Pierrot
avatar 26/09/2017 @ 12:17:40
Je me suis noyé dans les vins de Corbières
A ne plus pouvoir me relever du sol
Me déshydrater allongé dans la bière
Sans une ombre puisqu’au premier sous-sol
Puis enfin m’élever dans la stratosphère
Dans le noir tel la dame blanche* des nuits
Sans un seul son un bruissement n’interfère
Clairement sous les douze coups de minuit.

Je vole maintenant dans l’interstellaire
Sous une réplique d’une fleur d’ange
Ou je traverse des systèmes solaires
Qui bien souvent tendent vers l’orange
Et fuis au plus vite la matière sombre
En passant à la vitesse lumière
Pour rejoindre d’autres planètes en nombre
Qui me sont sûr beaucoup plus coutumières

*Effraie des clochers

Martin1

avatar 08/10/2017 @ 17:39:44
C'est original, inspiré, j'aime bien ce type de rimes.
J'ai l'image d'un homme qui fuit une grotte, celle de ses vices ou de ses soûleries peut-être, pour rejoindre un ailleurs inconnu mais paradoxalement plus familier.
Bravo !

Fanou03
avatar 11/10/2017 @ 16:56:24
On reconnais bien ton style un peu chaotique Pierrot, pas toujours très clair, mais justement, riche en ambiguïté ! Moi je vois bien les songes éthylique d'un poète enivré à l’excès !

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier