Nomade 25/01/2019 @ 23:23:50
C’est une maison bleue adossée à la colline, on y vient à pied à partir d’un sentier caillouteux qui serpente parmi des arbres en pleine éclosion. Le printemps a déjà pointé le bout de son nez dans cette partie du globe terrestre et il faut reconnaître qu’il n’y a pas que les végétaux ligneux qui bourgeonnent. Maxime, 15 ans, fils du forestier du village voisin répondant au nom original de « Bouc-Etourdi » subit de plein fouet les cadeaux empoisonnés chers à l’adolescence. Rien à faire, personne n’est à égalité face à cette volonté cruelle imposée par les hormones de chacun. Visage rubicond et boutonneux, appareil dentaire, cheveux gras. C’est pas cela qui va emballer les jeunes filles. Pourtant, Maxime a bon goût côté vestimentaire et porte toujours des chemises au col bien repassé. Un col qui épouse la forme de la première lettre de son prénom. Un M d’où se dégage le parfum CK One de Giorgio Armani. Ça, ça devrait titiller le nez des jeunes filles et les attirer jusqu’à lui. Toutefois, pour l’instant, les jeunes filles n’ont pas encore trouvé la voie express qui allait les mener tout droit à lui.
Revenons à nos moutons. Toutes les fins de semaine, ce grand adolescent de 1,85m emprunte ce chemin boisé afin de se retrouver seul dans cette maison appartenant à un couple de philosophes parisiens. A priori, les deux sont très connus. L’un vient de publier son dernier roman, « L’âge de raison » et Maxime se dit qu’un jour, il devra le lire.
Le couple d’intellectuels rarement là en cette période de l’année, c’est l’occasion pour le jeune homme de réviser ses formules mathématiques, de mémoriser certains termes physiques et chimiques dans le calme absolu. En effet, son paternel avait décrété quelque trois ans auparavant qu’il deviendrait ingénieur car ça gagnait bien sa vie et que l’oseille était bien plus important que la passion pour un métier manuel comme mécanicien. Toutefois, ce n’était pas ce dont rêvait le fils du forestier. Sa passion à lui était née depuis son plus son jeune âge. Il devait avoir trois ans quand le Père-Noël lui avait offert un coffret de dix petites voitures. Aucune n’était semblable à une autre. Modèle différent, couleur différente. Certaines roulaient plus vite. D’autres tenaient mieux la route. Maxime était fou. Il pouvait passer des heures à bâtir des circuits, des routes sinueuses ainsi que des tunnels dans le bac à sable du jardin. Il imaginait le bruit du moteur que pouvaient faire ces petits bijoux mécaniques. Il les aimait. Et ils l’aimaient car sinon, ces petits bolides ne seraient jamais arrivés chez lui. Bref, ces jouets étaient devenus ses meilleurs amis. Ils étaient inséparables. Jusqu’à ces six ans, il s’endormait avec une petite voiture sous l’oreiller. Ils emmenait toujours une ou deux discrètement à l’école. Et puis un beau jour, les parents avaient décidé de lui annoncer que l’homme à la barbe blanche n’existait pas et que le cadeau avait été retrouvé devant la porte de la maison bleue des philosophes flanqué d’un « destinataire inconnu à l’adresse indiquée ». Généreux, les Parisiens avaient fait don de ce présent au forestier car ils savaient qu’il était père d’un garçonnet. C’est malheureusement ainsi que Max a appris que la voiture Majorette® ne lui était pas destinée. Et que cette amitié, cet amour, cette passion n’était qu’une duperie.
Planté au milieu du salon de la maison bleue, Mad Max, comme le surnomment quelques camarades, referme avec empressement ses manuels de sciences et saisit sur l’étagère poussiéreuse « L’âge de raison ».

Lobe
avatar 26/01/2019 @ 11:22:48
Un drôle de texte, qui sort finement des sentiers battus que les contraintes pouvaient susciter. J’aime beaucoup ce portrait d’un adolescent tiraillé entre le destin paternellement prescrit, et toute la fantaisie qui s’est déjà immiscée dans sa vie (une Majorette bien trouvée!!). Heureuse de t’avoir lue, Nomade!

Nomade 26/01/2019 @ 12:30:10
Merci beaucoup Lobe pour tes mots forts sympathiques. Ravie que tu aies passé un bon moment. Bonne journée à toi.

Cyclo
avatar 26/01/2019 @ 20:58:56
Réminiscence de chanson au début, de littérature par la suite, et démolition du mythe du père Noël, ce qui rend un peu triste l'histoire des majorettes. Heureusement, il reste la lecture ! J'ai beaucoup aimé (j'ai conservé dans ma cave toutes les voitures majorettes de mon fils, sur sa demande)...

SpaceCadet

avatar 27/01/2019 @ 11:25:42
Surprenant ce que les contraintes ont pu inspirer ici!! Un texte dans lequel on retrouve de belles descriptions (aspect physique des lieux et des personnages (ce col en M par exemple, est une belle trouvaille je trouve)) ce qui lui confère un goût d'authenticité. J'ai particulièrement apprécié la façon dont la relation aux parents et aux adultes est abordée; elle met discrètement en relief cette quête d'identité qui est le propre de l'adolescence. Puis la conclusion vient boucler la boucle de manière fort habile je trouve.

Magicite
avatar 27/01/2019 @ 20:50:31
Tu détourne aisément les contraintes et joue avec les mots c'est pas moi qui vais dire que je n'aime pas ça. Plein d'originalité poussé au imite de l'absurde. "Bouc étourdi", "Mad Max"(une connaissance de chez les kangourous? en tout cas aux poursuites en voiture marquantes en son temps ce Miller) des surnoms qu'il perdra peut-être à la longue...
Donc les philosophes et ingénieurs sont des enfants contrariés et qui n'ont plus envie de jouer, excellent!

Tistou 28/01/2019 @ 16:36:25
Bingo ! Je me demandais si l'un d'entre nous allait faire le pied de nez de faire glisser le concept de Majorette aux petites voitures du même nom (à ma courte honte ça ne m'était pas venu à l'idée sur le moment sinon je me serais fait un plaisir ...) et c'est dans le dernier texte de la série que je le trouve, dans celui de Nomade, premier du nom puisque c'est la première participation de Nomade à nos joyeusetés.
Un regret toutefois. Un gros. Ca risque d'être le dernier ? pour cause de coucher tardif, et de lever matinal le Samedi pour travail ? Allez nomade, jeune comme tu es. Régénérée par ta cryothérapie en Géorgie (-50°C, vraiment ?) ! Bon on en rediscutera ...
D'autant qu'on te sent à l'aise pour imaginer et raconter en un court laps de temps quelque chose qui se tienne ! (avec ta formation, en même temps ....).
Le clin d'oeil à la chanson de Maxime Leforestier, en tête, m'a surpris. Tu n'étais pas née à ce moment là pourtant. Il faut croire que cette chanson a franchi des décennies (ou que tes parents l'écoutaient beaucoup ?).
Les considérations, après, toujours teintées d'un fin humour, m'ont bien plu. C'est vrai qu'on peut bourgeonner à cet âge. Et que ça peut donner les plus beaux fruits !
Heureux de t'avoir eu avec nous !

Nathafi
avatar 29/01/2019 @ 20:01:55

Belle histoire que tu nous contes là Nomade, et ravie de te "rencontrer", j'espère que tu passeras outre les petits désagréments de la rédaction sur CL et que tu viendras encore proposer tes textes !
J'ai pensé aussi aux petites voitures, j'ai remué l'idée un moment et suis partie sur une piste plus "classique". Belle idée donc, et un texte écrit avec aisance. Merci !

Nomade 10/02/2019 @ 23:27:24
Merci à vous tous pour ces gentils et chaleureux commentaires.

J'avoue que les voitures me sont venues de suite à l'idée car la jeune fille qui pratique le twirling, je ne l'ai jamais vue à part dans les films (Les demoiselles de Rochefort ou Les gendarmes à .... ?). J'ai grandi avec des frères (chambre partagée) et des cousins donc les petites voitures ont rythmé mon quotidien.
Je n'avais aucun scénario, les idées sont venues au fur et à mesure que je les écrivais. Cela fait bientôt 10 ans que je n'ai pas écrit une ligne. Ah, aussi, j'avais seulement dormi 2 à 3 heures la veille... ça a certainement aidé !

Bonne nuit à vous tous et peut-être à bientôt si mon emploi du temps me le permet.

PS : Non, mes parents n'écoutaient pas de musique à la maison. Seulement les infos, le jeu des 1000 francs et tous les documentaires (et le foot!). Peut-être mon Papa lorsqu'on a eu l'auto-radio dans la voiture. Je ne sais pas. Elle est super connue cette chanson, non ? Pourtant, ma culture musicale n'est pas si grande que cela. Faut que tu rentres de vacances Tistou pour que j'écoute ta musique du soir !

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier