Les forums

Forums  :  Vos écrits  :  Age de raison : Clara

Nathafi
avatar 25/01/2019 @ 22:49:45
C’était en août… Il faisait chaud, une chaleur caniculaire s’était abattue sur la petite ville du Berry. La fête battait son plein. Le comice avait attiré les locaux, bien sûr, mais aussi des centaines de touristes, garés parfois à des kilomètres du centre ville, dans les pâtures prêtées pour l’occasion. C’est important un comice, là-bas… Une institution ! Camille accompagnait ses parents. Il avait trouvé un coin d’ombre, le long des façades de vieilles pierres. Nulle envie de bouger. Il tripotait son smartphone en attendant qu’il se passe quelque chose, que les premiers chars arrivent, que la fête l’emballe. Il en doutait, ces fêtes campagnardes le laissaient de marbre. Du haut de ses quinze ans, il aspirait à d’autres occupations, les vacances avec les parents, ça devenait pesant. L’an prochain, il essaierait de partir avec Gaëtan et Cyril, à l’aventure.

Les premiers tracteurs avançaient enfin, signifiant le village que le char représentait. Sur leur hauteur, quelques belles filles, les belles du village, élues selon la tradition, dans leurs robes de princesses ornées de fleurs. Un peu kitsch tout ça, de quoi faire sourire le jeune homme, qui se rinçait l’oeil toutefois, histoire de n’être pas venu pour rien. Entre deux chars, des animations, des artistes de rue. Le parfum des brésiliennes qui roulaient des fesses devant les yeux ébahis des bons villageois, et qui exaspéraient leurs épouses. Les incontournables joueurs de xylophones entamaient un air du moment, bien en cadence, pour faire taper du pied les spectateurs, puis les majorettes devançaient les diverses fanfares, avec leurs costumes sur mesure, leurs bottes ajustées et leurs bâtons affûtés. C’était le moment de lancer, un, deux trois, rattraper ! Et hop !!! trois nouveaux pas.

Camille s’ennuyait ferme, il entendait au loin la musique des manèges, il serait bien allé se perdre là-bas et s’amuser un peu, enfin… Mais bon, il devait rester près des siens, gagner leur confiance pour son escapade l’an prochain, se montrer raisonnable, sa stratégie allait payer, il en était sûr.

Il ne l’avait pas vue arriver vers lui… Discutant avec Gaëtan au téléphone, il n’avait pas remarqué le bâton échoué à ses pieds. La jeune majorette l’avait repris sans un mot, alors qu’elle lui lançait un regard étrange, insistant, d’un bleu glaçant. Le jeune homme avait lâché son téléphone pour l’attraper par le bras :

- « Je dois rejoindre mon groupe, rejoins-moi sur la place après le défilé »

Amusé, Camille l’avait suivie des yeux jusqu’au virage, puis avait avancé sur la place quand la fin s’annonçait. Prestement, elle était sortie de son groupe et l’avait rejoint, nullement intimidée. Il était surpris par cette fille qui n’avait pas froid aux yeux, et se sentait très bien en sa compagnie. Quelque chose d’indéfinissable se produisait. Non, pas de l’attirance, mais l’impression d’avoir trouvé un double, un alter ego, quelqu’un qui l’écoutait sans trop poser de questions, sans arrière pensée, sans but précis.

De cette simple envie d’être ensemble était née une belle amitié.

Camille se souvient de cette rencontre et de son amie majorette. Elle avait adouci ses séjours dans le Berry, il y était retourné chaque année jusqu’à ses vingt ans. Elle l’avait emmené partout, lui racontant année après année ses joies et ses peines, partageant avec lui les plus beaux délires. Et puis la vie les avait éloignés, Camille était parti étudier à Amsterdam, elle avait continué ses études d’oenologie dans sa région. Il lui envoyait des cartes postales, souvent, elle le remerciait par sms, toujours.

Et puis un jour…

Et puis un jour, la carte lui est revenue, avec la mention « destinataire inconnu à l’adresse indiquée ». Il l’a alors appelée, sans succès. Ses messages demeuraient sans réponse. Puis le numéro ne fut plus attribué.

« En hommage à Clara, qu’elle repose en paix »

Cette plaque, posée le long du sentier qui mène à la ferme de ses parents, rappelait les faits. Clara avait trouvé la mort un soir d’août, au retour du comice, alors qu’elle rentrait chez elle. Battue, violée, assassinée...

Lobe
avatar 26/01/2019 @ 10:41:46
Ohlala Nathafi tu es imprévisible sur ce texte, complètement! Après le 4ème paragraphe on pense savoir où tu t’apprêtes à nous mener, mais non non non, non. Évidemment, je trouve la chute brutale. Ça tient déjà à ce que tu relates (violence, agression sexuelle, crime). Ça tient aussi au contraste entre ce contexte berrichon bon enfant du début, et cette fin glauque. Ça arrive, mais c’est rare, si rare (la mortalité, chez les jeunes, ce serait plutôt les accidents de voiture, non?), mais comme c’est un exercice sur CL tout est permis, et tu te le permets, en nous bousculant. Ce que je salue.

Magicite
avatar 26/01/2019 @ 19:44:56
Ah! Quelle chute, le récit emporte et à la fin j'ai sentit comme le sol se dérober sous mes pieds , comme courant sur un sentier pour tomber abruptement d'une falaise cachée par les buissons. Ceci associé à des descriptions soignées: Bravo ça force l'admiration , m'a stimulé l'imagination d'un et si "cela avait été autrement...".
Tu nous implique bien dans la relation des personnages et pour nous donner un coup de grâce.
Habile ce contraste entre la fête des majorettes, la puissance de cette amitié entre 2 êtres et la fin.
Bravo pour l'originalité(par rapport aux textes que l'on peut voir dans nos exos) et la surprise bien que sordide, c'est fort.

Cyclo
avatar 27/01/2019 @ 08:48:02
L'héroïne donne son amitié, c'est très beau. Le héros a un prénom épicène. La fin est tragique, les violences contre les femmes... Une très belle histoire avec un racontage lisse et serré. J'ai beaucoup aimé "les vacances avec les parents, ça devenait pesant", et puis que finalement, il revient dans le Berry jusqu'à ses vingt ans, comme quoi, un grain de sable peut modifier la situation...

Fd
avatar 27/01/2019 @ 10:40:40
Tu as de l'aisance et une certaine force dans l'écriture de cette histoire, et comme d'autres, je ne m'attendais pas du tout à cette triste fin, le contraste n'en est que plus fort. Félicitations.

Pieronnelle

avatar 27/01/2019 @ 13:21:37
J'ai beaucoup aimé l'évocation et la description de ces comices campagnardes ; l'amitié entre les deux semble bien "profonde et désintéressée" :-) ce qui n'est pas évident de nos jours...la fin brutale est choquante comme peut l'être ce genre de crime évidemment ; ce que je regrette un peu c'est son manque de préparation, non pas parce que ce crime l'exige (mais je conçois que le manque de temps empêche d'approfondir) ; j'y ai vu une sorte de relation entre le costume des majorettes mettant bien en valeur le corps des jeunes filles et donc objet de tentation pour certains cerveaux détraqués malheureusement...En tout cas le choc est là et laisse pantelant...

SpaceCadet

avatar 27/01/2019 @ 14:22:12
Quel contraste entre l'ambiance de fête, le cadre campagnard, l'amitié franche qui évolue gentiment au cours des année et cette finale brutale! Mais en même temps, l'imprévisible ne peut être autre ...qu'imprévisible. Toute la force du récit est donc là, dans ce contraste car sans un retournement de situation, cette histoire aurait semblé presque banale. Fluide et bien mené. Du Nathafi en belle forme!

Tistou 27/01/2019 @ 19:03:23
Douche écossaise dans toute sa splendeur ; tu nous entortilles dans une histoire gentille avec bons sentiments, sans mièvrerie mais on imagine bien poindre la happy end, et ... Boum, tu nous cueilles d'un uppercut bien glacé sur les 6 dernières lignes. Pas vu venir. Quelle saloperie ça peut être la vie parfois !
Tu avais cette fin en tête dès le départ ou ça t'es venu à mesure ? En tout cas ça marque et ça marche ...
Un texte de très bonne tenue.

Nathafi
avatar 29/01/2019 @ 21:31:56

Merci pour vos commentaires !

J'aurais pu insister sur le côté effronté de Clara, la fille qui n'a peur de rien et ne se méfie pas, cela aurait amené une chute moins brutale, on aurait pu s'y attendre.
Et oui, j'étais partie sur la piste du tragique, et le chronomètre a précipité les choses :-)




Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier