Les forums

Forums  :  Forum des livres  :  Le Cid  :  Un avis sur Le Cid

DE GOUGE
avatar 23/11/2012 @ 23:23:10
Tu as raison SBJ !

La honte ...!

Ca me fait rire mais remonte à ...il y a longtemps, ce qui me donne des circonstances atténuantes, j'espère ?

Pieronnelle

avatar 23/11/2012 @ 23:50:43
Pas de honte DeGouge c'est trés drôle! Il faudrait d'ailleurs créer un fil sur toutes les confusions qu'on a pu faire dans notre enfance, les mots mal interprétés qui ont donné des sens parfois complètement différents à nos lectures! :-))

Veneziano
avatar 28/11/2012 @ 20:29:54
Assez d'accord avec Le rat et Dirlandaise. Moi, j'étais simplement sur une réaction sur le fond du message et sur le soufflet et ses conséquences...


Tes messages sont toujours respectueux Shelton contrairement à ce triste sire. Comment un quinquagénaire peut-il s'attaquer ainsi bassement à une jeune demoiselle de quinze ans et étaler sur la place publique son profil de cette façon ? Cela me dépasse !


Je suis bien obligé de plussoyer, ce n'est pas très diplomate, mais ce n'était probablement pas le but.

Sur le fond, cela prouve la nécessité d'un encadrement de la lecture des classiques, dont l'étude me paraît nécessaire : les changements de valeurs morales, l'histoire littéraire et l'histoire générale constituent un fond de culture générale nécessaire pour se construire, forger sa personnalité et ses idées, me semble-t-il.

DE GOUGE
avatar 28/11/2012 @ 21:21:54
Pas de honte DeGouge c'est trés drôle! Il faudrait d'ailleurs créer un fil sur toutes les confusions qu'on a pu faire dans notre enfance, les mots mal interprétés qui ont donné des sens parfois complètement différents à nos lectures! :-))


Super idée !

A suivre ....

Cyclo
avatar 19/09/2016 @ 18:02:50
J'avoue que j'adore cette pièce lue en partie dès l'école primaire, car dans notre école de village, en 1953-1954, l'instituteur faisait répéter aux "grands" du certificat d'études le duel verbal entre Don Diègue et Don Gormas, les plaintes de Don Diègue (Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie...) et l'autre duel verbal entre Rodrigue et Don Gormas (A moi, comte, deux mots !). J'avais huit ans, mon frère neuf, nous étions déjà dans la classe des grands et nous répétions tout ça à la maison pour le plus grand plaisir de ma mère et de ma grand-mère. C'est vrai que le vocabulaire est un peu daté, mais quelle langue magnifique, quels alexandrins superbes ! Depuis, j'adore le théâtre classique. Je n'ai jamais cessé d'en lire et relire, et d'aller voir du Corneille, du Molière et du Racine chaque fois que l'occasion s'en présentait. C'est éternel. Et, bien sûr, j'ai les cd avec Gérard Philippe, que j'écoute fréquemment !!!
J'irai à Paris à la mi-novembre et compte bien revoir Le Cid qu'on jouera au Ranelagh.
Quel dommage que les jeunes s'en privent sottement, sous prétexte de vieillerie : ça les changerait un peu des sms et de facebook !!!
En disant cela, j'ai conscience d'être un dinosaure. Un vieux con, quoi !

Fanou03
avatar 19/09/2016 @ 22:03:43

Quel dommage que les jeunes s'en privent sottement, sous prétexte de vieillerie : ça les changerait un peu des sms et de facebook !!!
En disant cela, j'ai conscience d'être un dinosaure. Un vieux con, quoi !


Oh pour les fans du théâtre classique il y a ce mooc là (mais pas sur FUN, sur une autre plate-forme): https://mooc-francophone.com/cours/…, mais je ne sais pas si les cours sont encore ouverts.

En bande-dessinée, l'influence du théâtre classique éclate de très belle façon dans la série "de cape et de crocs" qui a reçu une bel accueil critique et commercial (http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/2416). Je ne sais pas si tu connais cette série Cyclo, elle te plairait peut-être.

Shelton
avatar 20/09/2016 @ 05:53:38
Je confirme que la série "de cape et crocs" a certainement permis le contact avec le théâtre à de nombreux jeunes, je le constate très souvent avec mes étudiants !

Pjb33
avatar 20/09/2016 @ 08:56:30
Pourquoi pas, effectivement ? J'ai vu aussi des Molière en bd, avec texte intégral ("l'Avare" par exemple).

Patman
avatar 20/09/2016 @ 12:25:02
Pour la petite histoire, la pièce date de 1637 et était à l'origine une tragi-comédie ! Le public adorait mais les "puristes" et les critiques de l'époque pas du tout. Une longue querelle s'en suivit qui opposa Corneille aux Académiciens. Les reproches étaient nombreux et notamment, du fait que la France soit en guerre avec l'Espagne, faire l'éloge d'un ennemi ! Finalement Corneille supprima un peu de l'aspect "comédie" dans une nouvelle version publiée en 1648 et qui est celle que nous connaissons encore aujourd'hui.

« En vain contre le Cid un ministre se ligue,
Tout Paris pour Chimène a les yeux de Rodrigue.
L'Académie en corps a beau le censurer,
Le public révolté s'obstine à l'admirer. » (Boileau)

Cyclo
avatar 20/09/2016 @ 18:34:54
Je viens d'emprunter à la bibliothèque municipale les 5 vol de De cape et de crocs... A première vue, pas de rapport avec le théâtre classique...
Mais, à seconde vue ?

Shelton
avatar 20/09/2016 @ 20:04:26
On en reparle quand tu as lu...

Cyclo
avatar 12/12/2016 @ 21:07:18
Eh bien, j'ai vu Le Cid au Ranelagh.
Joué en tragi-comédie : l'aspect comique étant apporté par le personnage du roi, habillé comme un roi d'opérette, et qui zozotait ses alexandrins, on était plié chacune de ses apparitions...
Par ailleurs, les duels avaient lieu sur scène : le comte et Rodrigue, Puis Rodrigue et Don Sanche...
C'était superbe. Je comprends toutefois que pour des jeunes d'aujourd'hui, habitués aux sms, les grands sentiments en alexandrins, ça peut être rébarbatif. Il y avait pourtant plein de jeunes (étudiants en médecine surtout) ce soir-là, qui ont fait un triomphe à la représentation.
Ohé, les Parisiens, allez-y !!!

Fanou03
avatar 02/04/2019 @ 23:49:16
Eh bien, j'ai vu Le Cid au Ranelagh.
Joué en tragi-comédie : l'aspect comique étant apporté par le personnage du roi, habillé comme un roi d'opérette, et qui zozotait ses alexandrins, on était plié chacune de ses apparitions...
Par ailleurs, les duels avaient lieu sur scène : le comte et Rodrigue, Puis Rodrigue et Don Sanche...
C'était superbe. Je comprends toutefois que pour des jeunes d'aujourd'hui, habitués aux sms, les grands sentiments en alexandrins, ça peut être rébarbatif. Il y avait pourtant plein de jeunes (étudiants en médecine surtout) ce soir-là, qui ont fait un triomphe à la représentation.
Ohé, les Parisiens, allez-y !!!


Je viens de lire récemment Le Cid. Ce que tu dis m'éclaire beaucoup Cyclo, car comme je le dis dans ma critique, je me demandais pourquoi la pièce était présentée comme une tragicomédie (et non pas une tragédie). J'imagine que joué en tragi-comédie, le côté excessif de certaines scènes et la fougue de l'action (les duels) doivent se "comprendre" beaucoup mieux que si on lit la pièce "sérieusement"

Tiens d'ailleurs j'aurai deux questions pour les experts du Cid:
- Quand le comte dis à Don Diègue "ton épée est à moi", comment faut-il le comprendre: il lui prends vraiment l'épée des mains (on pourrait l'imaginer vu la faiblesse du père de Rodrigue) ou c'est un façon de parler ?
- j'ai eu l'impression de déjà rencontrer le "va je ne te hais point" dans une pièce de Racine. Je fais un amalgame ou bien Racine a bien aussi utilisée cette expression ?

Patman
avatar 03/04/2019 @ 13:25:41

Tiens d'ailleurs j'aurai deux questions pour les experts du Cid:
- Quand le comte dis à Don Diègue "ton épée est à moi", comment faut-il le comprendre: il lui prends vraiment l'épée des mains (on pourrait l'imaginer vu la faiblesse du père de Rodrigue) ou c'est un façon de parler ?


Lors d'un tournoi ou d'un duel il était de tradition que le vainqueur s'approprie les armes du vaincu... donc le Comte de Gormas prend effectivement l'épée de Don Diègue en guise de trophée.


- j'ai eu l'impression de déjà rencontrer le "va je ne te hais point" dans une pièce de Racine. Je fais un amalgame ou bien Racine a bien aussi utilisée cette expression ?



Je ne pense pas que Racine aurait osé un tel plagiat ;-)

Fanou03
avatar 03/04/2019 @ 16:47:29
Je ne pense pas que Racine aurait osé un tel plagiat ;-)


Cela confirme que pour une raison ou une autre je pensais mordicus que c'était Racine qui était l'auteur du "va je ne te hais point" (aurais-je mélangé avec le "je t'ai trop aimé pour ne point te haïr" de Phèdre ?).

Merci en tout cas Patman !

Début Précédente Page 3 de 3
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier