Charles 01/03/2019 @ 15:46:32
Hello, petit retour ponctuel pour tenter un exercice en différé mais dans les conditions du direct (45 mn, promis :-)

En vous lisant, je me suis rendu compte que j'ai totalement zappé le fait que le gars devait être écrivain ... Bon, en même temps, il pourrai l'être ...
et sinon pour rappel : en plein orage / jungle de Bornéo / écrivain / sentiment de beauté


*******************************************

Près de vingt deux heures, la nuit était tombée depuis longtemps déjà. La jungle de Bornéo, honnêtement, je ne connaissais pas vraiment. D’accord pour les lianes, les végétaux omniprésents, les bruits des animaux mais je ne m’attendais pas à y croiser un tigre de Sumatra. Même paisible, tout propre et bien brossé, il m’avait l’air menaçant. J’hésitais entre lui tirer sur la moustache ou le caresser. Finalement, je me contentais de le défier du regard. Moi, citadin à la bravoure inégalée, j’attendais en tête à tête avec le félin le plus dangereux du monde. Enfin, le plus dangereux selon mes suppositions. Un orang outan, quelques amphibiens et oiseaux endémiques semblaient attendre tranquillement le résultat de leur pari. Sur qui avaient ils misé ? L’orang outan n’avait pas l’oeil bien vif et quelques touffes de poils mal peignés et orangeatres sur l’arrière du crâne me faisait penser qu’il avait peut être une QI approchant celui de Donald Trump. A coup sûr, il aurait parié sur moi terrassant le tigre. Bref, ce tableau inachevé me semblait un peu approximatif.

Quand elle m’avait parlé de cette scène à terminer avant la fin de semaine, qu’elle allait y passer toutes ses soirées, évidemment, j’avais sauté sur l’occasion. Une soirée en forêt tropicale avec la femme de mes rêves, la machine à café pas loin, les couloirs du musée déserts, le bruit de l’orage et de la pluie sur les toits du bâtiment, l’occasion était trop belle. Elle était là, accroupie, arrangeant la position de je ne sais quel phasme ou autre insecte d’une énormité repoussante. Voir tant d’espèces en voie de disparition en un si petit espace me donnait l’envie d’assurer à tout prix la descendance de ma ravissante collègue. Là, tout de suite, un sauvetage urgent approuvé par wwf et greenpeace. Je regardais sa nuque, la naissance de son épaule dénudée, j’avais envie de l’embrasser, de passer la main dans ses cheveux, de sentir l’odeur de sa peau sous mes lèvres mais les multiples regards, fusent ils empaillés, l’odeur artificielle d’humus et les enregistrements de bruits d’animaux encourageaient ma timidité. Il me faudrait attendre la fin de ce travail, et pourquoi pas, passant dans une autre pièce, devant un autre écosystème, l’enlacer. Ayant terminé ma tâche (brosser le tigre, coiffer l’orang outan et autre), j’attendais donc qu’elle achève la sienne et choisissait le meilleur terrain pour la conquérir. L’exposition d’astronomie proche de la cafétéria me semblait offrir de bonnes perspectives. Un café pour terminer la soirée, un interrupteur, une petite marche à travers le ciel étoilé …

Tistou 01/03/2019 @ 18:16:07
(ça me fait tout drôle de lire un texte de Charles, me voilà ramené ... 13-14 ans en arrière ?!) (oui je viens de regarder 13 ans sous pseudo Charles et 9 sous pseudo Tophiv, à l'occasion des 10 ans de C.L.)
Pas facile en plus, je trouve, de se lancer hors sentiment d'urgence du direct dans un tel exercice. Motivé donc le Charles.
Pas bête le biais du musée, ça permet de simplifier la donne tout en collant aux contraintes. C'est vrai que l'aspect écrivain est un peu mis de côté. Mais il y a l'orang outan, très visuel, "pas l’oeil bien vif et quelques touffes de poils mal peignés et orangeâtres sur l’arrière du crâne me faisait penser qu’il avait peut être une QI approchant celui de Donald Trump." Du vrai, il y a du vrai dans cette assertion. J'y adhère !

Question subsidiaire, Charles ; c'est le thème qui t'a particulièrement séduit pour te lancer ainsi a posteriori ? Les contraintes relativement lâches ?

Charles 01/03/2019 @ 19:18:34
En fait, j'avais envie d'ecrire mais de chercher une idée de départ. Du coup, j'ai pensé exo comme point de départ. Le dernier ne m'inspirait pas donc je suis allé voir l'avant dernier...

SpaceCadet

avatar 02/03/2019 @ 10:41:01
Bonjour Charles. Ca fait plaisir de découvrir une autre voix pour cet exo. Avec une ambiance un peu spéciale dans ce musée désert, tu t'acquittes bien des contraintes et contourne avec aisance la difficulté posée par ce lieu (Bornéo) plus présent dans nos imaginaires que dans nos expériences réelles. Ambiance d'abord traversée par une pointe d'humour qui cède la place à la sensualité, c'est singulier et amené le plus naturellement du monde. Merci de ta participation et au plaisir de te retrouver lors d'un prochain exo.

Fd
avatar 04/03/2019 @ 10:20:02
C'est surtout le deuxième paragraphe qui me parle, originale cette idée de musée. Au plaisir de te lire encore.

Tistou 04/03/2019 @ 16:49:55
En fait, j'avais envie d'ecrire mais de chercher une idée de départ. Du coup, j'ai pensé exo comme point de départ. Le dernier ne m'inspirait pas donc je suis allé voir l'avant dernier...

C'est vrai que cet exo était plus ... inspirant que le dernier.

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier