Les dernières critiques éclair

Début Précédente Page 7 de 7

sans couverture

Le cas Malaussène (Tome 1-Ils m'ont menti) de Daniel Pennac

critiqué par Vinmont - (45 ans)
8 etoiles
Chouette, ils reviennent !
Les retours de héros, qui plus est aussi savoureux et truculents que les Malaussène, 10 ans après, ce n'est pas toujours probant. Ici, c'est peut-être l'attente qui nous rend bienveillants mais nous sommes tellement contents de les retrouver. Alors peu importe...

sans couverture

Madame de Saint-Sulpice de Alphonse Boudard

critiqué par Vinmont - (45 ans)
7 etoiles
Tout un univers
Les livres d'Alphonse BOUDARD sont le reflet d'un monde , d'une atmosphère qui n'existe plus ou quasiment. Quel plaisir de retrouver dans celui-ci le Paris de la première moitié du vingtième siècle, parfois ses personnages et la période la seconde guerre...

sans couverture

L'Homme qui voyait à travers les visages de Éric-Emmanuel Schmitt

critiqué par Romur - (Viroflay - 46 ans)
6 etoiles
Tentative ratée de mêler suspense, philosophie et religion
Personnage improbable que cet Augustin qui accepte un stage non payé dans un journal tout en vivant dans un squat et ne mangeant pas à sa faim. Son enfance et son adolescence ballotées n’ont pas privé cet orphelin chétif de...

sans couverture

Transparence de Marc Dugain

critiqué par Isad - (Occitanie - 59 ans)
8 etoiles
Transparence pour qui ?
Transparence est le nom de la première société créée par la narratrice qui a contribué à façonner, grâce aux algorithmes, un monde où la sécurité est omniprésente et le risque traqué grâce à l'exploitation des données personnelles rétribuées. Dans cet...

sans couverture

Bon rétablissement de Marie-Sabine Roger

critiqué par Frunny - (PARIS - 54 ans)
8 etoiles
Une chute salvatrice !
Marie-Sabine Roger (1957- ) est une écrivain française née à Bordeaux (France). "La tête en friche" (2009) connait un grand succès et est adapté au cinéma (Gérard Depardieu et Gisèle Casadesus dans les rôles titres) "Bon Rétablissement"...

sans couverture

Le problème avec Jane de Catherine Cusset

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)
10 etoiles
jane erre…
Avec "Le problème avec Jane" Catherine Cusset entame son exploration du monde universitaire américain, qu’elle poursuivra avec "L’autre qu’on adorait". Elle y approfondit aussi son étude des déboires de l’amour et du sexe au travers du destin de Jane Cook,...

sans couverture

Les Mondes de Thorgal - Kriss de Valnor, tome 1 : Je n'oublie rien ! de Yves Sente (Scénario), Giulio De Vita (Dessin)

critiqué par Vince92 - (Zürich - 42 ans)
8 etoiles
La violence des mondes de Thorgal
Par un habile jeu scénaristique faisant intervenir les Walkyries et Freyja, la déesse de l'amour dans le Panthéon nordique, Yves Sente fait revenir Kriss de Valnor dans les Mondes de Thorgal alors que dans le 28eme album de la série-mère,...

sans couverture

Terre des hommes de Antoine de Saint-Exupéry

critiqué par Saint Jean-Baptiste - (Ottignies - 83 ans)
10 etoiles
Aventures, humanisme, art de vivre.
Quand nous étions jeunes, dans les années cinquante, l’auteur recommandé dans les collèges était Saint-Exupéry et le livre de référence des collégiens était Terre des Hommes, alors que dans les athénées l’auteur recommandé était Camus et le livre de référence...

sans couverture

" Arrête avec tes mensonges " de Philippe Besson

critiqué par Odile93 - (Epinay sur Seine - 65 ans)
9 etoiles
"Moi, je suis le monde invisible, souterrain, extraordinaire"
Cette phrase tirée du livre de Ph. Besson (page 87, version Livre de Poche) révèle bien la souffrance de l'auteur de devoir tout cacher car homosexuel, hors de la norme, différent des autres. En fait, ce livre est une histoire banale,...

sans couverture

Sorcières de Mona Chollet

critiqué par CHALOT - (71 ans)
9 etoiles
UN MONUMENT
SORCIERES La puissance invaincue des femmes livre de Mona Chollet éditions ZONE 229 pages septembre 2018 Un ouvrage de référence Les prétendues sorcières ont été poursuivies, martyrisées et exécutées , non au moyen âge mais après. Elles étaient différentes des autres femmes.... Au lieu d'être soumises , non seulement...

sans couverture

L'Amour aux temps du choléra de Gabriel García Márquez

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)
8 etoiles
Désordres amoureux
Florentino, artiste et maladroit, tombe fou amoureux de Fermina, bien plus mûre et vigoureuse de caractère que lui. Ils se jurent un amour éternel, et ne pensent que l'un à l'autre, de manière consommée et vive, jusqu'à ce qu'elle épouse...

sans couverture

Chronique d'une mort annoncée de Gabriel García Márquez

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)
9 etoiles
La menace de mort et son traitement
Une jeune mariée est menacée de mort la veille de son mariage, car elle a succombé aux charmes d'un séducteur, sa vertu n'étant plus ainsi assurée. Le sinistre programme est mis a exécution, les deux frères jumeaux de la défunte...

sans couverture

Le baron perché de Italo Calvino

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)
9 etoiles
Changer de vue pour réfléchir sur le monde
Un jeune aristocrate pré-adolescent, par caprice au départ, se lève de table pour se réfugier en haut d'un arbre. Il s'aperçoit vite que ce changement d'angle de vue l'invite à considérer le monde autrement, et de manière plus intéressante. Cette...

sans couverture

Le vicomte pourfendu de Italo Calvino

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)
8 etoiles
Un joli conte philosophique
Le vicomte Médard de Terralba se retrouve coupé en deux lors d'une bataille, par un boulet de canon. Ses deux moitiés, étonnamment, arrivent à survivre de manière indépendante, la gauche et la droite incarnant respectivement le bien et le mal,...

sans couverture

La splendeur d'Antonia de Jean-Pierre Milovanoff

critiqué par Monocle - (tournai - 59 ans)
8 etoiles
Rêve ou secret ?
Pour décrire Antonia, il fallait Henry James ou Milovanoff. La splendide Antonia n'a pas l'esprit du devoir d'Isabelle Archer, elle aime la vie, les hommes et surtout elle s'aime profondément. Aucun miroir n'est assez grand...

sans couverture

Sapiens : Une brève histoire de l'humanité de Yuval Noah Harari

critiqué par Didoumelie - (47 ans)
8 etoiles
Un livre qui fait réfléchir et qui vous suit partout
On ne peut évidemment pas résumer un tel livre ! D'autres en ont parlé mieux que je ne l'aurais fait dans les critiques précédentes. C'est un livre exceptionnel qu'il faut lire, qui donne à réfléchir, à penser, à remettre en question...

sans couverture

Avec toutes mes sympathies de Olivia de Lamberterie

critiqué par Didoumelie - (47 ans)
10 etoiles
Sublime témoignage !
Sans jamais sombrer dans le pathétique ou le nombrilisme, l'écriture, d'une intelligence et d'une émotion rares, est universelle. .. L'histoire sera parlante à tous ceux qui ont connu la tristesse immense et insupportable de perdre un proche. On peut avouer qu'en...

sans couverture

Le tour du monde du roi Zibeline de Jean-Christophe Rufin

critiqué par Romur - (Viroflay - 46 ans)
7 etoiles
La vie d'Auguste Benjowski méritait mieux
JC Rufin a déniché un personnage improbable, né en Europe central, capturé par les russes et envoyé en Sibérie, évadé et réfugié en France en passant par la Chine, puis envoyé à Madagascar pour aider à conquérir l’île... Ca, c’est...

sans couverture

La promesse des sources de Christian Signol

critiqué par Maranatha - (47 ans)
7 etoiles
Envole-toi.
Intercalé entre lectures plus ardues, j'apprécie un ou deux fois par an de lire un Signol. C'est un rendez-vous qui apporte souvent de bons moments de lecture. La littérature du terroir ne me laisse pas indifférent. Elle offre une vision du monde...

sans couverture

Orages ordinaires de William Boyd

critiqué par Ravenbac - (Reims - 54 ans)
3 etoiles
Banal
Adam Kindred, jeune climatologue, se retrouve suspecté d'un meurtre qu'il n'a pas commis. Pour échapper à la police et au tueur à gages lancés à ses trousses, sa seule issue est de rejoindre la multitude de ces exclus anonymes qui...

sans couverture

Malevil de Robert Merle

critiqué par Monocle - (tournai - 59 ans)
8 etoiles
Pour le bonheur de lire
Le monde s'écroule, la bombe (celle qui met un point final) explose et tout est anéanti. Tout non, grâce à concours de circonstances, le manoir de Malevil résiste. Quelques survivants s'organisent avec méthode et intelligence. ...

sans couverture

F : L'histoire de la femme qui devait tuer Orson Welles de Mélanie Fusaro, Antônio Xerxenesky

critiqué par Pacmann - (Tamise - 54 ans)
8 etoiles
Eternelle question, qu’est-ce que l’art ?
J’aime comparer les romans entre eux et faire des liens, marquer leurs différences. Ici je ferai la comparaison avec « LULO » d’Hugo Poliart qui évoque aussi une tueuse à gage appréciant aussi une certaine forme d’art comme notre Ana...

sans couverture

Les derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik

critiqué par Monocle - (tournai - 59 ans)
8 etoiles
Jusqu'au bout du désespoir
Stefan Zweig, cet écrivain de génie était aussi un homme mondain. Il côtoya Rodin, Jaurès, Freud, Mann et toutes les têtes bien faites de l'époque. Il était adulé et portait le titre envié d'auteur le plus lu. Il était d'origine juive...

Début Précédente Page 7 de 7