Tistou 06/11/2017 @ 20:01:03
Le texte ci-dessous fait référence à un texte initial, de Lobe, "Les Nostalgiques Anonymes", dont le lien est là :

http://critiqueslibres.com/i.php/forum/…

Tistou 06/11/2017 @ 20:02:51
Dehors, c’est une bouillie d’automne, une caricature. Par la fenêtre – oh pas loin – on peut voir tressaillir au rythme des bourrasques les branches des platanes, tristes prisonniers du bitume de la ville, aux feuilles mordorées, déjà flétries mais belles encore.
Le ciel est uniforme. D’un gris menaçant. La lumière est chiche et le silence de la ville, ce dimanche, sépulcral.
Allongé sur le lit en désordre, il songe avec tristesse qu’il y a quelques mois de cela la vie semblait plus riche, la lumière dorée, l’avenir tentateur. Il était loin d’Aix alors, c’est vrai. Loin de la France même. Et d’être immergé pour une durée finie - déterminée mais surtout finie - dans un monde culturellement, linguistiquement, nouveau, apportait son lot d’excitation et de soif de découvertes.
Il est de retour maintenant, depuis peu finalement. De retour dans sa ville, dans son monde, mais paradoxalement c’est maintenant qu’il est perdu. Et ça ne tient pas qu’au ciel gris, aux bourrasques de vents, aux feuilles qui tombent … Il est perdu. Son esprit se perd …
Il se tourne sur le flanc, vers la porte, et jette un œil morne sur l’environnement de la chambre. Il n’a jamais fait l’effort de l’aménager, de la personnaliser un minimum et elle ne lui a jamais paru aussi désespérante qu’aujourd’hui. Les tas de vêtements au sol, des livres éparpillés, les draps tire-bouchonnés, le plateau avec la tasse de café et les miettes du dernier gâteau …
Il soupire. Il est comme englué dans une inertie mortifère.
Les murs sont tristes, le silence est triste. Il est triste.
Les décisions à prendre, ce n’est pas son fort, finalement. C’est seulement maintenant qu’il s’en aperçoit. Il se croyait déterminé, prêt à prendre son avenir en main … Il ne l’est pas. Plus sûrement, il n’a pas envie de l’être.
Louise lui a laissé un message hier.
Louise. Il l’avait retrouvée avec plaisir après son retour en France, son retour à elle aussi, finalement, puisqu’ils avaient été absents de France en même temps pratiquement, chacun dans un bout du monde différent. La camaraderie d’avant le départ s’était transformé en relation plus intime, comme si l’éloignement géographique avait cristallisé des sentiments évanescents jusqu’alors. Ce changement l’avait réjoui ; Louise était une belle personne, dans tous les sens du terme, il n’y avait pas à dire, mais la tonalité de la relation avait évolué lors des derniers contacts, surtout chez elle lui semblait-il. Elle avait évolué vers quelque chose de plus construit, plus structuré. Vers quelque chose qui l’obligeait – il le sentait bien – à faire des choix, des efforts même … Rien que son appart là, par exemple, elle manifestait son intention de venir chez lui dans son message …
Coup d’œil morne et circulaire. Lamentable ! Il lui fallait tout ranger, tout nettoyer, mettre de l’ordre. Il allait falloir décider des choses avec elle, planifier peut-être ?
Il aimait bien Louise mais il le sentait, Louise avait maintenant dépassé le stade du « aimer bien ». Lui il l’aimait encore bien. C’était pratique comme ça. Chacun à distance, des rencontres régulières mais le ton et le texte du message de Louise n’évoquaient plus ce genre de situation. Voulait-il aller plus loin avec Louise ? Oui, … peut-être … pourquoi pas ? Mais était-il capable d’assumer ce que cela signifiait ?
Rien que d’y penser, de faire mentalement la liste des actions à mener, il rentrait inconsciemment la tête dans les épaules comme pour se protéger. Il sentait une boule se former dans sa gorge.
Tiens, il avait revu Caroline pas plus tard qu’hier. Caroline avec qui il aurait pu, dans le passé, envisager aussi s’engager. Mais aucun geste n’était venu de lui ou d’elle et la relation s’était gentiment diluée. Finalement il n’en avait pas spécialement senti de regrets hier. Mais là, il comprenait bien que s’il allait encore plus loin avec Louise …
Envie ? …
Il se redressa brutalement sur son lit. La rencontre avec Caroline venait de lui donner une idée. Oui, c’est ainsi qu’il fallait faire. Et il fallait faire vite, Louise parlait de venir demain.
Il pianota fébrilement sur son mobile.
- Allo, Louise ? Ecoute …


Pieronnelle

avatar 06/11/2017 @ 22:12:12
Nostalgie rimerait-il avec indécis ? Il semble bien que oui là, pour ce garçon qui à l'air de passer à côté de tout et qui se sert de la nostalgie pour ne s'engager en rien...très belle description de ce sentiment d'indécision et de nostalgie conjugués ;
"Coup d’œil morne et circulaire. Lamentable ! Il lui fallait tout ranger, tout nettoyer, mettre de l’ordre. Il allait falloir décider des choses avec elle, planifier peut-être ? "
Hou là quel dilemme !
Je crains bien que ce nostalgique ne s'enfonce irrémédiablement dans sa solitude...
Peut-être reviendra -t-il faire une petite séance parmi les "nostalgiques anonymes" ?

SpaceCadet

avatar 07/11/2017 @ 04:11:17
Bonne idée que celle de nous présenter l'envers de la médaille. Un personnage bien maîtrisé (notamment sur le plan de la maturité), placé dans des circonstances que l'on peut aisément ressentir (retour d'un séjour à l'étranger) et visualiser (son univers actuel) dont le point de vue masculin fait habilement écho à l'expérience relatée par la jeune femme dans le texte de Lobe.

Evaetjean
avatar 07/11/2017 @ 09:30:24
Tiens nos textes se rejoignent un peu via le fait de prendre "l'autre personnage" en principal je trouve. J'aime beaucoup ton texte et, là aussi, je visualise très bien ce cher jeune homme un poil trouillard en fin de compte. Tout colle avec le récit de Louise jusqu'à reprendre quelques mots. Bravo et merci !!

AmauryWatremez

avatar 07/11/2017 @ 09:37:26
des atermoiements sentimentaux charmants, ce qui me fait dire que la légèreté est indispensable pour bien vivre

Martin1

avatar 07/11/2017 @ 10:20:06
C'est fou comme l'indécision sincère de quelqu'un, sans méchanceté, peut causer de la souffrance
En l'occurrence c'est de la nostalgie, mais ça ne va pas sans souffrance.
J'ai bien aimé quand il dit "était-il capable d'assumer ce que cela signifiait?" C'est toute la question. Déjà, il faut comprendre ce que cela signifie et c'est déjà une étape qui demande de la finesse. Ensuite, l'accepter et il faut du courage. Enfin, l'assumer et là il faut de la volonté.
Tu m'étonnes qu'il y ait des indécis.
merci pour ce texte !

Lobe
avatar 10/11/2017 @ 13:06:08
Alors ça… Si ma Louise savait ! Honnêtement, j’espère bien que ce n’est pas ça qui se cache derrière la fin de leur relation. Ça me rendrait triste, ce décalage entre eux deux. Je sais qu’une relation c’est aussi du déséquilibre, des interstices où se glissent beaucoup de fantasmes de l’autre… mais ce personnage qui n’ose pas par non-effort, et qui, oui, provoque de la souffrance. Je trouve qu'en écho ça rend la souffrance de Louise encore plus forte, parce qu'absurde.

Donc? Pas de flamme si flemme? C’est une conclusion de fable presque (certes, pas aussi poétique que celle de Nathafi !!).

C’est drôle cependant, j’avais adjoint l’intervention d’Etienne à la fin de mon texte en pensant que le suivant pourrait prendre sa voix. Ça ne t’inspirait guère ou tu ne l’avais pas perçu ainsi ?

Nathafi
avatar 11/11/2017 @ 10:17:30

Dis donc, pas gai ce texte !
Tout cela manque de passion, c'est bien là le problème, la passion... On connaît des émois, on se dit que peut-être... et puis rien, si l'une et l'autre n'osent pas, ne franchissent pas le pas...
Mais en cas de passion, aucune frontière, aucune barrière !
Ce n'est pas un point de vue enflammé, c'est la vie, c'est comme ça, parfois on s'embourbe dans des relations qu'on croit stables sous prétexte de normalité, et on s'ennuie...
Alors que la passion !!!

Je m'attendais à une suite plus rock'n'roll Tistou, je ressens dans ton texte beaucoup de sensibilité, ce dont tu n'es pas coutumier je crois.

Marvic

avatar 13/11/2017 @ 11:35:12
Pauvre Louise ! Tomber amoureuse et avoir envie de partager sa vie avec un indécis...qui finalement se décidera !
Pas étonnant qu'elle ait besoin de N.A.
Pas vraiment sympathique cet homme !
Bien joué Tistou d'écrire une suite qui précède le texte initial !

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier