SpaceCadet

avatar 07/11/2017 @ 02:49:09
PETITE INTRO: Librement inspiré (j'ai bien dit 'librement inspiré') des douze textes proposés dans le cadre du premier volet de cet exo, bien que pas tout-à-fait fidèle aux contraintes proposées, je me permet de vous proposer ce texte de mon cru. Etant donné le caractère personnel des textes dont il s'inspire, afin d'éviter toute équivoque, je tiens donc à souligner que ce récit fictif a été conçu dans un esprit ludique. Toute offense serait accidentelle et non intentionnelle.

SpaceCadet

avatar 07/11/2017 @ 02:59:15
Derrière le rideau, Michel observait la scène; le grand chapiteau et sa gigantesque toile sur laquelle une pluie printanière tapotait doucement, puis la grande arène nichée parmi les gradins où, une foule de spectateurs venus assister à la grande première de la saison, allait bientôt prendre place. Anxieux Michel souriait. Il souriait car de cela, de ce lieu, de cette ambiance particulière et de ce moment précis, il en avait rêvé depuis qu'il était tout petit.

Cela datait du temps où encore enfant, à l'époque où...

...luttant de toutes ses forces contre la maladie, ayant dû se soumettre à une série de traitements, maman avait été contrainte de faire un séjour à l'hôpital. (1)

Michel se souvenait.

Papa, assis derrière le volant de la voiture, s'apprêtant à conduire maman à l'hosto, tandis que depuis le palier où il voyait sa mère partir, percevant l'inquiétude dans le regard des adultes, Michel, dans un élan protecteur, avait prit la main de sa petite sœur.

En attendant, tout en espérant le prochain retour de maman, papa, mamie et papi s'étaient partagé les rôles tandis qu'en l'absence de leur mère, les deux petits avaient assuré autant qu'ils le pouvaient. Puis, par un beau dimanche de décembre, histoire de se changer les idées, histoire de distraire les enfants, de concert avec tatie Clémentine que l'on n'avait pas vue depuis quelque temps (2) mamie avait organisé une sortie.

C'était ainsi, c'était dans ces circonstances-là que le petit Michel avait découvert l'univers fascinant du cirque, et c'était précisément en cette occasion, lorsqu'il se retrouva sous le chapiteau, qu'il sut: ici se jouerait sa vie.

Puis les années avaient passé et suivant l'exemple de l'oncle Thomas (3), Michel s'était accroché à son rêve.

Soudain, les portes s'ouvrirent. Dans un brouhaha de voix et d'exclamations, les premiers arrivants firent leur apparition. Animé, le public se pressa à l'intérieur et tentant de rejoindre leurs places respectives, les spectateurs s'entrecroisaient joyeusement dans les allées.

Parmi la foule anonyme, outre une poignée de nostalgiques venus oublier l'amertume des jours (4), familles, couples, bandes d'amis et solitaires s'entassaient pèle mêle dans les gradins, attendant avec impatience le début du spectacle.

Superstitieuse, maman était restée attendre à la maison en compagnie de quelques membres de la famille. Séjournant dans le sud du pays, mamie et papi, à leur grand regret, n'avaient pas pu assister à l'événement. Papa et Justine, la petite sœur de Michel, devaient sans doute se trouver quelque part parmi la foule.

Venue sans son bouquineur de mari qui, fidèle à son habitude, préférait user ses charentaises devant les rayons de la bibliothèque familiale, Victoria, attifée, parfumée et armée de l'appareil dont elle ne se séparait quasiment jamais, droite et fière sur son siège, Victoria, à l'affut de la moindre scène, se tenait prête à croquer quelques bons clichés qu'elle s'empresserait d'afficher sur sa page FB. (5)

Emergeant à petits pas d'une épreuve douloureuse, tante Jeanne (6) qui vouait un attachement particulier pour les numéros de clown, arrivée parmi les premiers spectateurs, était assise au milieu du premier rang. Venant tout juste de la rejoindre, on pouvait voir Evariste, son espiègle de mari qui, tout en prenant place, faisait le pitre en la menaçant d'une gigantesque barbe à papa.

Non loin de là, Frank, marathonien émérite célébrant la fin d'une énième saison (7), le regard fixé sur un cahier à croquis, échangeait quelques mots avec son fils, qui, à force de tracer les fameux bouts de cartons du père, s'était finalement découvert une vocation de bédéiste.

Tout au fond de l'assistance, dans la semi pénombre où disparaissaient les derniers rangs, Fabrice, pataugeant entre un divorce qui l'avait pris de court et le regret de ne pas avoir su cueillir l'amour là où il s'était trouvé, Fabrice, passant par hasard aux abords du cirque, était entré au dernier moment, nourrissant le vague espoir de noyer dans un bain de féérie, ce passé qu'il ne pourrait plus recomposer. (8)

Parmi les derniers arrivants, bras dessus bras dessous tatie Clémentine et oncle Pierre (2), trempés par la pluie, regagnèrent leurs places en vitesse. Puis au signal, on fit asseoir les enfants, on tamisa un peu plus l'éclairage et un faisceau lumineux anima la scène. Le maître de cérémonie s'avança vers le centre de l'arène et la représentation commença.

Tandis que la foule s'abandonnait à la musique, aux décors, aux costumes et à la fascination exercée par le spectacle des clowns, trapézistes, magiciens, jongleurs, contorsionnistes et autres acrobates, derrière le rideau, Michel s'agitait. A quelques minutes d'entrer en scène, tentant de tromper le trac qui l'envahissait, il fixa son attention sur Delphine qui là-haut, semblait faire corps avec le tissus autour duquel elle se lovait et s'enroulait, réalisant diverses figures avec une agilité que les années ne semblaient pas avoir entamé (9).

Le moment venu, ayant de nouveau pris place au milieu de la scène, monsieur T (10), qui depuis le début du spectacle se bataillait avec une aiguille, sciemment 'oublié' parmi les replis de son nouveau costume de scène par l'indéfectible farceur de costumier, pendant que monsieur T procédait à l'annonce du prochain numéro, Michel, après avoir vérifié une dernière fois son costume, sa coiffure et son maquillage, caressa Mirza, la mascotte de la maison (11), puis, le cœur battant, il entra en scène pour la première fois. Il avait seize ans.

Accompagné du traditionnel roulement de tambour, Michel entama nerveusement son ascension. Dans les gradins, les visages se tournèrent progressivement vers le haut. A plus de cinq mètres du sol, tendu, immobile entre les deux plates-formes, le fil attendait.

Une fois là-haut, seul sous les projecteurs, l'artiste rajusta ses chaussures, se concentra un moment puis dès que les premières notes de musique se firent entendre, allongeant gracieusement la jambe, il posa un pied sur le fil, enchaîna quelques pas, puis il s'immobilisa. Assurant son équilibre, il exécuta un premier salto avant. Dehors le tonnerre éclata. Une rafale de vent fit frémir la toile et l'éclairage clignota. Retombant d'aplomb sur un pied, oscillant de droite à gauche, les bras tendus, Michel posa lentement l'autre pied derrière lui et, en totale synergie avec son point d'appui, il balança et balança et balança.

Soudainement consciente des mètres séparant l'artiste du mince tapis recouvrant le sol, la foule retenait son souffle. Victoria enchaînait les photos. Assistant au spectacle depuis les coulisses, Delphine, se souvenant tout à coup du beau Amaury cascadant du haut du toboggan de leur enfance, eut un pincement au cœur.(9) Monsieur T, en maître de cérémonie chevronné, Monsieur T qui en avait vu bien d'autres, se tenait prêt, paré à faire face à toute éventualité. (10)

Reprenant peu à peu le contrôle de ses mouvements, Michel poursuivit. A petits pas rapides, il se lança bientôt dans la danse, allant et venant sur le fil, voltigeant et enchaînant les mouvements au rythme de la musique. Conquise la foule anticipait déjà le moment des applaudissements tandis que l'artiste allant de plus belle, exécutait d'autres figures. Puis, complétant son numéro, il rejoignit la plate-forme, terminant son parcours sur les mains.

Là, retombant sur ses pieds, Michel inspira un grand coup. Soulagé et satisfait d'avoir réussi le test de 'la première fois', il descendit d'un trait, salua le public et sortit de scène sourire aux lèvres.

Derrière le rideau, son gérant, un quarantenaire qui avait su rebondir au bon moment (11), l'accueillit avec émotion. A quelques pas de lui, venus féliciter les artistes, quelques admirateurs commençaient à se manifester. Un homme, se détacha du groupe et s'approcha de Michel. Puis, lui tendant son programme d'une main et de l'autre une plume en bois:

-Mes compliments jeune homme. Epoustouflant, votre numéro! Et votre sens de l'équilibre...Extraordinaire! (12)

-'C'est une question de concentration', répliqua Michel en souriant.

-'Et d'entraînement', ajouta son gérant.

-' Et de point de vue', renchérit un illusionniste qui passait par là.

-'Jolie plume', remarqua Michel tout en signant son premier autographe.

L'homme souriant à son tour:

-Elle vous plaît? Allez, je vous l'offre...comme souvenir.

*

Notes:

1. http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…
2.http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…
3.http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…
4. http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…
5. http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…
6. http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…
7.http://critiqueslibres.com/i.php/forum/….
8. http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…
9. http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…
10. http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…
11. http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…
12. http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…

Evaetjean
avatar 07/11/2017 @ 10:04:16
Et bien tout ce mélange nous fait un bien jolie texte ! C'est rythmé, on retrouve les personnages et ceux qui n'avaient pas de prénoms en ont un à présent ! Merci de ta participation éclair, très sympathique !!

Pieronnelle

avatar 07/11/2017 @ 11:34:40
Ah j'ai trouvé ce texte très astucieux et surtout complètement à "l'écoute" des autres textes. De plus c'est habile, bien mené ; j'aime beaucoup ce genre de texte qui relie les uns et les autres, une vraie participation commune et un bel état d'esprit. Inventif, avec un fil conducteur, ce cirque, qui réunit tous les protagonistes. Vraiment bravo Space et heureuse de ta participation originale !

Nathafi
avatar 07/11/2017 @ 19:52:16

Yeahhh ! Très heureuse de ton intervention SpaceCadet, je reviens prochainement commenter ton méli-mélo !

Marvic

avatar 09/11/2017 @ 18:46:35
Nous mettre tous dans un cirque, voilà une bonne idée :-)
On y retrouve un maître de cérémonie indispensable, ceux qui prennent des risques et s'exposent, des spectateurs amusés, amusants, malheureux sous un même chapiteau...comme sur CL !
Bien joué SpaceCadet, de la part d'une spectatrice amusée et admirative !

SpaceCadet

avatar 10/11/2017 @ 03:24:24
@ Marvic.
J'ai tenté, autant que possible, d'accorder une bonne place à tous les personnages introduits par vos textes, mais il aurait fallu que je prolonge mon texte (alors que je le trouve déjà fort long) pour mieux développer tout ces personnages. Le 'Thomas de Marvic' figure parmi les personnages que je n'ai su qu'évoquer. Dans mon esprit, Thomas se trouvait de nouveau en mission dans l'espace au moment où la scène du cirque se déroule, mais je n'ai pas trouvé la manière concise de faire passer cette information dans mon texte. En revanche, je me suis inspiré de la photo qu'il regarde pour créer des liens familiaux entre certains des personnages issus de divers textes, ce qui m'a permis de conserver cet élément appartenant au récit de Marvic.

Nathafi
avatar 11/11/2017 @ 11:15:11

Très belle idée que tu as eue de te joindre à nous par ce moyen original !
Nul doute que tu as du longuement cogiter pour unir tous les personnages dans le même récit, chacun trouvant sa place.
C'est un exercice difficile que je connais pour m'y être déjà frottée auparavant.
Bravo donc ! Fabrice sied bien à mon personnage :-)
Et merci de ta participation, et de toujours errer dans les coulisses de CL, pour nous offrir ce genre de surprise !

SpaceCadet

avatar 13/11/2017 @ 06:40:13
@Nathafi
Très juste; outre la lecture des textes, il a fallu en quelque sorte m'approprier les personnages pour les transposer en mode fictif et en même temps, leur trouver/donner une place dans le cadre du récit que je tentais de composer. Cela impliquait donc un petit travail d'analyse et de conception et beaucoup de révision par la suite pour éviter les maladresses, incohérences, etc. L'exercice fut plus complexe que je ne l'avais imaginé au départ, mais très intéressant.

Cela dit, je ne me souviens pas avoir lu le texte du même acabit auquel tu fais allusion.

Le personnage issu de Carpe Diem (auquel j'ai donné le prénom de Fabrice) posait un petit défi car au-delà de l'histoire qu'il raconte et au-delà de sa propre version de l'histoire qu'il raconte, nous ne savons rien à son sujet. Inversement, il peut donner lieu à de nombreuses alternatives en termes de développement parce que l'on peut imaginer son passé et/ou sa vie de couple, on peut estimer qu'il soit possible qu'il n'ait pas tout dit au sujet de sa liaison/relation avec cette amie ou encore qu'il ait embelli la réalité, etc. Du reste, son ton de voix (plutôt paisible, intimiste), permet d'imaginer certains éléments relatifs au contexte dans lequel il se trouve et à la relation qu'il entretient avec son interlocuteur au moment où il raconte son histoire.

SpaceCadet

avatar 13/11/2017 @ 06:48:52
@EvaetJean
Vu la proximité entre les mots et les émotions, puis entre la narratrice et l'auteur, il m'a fallu user d'un maximum de doigté pour évoquer ton texte. Le résultat peut paraître un peu 'sec', mais en même temps... ne possédant pas la finesse d'une Lobe, disons que j'ai fait comme j'ai pu.

SpaceCadet

avatar 13/11/2017 @ 07:01:44
@Pieronnelle
Je souhaitais saluer chacun des participants, saluer ceux et celles qui contribuent à la vie de Vos Ecrits, saluer le travail de chacun d'entre vous. Ce texte était ma manière de le faire.

En ce qui a trait à L'arbre et le roseau, il est clair que je me suis appuyé sur ce texte (de même que sur 'Une affaire d'équilibre) pour concevoir la base de mon récit. Après, disons que j'ai extrapolé pour inventer ces deux enfants, etc... Puis, je me suis permis de lancer un petit clin d'œil à l'auteur du texte d'origine en évoquant le 'séjour dans le sud du pays'.

Lobe
avatar 13/11/2017 @ 08:50:12
C'est formidable à lire! Cela fait vraiment plaisir que tu aies pris le temps de faire une synthèse pleine d'enthousiasme, qui reprenne les récits éparpillés pour en faire un nouveau puzzle circassien. J'imagine, oui, que ça ait pu nécessiter plus de remaniements et relectures que prévu, pour coordonner ces douze textes de forme et contenu si dissemblables. Il en faut, de la finesse, pour le faire - je conteste donc fermement ton affirmation de 06h48 :)

Merci beaucoup beaucoup!

Marvic

avatar 13/11/2017 @ 11:25:15
Merci SpaceCadet de prendre le temps de répondre à chacune d'entre nous.
Si jamais tu fais "Méli-mélo des suites", tu pourras faire redescendre Thomas sur terre :-))

Nathafi
avatar 13/11/2017 @ 21:19:46
@Nathafi

Cela dit, je ne me souviens pas avoir lu le texte du même acabit auquel tu fais allusion.



Il y avait celui-ci, qui terminait l'exo superbement mené par Lobe un Noël précédent, j'avais essayé de rassembler
le plus grand nombre de personnages :

http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…

et celui-là qui reprenait toutes les propositions faites par les participants à l'exo :-)

http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…

Tistou 15/11/2017 @ 19:53:37
Bon sang quel rude travail cela a-t-il dû représenter ! J'imagine : le cadre global d'abord basé sur 2 - 3 idées/textes puis le souci d'avoir à intégrer chacun ... On n'a pas conscience en mettant nos textes qu'il peut y avoir à l'autre bout du monde quelqu'un qui y prend tant attention et qui s'en empare pour créer un puzzle !

Ravi de te revoir SpaceCadet. Je me demandais bien ... Bon, tu ne vas pas redisparaître ?

En voyant apparaître Monsieur T j'ai imaginé un Monsieur Loyal grimé en clown blanc et j'ai eu peur. Ce n'est pas moi, ça, me suis-je dit ! Et si ...(je ne t'en veux pas pour autant)

Le thème que tu as employé, un jeune homme envoûté par le cirque, m'a irrésistiblement évoqué un roman de John Irving :"Un enfant de la balle".

C'est une belle surprise que tu nous as faite là, SpaceCadet !

SpaceCadet

avatar 16/11/2017 @ 04:28:58
@Lobe: les personnages créés pour 'Les nostalgiques anonymes' ne m'ont pas autant parlé que la manière dont tu as abordé le thème. Je les ai donc déposés en bloc dans mon texte et je me suis plutôt attardé au thème qui d'ailleurs, à chaque relecture, me restait en travers. Je dois dire que bizarrement, lors de mes réflexions sur le thème proposé, je n'ai pas du tout songé à la 'nostalgie' parce que c'est un sentiment qui m'est pratiquement étranger. Par conséquent, l'éclairage que ton texte apporte sur le thème m'a incité à forcer pour ma part sur les éléments pouvant transmettre l'ambiance que je tentais de créer dans mon texte; une ambiance à part disons du quotidien, de la réalité, des soucis, des ressentis, bref, une bulle, un moment d'oubli et de plaisir. Par extension, j'ai également dû retravailler un peu mon texte pour tenter y insérer une réflexion sur le thème.

*

@Nathafi: comme quoi il n'est pas facile mais pas impossible de tous nous réunir sous une même enseigne!

@Marvic: :-D

*
@Tistou

J'ai choisi la facilité en plaçant ton 'personnage' dans la position de maître de cérémonie, évoquant par ailleurs la réflexion dont tu fais état dans 'Vos Ecrits' en soulignant que face à toute éventualité, monsieur T est prêt à réagir. Par contre le costume que j'avais en tête n'avait rien de clownesque; juste un costume tout court (je n'aurais jamais au grand jamais osé glisser qui que ce soit dans l'habit d'un clown!!!). Mais je n'ai pas pu résister à la tentation de faire allusion à un certain 'plaisantin' qui t'as un peu cassé les pieds en début d'exo ;-)

*
Merci à ceux, celles qui auront pris le temps de lire ce texte. En dépit de l'anxiété qui m'accompagne chaque fois que je met un texte en ligne, être lu est un véritable plaisir.

AmauryWatremez

avatar 16/11/2017 @ 09:17:30
Joli texte oulipiesque

Pieronnelle

avatar 16/11/2017 @ 11:44:23
@Pieronnelle
Je souhaitais saluer chacun des participants, saluer ceux et celles qui contribuent à la vie de Vos Ecrits, saluer le travail de chacun d'entre vous. Ce texte était ma manière de le faire.

En ce qui a trait à L'arbre et le roseau, il est clair que je me suis appuyé sur ce texte (de même que sur 'Une affaire d'équilibre) pour concevoir la base de mon récit. Après, disons que j'ai extrapolé pour inventer ces deux enfants, etc... Puis, je me suis permis de lancer un petit clin d'œil à l'auteur du texte d'origine en évoquant le 'séjour dans le sud du pays'.

Le clin d'oeil je l'avais vu Space :-) ( on ressent une belle chaleur quand on se sent suivi ...) et je relis ton texte à chaque nouveau message et découvre à chaque fois plein de trouvailles ; et je suis encore plus épatée à chaque fois par ta performance...

SpaceCadet

avatar 17/11/2017 @ 11:59:30
@AmauryWatremez

''Oulipresque'...;-)

Telle que je l'ai vue dans 'Se souvenir des amours enfantines', il m'a semblé crédible d'imaginer une Delphine adulte dans le rôle d'une acrobate. Par contre, la scène, le moment que décris mon texte se déroulant environ 5 ou 6 ans après le 'maintenant' des douze textes initiaux, cela pose la question de l'âge des personnages. J'ignore quel âge aurait Delphine à ce moment-là et j'ignore quelles sont les pratiques dans le domaine du cirque, mais il n'est pas impossible qu'il y ait incohérence sur ce point (disons que je me suis accordé une marge d'erreur). D'autre part, il y avait ce souvenir des amours enfantines, un souvenir évocateur pour plusieurs d'entre nous. Je trouvais naturel que Delphine se souvienne d'Amaury. C'est ainsi que ce personnage fut intégré à mon histoire. Par contre je n'aurais pas pu asseoir Amaury parmi les spectateurs, la coïncidence me semblant trop grande pour être crédible.

Cela dit, après lecture de 'Se souvenir des belles choses - Excentrique jusqu'au bout', je me suis demandé (et je me demande encore) comment j'aurais intégré ce texte s'il avait été proposé en premier lieu.... (Qui sait, peut-être que Myriam aurait su m'inciter à revoir mes 'qui, que, quoi').

SpaceCadet

avatar 18/11/2017 @ 05:18:10
@AmauryWatremez

Cela dit, après lecture de 'Se souvenir des belles choses - Excentrique jusqu'au bout', je me suis demandé (et je me demande encore) comment j'aurais intégré ce texte s'il avait été proposé en premier lieu.... (Qui sait, peut-être que Myriam aurait su m'inciter à revoir mes 'qui, que, quoi').


Pas claire cette parenthèse, il fallait plutôt dire: Qui sait, si j'avais intégré Myriam dans ce texte, peut-être que sa présence m'aurait incité à revoir mes 'qui, que, quoi'.

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier