue et de souvenirs de deux amants, Antonio Munoz Molina nous fait découvrir l'histoire et les habitants de Mágina, ville mythique, suave, profonde et personnage à part entière du roman. Nadia et Manuel ont un passé, des souvenirs et cette ville en commun mais ils ne se connaissent pas. Ou si peu. Leur...

couverture

Carlota Fainberg de Antonio Muñoz Molina

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Une rencontre dans un aéroport

7 etoiles
Claudio est espagnol et professeur « invité » dans une université américaine du Nord-Est, au département « Hispanique » de lettres. Le matin même il a quitté son domicile pour l'aéroport de Pittsburgh où il doit s'embarquer pour Buenos Aires. Il y est attendu pour faire une conférence à un congrès. L'aéroport est bloqué par une...

couverture

Un amour de Dino Buzzati

critiqué par Pétoman - (Tournai - 43 ans)

"c'est un beau roman, c'est une belle histoire"

8 etoiles
Buzzati, le grand novelliste italien nous étonne avec ce roman. Le "héros", la cinquantaine, rencontre une jeune femme de 20 ans dont il tombera amoureux. Comme on peut s'en douter, d’après l'évocation de ce thème universel de la différence d'âge en amour, nous avons droit aux doutes du héros, ses incertitudes, sa vie quoi! Car quel...

couverture

Le K de Dino Buzzati

critiqué par Pétoman - (Tournai - 43 ans)

Un cas littéraire

10 etoiles
Le K de Buzzatti est un recueil de nouvelles que certains incultes ( littéraires, je précise ) iront qualifier de fantastique. Oui, ces nouvelles sont fantastiques... mais pas dans le sens littéraire du terme. Le K, c'est pas une bête ni un monstre mais plutôt une "instance" psychologique... c'est une image en fait, une image psychologique....

couverture

Alexis Zorba de Nikos Kazantzaki

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Une merveille de philosophie de la vie !

9 etoiles
Un superbe livre, un film qui a marqué une génération, avec Anthony Quinn dans le rôle de Zorba, et la découverte du sirtaki. Le film a autant marqué, à l'époque, que « Jules et Jim » de Truffaut rediffusé il y a quelques jours seulement. Le narrateur est attablé dans un bistrot enfumé du Pirée. Dehors,...

couverture

Si par une nuit d'hiver un voyageur de Italo Calvino

critiqué par Virgile - (Spy - 39 ans)

D'une histoire à l’autre...

8 etoiles
« Tu vas commencer le nouveau roman d'Italo Calvino, « Si par une nuit d’hiver un voyageur ». Détends-toi. Concentre-toi. Ecarte de toi toute autre pensée. Laisse le monde qui t'entoure s'estomper dans le vague. La porte il vaut mieux la fermer; de l’autre côté la télévision est toujours allumée. » Ainsi commence ce roman. Drôle...

couverture

La leçon d'allemand de Siegfried Lenz

critiqué par Saule - (Bruxelles - 53 ans)

Un roman allemand, intéressant mais un peu long

7 etoiles
Siggi, jeune écolier dans une école de redressement, doit rédiger une rédaction sur le sujet 'Les joies du devoir'. A partir de là, il retrace son enfance durant la guerre, dans un petit village perdu tout au nord de l'Allemagne. Son père, l'agent de police du petit bled local, reçoit l'ordre de Berlin de confisquer...

couverture

Le Procès de Franz Kafka

critiqué par Pendragon - (Liernu - 48 ans)

Une farce amère...

8 etoiles
Je m'attendais à une oeuvre lourde et fastidieuse et je me trouve face à un roman gai et facile à lire. Bien sûr, le drame que vit Joseph K. est profondément dérangeant, car on ne saura jamais pourquoi et comment un innocent peut ainsi un jour soudain se faire arrêter et se retrouver emmêlé dans des...

couverture

Un heureux mariage de Heinz G. Konsalik

critiqué par Brunette - (Crosne - 38 ans)

Deuxième vie

5 etoiles
Avec un titre si joyeux on ne peut se douter de la triste histoire qui nous attend au fil des pages. Le roman commence par le décès du père de famille, bonne excuse pour se remémorer une histoire d'amour. La femme du défunt apprend à connaitre son mari qu'elle ne connaissait pas si bien puisqu'il n'était...

couverture

Minimum vital de Peter Seeberg

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un livre un peu étrange

7 etoiles
Ce livre nous raconte les aventures d'un homme encore jeune qui se dit écrivain. Il habite dans un petit village assez loin de la ville, dans une maison qu'il doit encore tout à fait retaper. J’ai employé l'expression qui « se dit écrivain », car bien vite, on comprend qu'il n’a quasiment encore rien écrit du...

couverture

Le crayon du charpentier de Manuel Rivas

critiqué par Renardeau - (Louvain-la-Neuve - 61 ans)

Poésie, guerre civile et humanisme

8 etoiles
La guerre d'Espagne, meurtrière, fratricide, n'a pas fini d'inspirer les écrivains. Manuel Rivas, Galicien, signe un très beau roman où la sensibilité s'allie à la finesse et à un fantastique tout en nuances. En ces temps de rage, les républicains et les franquistes se déchiraient. Herbal est un garde franquiste à qui échoit la tâche de...

couverture

La Passion turque de Antonio Gala

critiqué par Boulou - (Bruxelles - 75 ans)

L''histoire d'une femme mariée qui s'ennuie

8 etoiles
J'ai beaucoup aimé ce livre d'Antonio Gala, l'un des grands auteurs espagnols contemporains. Le roman retrace la vie de Désidéria : il se compose de quatre colliers intimes écrits par l'héroïne elle même. Ce journal emmène Désidéria de sa petite vie bourgeoise en Espagne- où elle se meurt d'ennui auprès d’un mari insipide-, vers la Turquie, Istanbul...

couverture

Novecento : pianiste de Alessandro Baricco

critiqué par Leïa - (Montréal - 42 ans)

Laissez-vous bercer par la musique...

9 etoiles
Ce livre est écrit sous forme de monologue (en fait, il a été écrit pour être joué au théâtre), et il est très intéressant à parcourir. On y découvre Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento, un être qui n'a jamais connu d'autre univers que celui du Virginian et de la mer. En fait, il est né sur...

couverture

Mauvaise saison sur l'Olympe, tragédie de Prométhée et d'un groupe de divinités en 14 tableaux de Ismail Kadare

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Une visite de l'Olympe

8 etoiles
L'humeur est vraiment à l'inquiétude sur l’Olympe. Pourquoi cette convocation, par Zeus, des principaux dieux à une réunion exceptionnelle ? Sur base des arrivées, les dieux non-convoqués tentent de deviner le sujet qui justifie un tel événement. Des bruits circulent. Prométhée aurait volé le feu pour le donner aux humains. Après la tentative de Tantale...

couverture

Mémoires d'un rat de Andrzej Zaniewski

critiqué par Platoon - (Le Mans - 37 ans)

Vous ne verrez plus un rat comme avant...

5 etoiles
Andrzej Zaniewski est Polonais. Son livre, mémoire d'un rat, nous transpose dans la peau d'une de ces charmantes bestioles. Il faut savoir tout d'abord que l'auteur croit en la réincarnation et qu'il sous-entend fortement dès le début du roman avoir été lui-même un rat dans une vie antérieure. À partir de là, le jugement est presque...

couverture

L'évanouissement de Jorge Semprún

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un excellent roman

9 etoiles
Manuel a survécu au camp de concentration allemand dans lequel il a été enfermé suite à sa participation à la résistance française. Trois mois plus tard, il a un malaise en descendant d’un train. Il tombe évanoui et, en se réveillant, a une vision de neige et de lilas. Il sera opéré d'une petite blessure, mais n'arrivera...

couverture

L'Île du jour d'avant de Umberto Eco

critiqué par Pendragon - (Liernu - 48 ans)

Un recueil d'expressions

8 etoiles
L'histoire est simple, simplifiée, simpliste… Au XVIIe siècle, les navigateurs connaissaient déjà les parallèles, mais pas les méridiens ! Et nous voilà donc partis à bord d'une galère qui recherche le 180e méridien, celui qui se trouve de l'autre côté de la terre, celui qui marque la séparation entre hier et aujourd'hui ou entre aujourd'hui et...

couverture

Mon père couleur de nuit de Carl Friedman

critiqué par Solo - (Bruxelles - 68 ans)

Enfant de survivant

9 etoiles
Des témoignages de survivants des camps nazis, on en trouve dans tous les genres littéraires (essai, roman, poésie…) Plus rares sont les livres qui parlent des enfants de ces survivants, comment ils intègrent ou non l'expérience de leurs parents, ce qu'ils font de cette "mémoire" dans leur propre vie. C'est cela que raconte Carl Friedman, écrivaine...

couverture

Le joueur d'échecs de Stefan Zweig

critiqué par Marco - (Seraing - 45 ans)

Un testament d'humaniste

10 etoiles
« Puissent mes amis voir encore l'aube après la longue nuit, moi je ne peux plus attendre, je pars avant eux. » Ainsi Zweig concluait-il, en février 1942, la note expliquant les raisons de son suicide. Le Joueur d'échecs est le dernier écrit de ce voyageur insatiable et grand connaisseur de l'âme humaine. Sur un paquebot reliant New...

couverture

Christine Lavransdatter. La couronne, tome 1 de Sigrid Undset

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un très grand roman

8 etoiles
Un roman en trois volumes, riche, puissant, aux personnages forts, qui a valu le Prix Nobel a son auteur. Nous sommes en 1306 en Norvège. Laurent Bjoergulfsen est marié avec Ragnfrid de trois ans plus âgée que lui. Il est originaire de Suède et fait partie de la classe noble. Quand naît leur fille Christine, ils...

couverture

Un beau jour de Dieter Wellershoff

critiqué par Mauro - (Bruxelles - 56 ans)

C'est le détail qui tue

7 etoiles
Dans le petit monde gris de Dieter Wellershoff, chaque geste, chaque parole comptent, même s’ils ne disent jamais rien. Chef de file de l’école néo-réaliste de Cologne, Wellershoff donne un roman où tout est banalité, quotidien, platitude. Et c'est de cette platitude que naît la rupture. « C'est la réalité même qui est le lieu de...

couverture

Récits, tome 2 : La Métamorphose, La Sentence, Le Soutier et autres récits de Franz Kafka

critiqué par Ewan Charon - (Bruxelles - 34 ans)

Le monde absurde

6 etoiles
Kafka nous plonge dans son univers. L'absurde est maître dans la vie de Grégor, ce jeune employé qui du jour au lendemain se transforme en insecte répugnant. Petit à petit, il perd les caractéristiques humaines mais il garde quand même en lui une once d'humanité face à l'incompréhension de son entourage. Tout le monde le rejette...

couverture

Comment voyager avec un saumon. Nouveaux pastiches et postiches de Umberto Eco

critiqué par Drareg - (Grace-Hollogne - 57 ans)

Comment se passer d'un Umberto Eco

5 etoiles
De " Comment manger en avion " à " Comment se préparer à la mort ", Eco nous promène au fil de ses humeurs à travers les faits anecdotiques ou primordiaux qui constituent le trame d'une vie occidentale. Si le propos est léger et empreint d'humour dans la première partie de l'oeuvre, force est de constater...

couverture

Le péché de ma mère de Geórgios Vizyinós

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Une nouvelle sur la culpabilité

8 etoiles
Nous sommes en Grèce au XIXe siècle. L’auteur de cette nouvelle nous décrit la lente mort, par phtisie, de sa jeune sœur. Le père est décédé à peine un ou deux ans avant et il y a encore trois fils dans la famille, dont Yorghis qui raconte cette histoire. Sa mère tente tout ce qui est possible...

couverture

Les lettres de Capri de Mario Soldati

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un très bon livre

8 etoiles
Ce livre commence par les retrouvailles à Rome de deux amis américains. L'un, ancien employé de l'Unesco à Paris, l'autre travaillant dans le cinéma. Harry Perkins, l'ancien de l'Unesco, va entamer la rédaction d'un scénario qu’il espère que son ami lui achètera. Commence alors une toute autre histoire, celle de la vie d'Harry et de sa...

couverture

Trois chevaux de Erri De Luca

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un roman court, mais bon

7 etoiles
Dans un petit bistro d’ouvrier en Italie, à une table, est assis un jardinier en tenue de travail. Curieux… Il lit un livre, posé devant lui, et est des plus absorbés. Pas courant un jardinier plongé dans un livre pendant sa pause repas !… Mais on verra bien vite qu’il sait ce qu’est un livre, le...

couverture

Une ardeur guerrière de Antonio Muñoz Molina

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Une dure étape !

8 etoiles
L'Espagne en 1979. Franco est mort depuis quatre ans. Le Roi Juan Carlos et la démocratie règnent en Espagne, mais cela ne veut pas dire que l'on y est serein. À chaque attentat des Basques, la société civile craint une révolte des militaires. Celle-ci finira par arriver d'ailleurs, mais ce sera en février 1981. Pour le moment,...

couverture

Une chaleur si proche de Maruja Torres

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

La vie à travers une enfant

7 etoiles
Manuela est une jeune femme qui écrit des romans policiers. Au moment où nous la rencontrons, elle doit quitter Madrid, et son éditeur, pour aller à Barcelone à l’enterrement de sa mère. Un autre auteur de romans policiers, qu'elle connaît, l'appelle et lui dit que la veille, au festival du roman policier d'Aix en Provence, une...

couverture

La grande muraille de Ismail Kadare

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Le pouvoir et la terreur

8 etoiles
La première nouvelle concerne " la Grande Muraille ", qui doit protéger les populations chinoises des tribus nomades. Mais le problème est que les paysans ne cessent d’enlever des pierres de ce mur pour construire ou étoffer leurs propres maisons. Sans cesse, le mur doit être réparé et les pierres retournent des maisons au mur. Au...

couverture

Si c'est un homme de Primo Levi

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un monde absurde !

8 etoiles
Primo Lévi a été fait prisonnier en 1943 et a été déporté à Auschwitz. Il était Italien et ingénieur chimiste de formation. Né en 1919 il s'est suicidé en 1987. Il a écrit plusieurs livres. Je ne vais pas ici vous décrire ce qu'étaient les horreurs de la vie quotidienne dans les camps de concentrations...

couverture

Le Palais des rêves de Ismail Kadare

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un livre passionnant, bien écrit,

8 etoiles
Un livre tout à fait surprenant et inquiétant. Le pouvoir a déjà pensé à surveiller et interpréter les rêves des citoyens ?. Impossible !… C'est pourtant ce que Kadaré a inventé ici. Nous sommes dans l’énorme bâtiment qui abrite les fonctionnaires de l'administration et de l’interprétation des rêves. Notre héros, Mark-Alem, en fait partie. Il est...

couverture

Un long chemin de Herbjørg Wassmo

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un livre hors du commun

8 etoiles
Je ne vais pas donner un bien grand résumé du sujet du livre, car le verso de couverture est des plus explicites sur le sujet. Un couple accompagné de son enfant va devoir traverser à pieds et sans équipement spécial un énorme territoire entre la Norvège et la Suède. Cette dernière représente la survie et la...

couverture

Froides fleurs d'avril de Ismail Kadare

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un très bon Kadaré

8 etoiles
Nous sommes en Albanie, dans une petite ville du Nord, alors que la dictature communiste est tombée depuis une dizaine d’années. Le livre débute par les amours d’un peintre avec une jolie jeune femme dont il fait le portrait. La ville est en émoi, car la banque a été attaquée. Qui aurait bien pu faire une...

couverture

Adieu, vive clarté... de Jorge Semprún

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un excellent livre !

8 etoiles
Jorge Semprun nous raconte sa famille, son père, sa mère, la maison de vacances en Espagne, la Hollande où son père avait été envoyé par la République. Ce qu’il a connu de la guerre d’Espagne, c'est-à-dire ce que les grands en disaient. Il avait quinze ans quand Franco la gagna. Ils étaient devenus des exilés et...

couverture

Les tambours de la pluie de Ismail Kadare

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un livre plein de couleurs, passionnant du début à la fin

8 etoiles
Les événements racontés dans ce livre se passent au XVe siècle en Albanie. Une ville est assiégée par une armée turque commandée par Tursun Pacha. Cette histoire est racontée de main de maître et nous sommes subjugués par le récit du début à la fin. La description des armées, les couleurs, les tentes, les chevaux, les...

couverture

Beatus ille de Antonio Muñoz Molina

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Une histoire bien menée, au service d'un très grand écrivain

8 etoiles
Dans la critique de " Pour qui Sonne le Glas ", je vous parlais de l’influence qu'avait, encore aujourd'hui, la guerre d’Espagne sur les générations plus jeunes. C'est le cas ici. Munoz Molina est un écrivain né à Ubeda en 1956, soit dix-sept ans après la fin de la guerre civile. Il a déjà publié plusieurs...

couverture

La tempête de Juan Manuel de Prada

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Une bonne intrigue, une belle écriture, une semi-réussite

6 etoiles
Juan Manuel De Prada est un jeune auteur espagnol né en Biscaye en 1970. Ceci est son second roman. Il écrit aussi des chroniques dans les journaux, ce qui lui a valu le prix César Gonzalez Ruano. Alejandro Ballesteros est un jeune assistant d'université en Espagne et est le souffre douleur de son professeur. Il lui refile...

couverture

Les Béatitudes bestiales de Balthazar B de James Patrick Donleavy

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un grand conteur avec beaucoup d’humour, très britannique

6 etoiles
ll y a quelques mois, j'ai lu une critique de ce livre dans un grand journal français. Elle le qualifiait de " livre mythe de son époque ". Bien qu’épuisé chez l’éditeur, j'ai fini par le trouver (et d'ailleurs, on vient de le rééditer). Donleavy est né en 1926 à New York et vivrait en Irlande. Je...

couverture

La véranda aveugle de Herbjørg Wassmo

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)

Un grand choc émotionnel, des livres d’une grande beauté et profonds

8 etoiles
En Norvège, Wassmo est classée parmi les grands classiques de la littérature moderne. Cette trilogie doit être considérée comme un tout et il ne m'était pas possible de les commenter séparément. Le premier a été publié en 1981 et chez Actes Sud en 1987. Les deux autres volumes sont sortis dans les années 90. Nous sommes sur...

couverture

Siddhartha de Hermann Hesse

critiqué par Lou - (Bruxelles - 48 ans)

Sur le chemin de la paix intérieure

6 etoiles
Siddhartha est enfant. Il vit auprès de son père, de sa mère et de son ami Govinda. Il est aimé et admiré de tous. " Mais lui ne trouve en lui-même aucune joie, aucun plaisir ". Siddhartha grandit. Trois Samanas, des ascètes en pèlerinage, passent par là. Siddhartha les suit, et commencent pour lui plusieurs années de...

couverture

Soie de Alessandro Baricco

critiqué par Elise - (ll - 40 ans)

Alassandro Baricco nous emporte dans un monde poétique et merveilleux

10 etoiles
D'après l'auteur lui-même, ceci n’est pas un roman. Ni même un récit. C’est une histoire. Cette histoire nous parle d'Hervé Joncour qui, du fond de son village français du XIXe siècle, va se trouver projeté sur les routes d'Afrique, puis et surtout, de l’Orient, afin d'en ramener de précieuses larves de ver à soie qui feront...

couverture

Noces au paradis de Mircea Eliade

critiqué par Du matin calme - ( bruxelles - 48 ans)

Passions dévastatrices

10 etoiles
Dans un style simple, Mircea Eliade nous relate deux histoires d’amour vécues avec fougue et passion. D’un côté les femmes, sensuelles, possessives et soumises, capables de tout au nom de l’Amour, du seul et unique qui soit vrai ; puis de l'autre, les hommes, convoités, jaloux, profondément égoïstes. On se sent à la fois très proche...

couverture

Milagrosa de Mercedes Deambrosis

critiqué par Chat pitre - (Linkebeek - 48 ans)

La bourgeoisie et le ridicule

6 etoiles
Voilà un livre à découvrir d’urgence. L’histoire d'une petite fille pas très jolie, même assez laide, qui vit dans l'Espagne de Franco au sein d'une famille bourgeoise engoncée dans ses principes rigides. Sa mère s'est assez vite rendu compte que Milagrosa ne pourra jamais être cette petite fille en laquelle elle avait mis ses grands projets...